Blog suivi par 8 abonnés

LE BLOG DE NIOXOR LEE

PROFESSIONNEL DE SANTE
Dakar - Sénégal
À propos du blog
Le blog de Nioxor Tine est né le 07 mai 2009. Neuf ans après la première alternance, la presse se trouvait dans un état plus que préoccupant, empêtré dans plusieurs conflits en son sein et avec le pouvoir (emprisonnement de Madiambal Diagne, saccage des locaux de l’AS et de 24H Chrono...). Dans les années 80, suite à l'élargissement du multipartisme initié par Senghor, on assista à l’instauration progressive du pluralisme médiatique, avec des parutions comme Takusaan (1983), Walfadjri (1984), Sud-Magazine (1986), le Cafard libéré (1988), Sud-Hebdo (1988), Le Témoin ( 1990)...etc. Au tout début des années 90, on observa un dépérissement progressif de la presse militante et un développement fulgurant de la presse privée, avec une explosion spectaculaire du nombre de journaux. On nota, alors, à l’intrusion de préoccupations bassement politiciennes dans les lignes éditoriales, se traduisant par le non-respect des règles de déontologie, conduisant à la mise en place, à l’initiative du SYNPICS du Conseil pour le respect de l’éthique et de la déontologie (CRED). Les défis inhérents à la régulation de la presse écrite et audiovisuelle seront démultipliés par l’apparition des réseaux sociaux et des blogs. En ce qui concerne le blog de Nioxor Tine, il s’agissait, surtout pour son initiateur, Dr Mohamed Lamine LY, syndicaliste et homme politique, de profiter des opportunités offertes par les nouvelles technologies de l’information et de la communication, pour continuer la bataille d’opinions entre classes et groupes sociaux ayant des intérêts socio-politiques divergents voire antagoniques. Créé au lendemain des élections locales du 22 mars 2009, dans un contexte marqué par les Assises Nationales, le blog de Nioxor Tine a cherché, à se positionner comme une plateforme qui milite pour la souveraineté nationale, le panafricanisme, la refondation institutionnelle et la responsabilisation citoyenne. Il véhicule aussi des valeurs de gauche, notamment la justice sociale et la lutte pour les droits économiques et sociaux des Sénégalais. Le blog n’a pas manqué de souligner le changement de paradigme dans la vie politique de notre pays, lié aux enjeux du pétrole et du gaz, et qui se manifeste par une concentration graduelle du pouvoir entre les mains d’un seul homme, que d’aucuns qualifient déjà d’autocratie électorale. Enfin, le blog traite de certains aspects de la politique de santé de notre pays. Il se veut un partisan d’une vision holistique de la santé, prenant en compte les déterminants sociaux de la santé, dont en premier lieu, les conditions socio-économiques et prône l’équité́ de tous les citoyens face au système de santé. NIOXOR TINE leelamine@nioxor.com
  • SÉNÉGAL: DES ACCIDENTS SYMPTÔMES DE MAL-GOUVERNANCE

    Par
    siksak-z
    Le conseil interministériel du 09 janvier 2023, pour avoir occulté les causes profondes de la crise du secteur du transport, n’a fait qu’enfoncer des portes ouvertes. Plusieurs mesures constituent des redondances et des redites.
  • Madame Le Pen, vous n'êtes pas la bienvenue !

    Par | 10 commentaires | 26 recommandés
    png-x
    Vous incarnez des idées qui vont à l’encontre de nos valeurs cardinales, et nous ne sommes pas dupes de votre jeu politique. Vous êtes dans la ligne politique foccardienne de maintien des liens néocoloniaux.
  • IL EST TEMPS POUR LE PIT/SENEGAL DE QUITTER LA COALITION BBY

    Par
    La plus grande menace qui pèse sur la paix civile et la cohésion nationale est cette obsession du Président Macky Sall à briguer un troisième mandat que ni la Constitution, ni les revers électoraux récents de son camp et encore moins la morale ne devraient lui permettre de nourrir.
  • COMMUNIQUÉ DE LA COSAS SUR LE RAPPORT DE LA COUR DES COMPTES SUR LES FONDS COVID-19

    Par
    La COSAS condamne énergiquement la gestion gabégique de ces fonds et soutient sans réserve les mesures préconisées par la Cour des Comptes à l’encontre des responsables reconnus coupables de fautes de gestion.
  • MOTION DE CENSURE : DIVERSIONS PARLEMENTAIRES

    Par
    mdc-y
    Il y a lieu de s’interroger sur la pertinence même de la motion de censure, car renverser un Premier ministre dans un régime hyper-présidentialiste, ne peut avoir, tout au plus, qu’une valeur symbolique.
  • COMPLOT DE SWEET BEAUTY: UN INTERMINABLE SPECTACLE DE MARIONNETTES

    Par
    recemment-mis-a-jour199-2
    Depuis plusieurs mois, plusieurs faits sont venus invalider les accusations d’agression sexuelle portées contre le leader du PASTEF, par une victime apparemment téléguidée. C'est ce qui justifie l’exigence non-lieu total formulé par le PASTEF, pour mettre un terme à cet interminable "puppet show"!
  • PAIN ET JUSTICE POUR LE PEUPLE SÉNÉGALAIS !

    Par
    C’est dans ce contexte d’euphorie nationale liée à la Coupe du Monde, que sont survenus, au niveau du Parlement, les fâcheux incidents du jeudi 1er décembre, qui suscitent tant d’indignation de la part de l’opinion dans sa diversité, car rien ne peut justifier un tel niveau de violences verbales et physiques dans une assemblée d’adultes responsables et matures, surtout à l’égard de femmes.
  • SÉNÉGAL : ARRÊTER LA SPIRALE RÉPRESSIVE !

    Par
    marche-y-3
    Le président doit comprendre que le rapport de forces a changé et qu’il n’a plus les moyens de son intransigeance politique. Sa méga-coalition est en voie de dislocation, car ses alliés n’ont aucune envie de miser sur un cheval perdant
  • LE TROISIEME MANDAT ET LE PROGRAMME ALTERNATIF

    Par
    ltm-lpa
    On se rappelle qu’en 2012, le remarquable travail des Assises nationales avait sombré dans le tumulte de la lutte contre le troisième mandat du président Wade et un outsider que personne n’attendait, avait été propulsé au-devant de la scène. En effet, en faisant du dégagisme une fin en soi (le tout sauf Wade), on avait relégué les discussions sur le programme alternatif à l’arrière-plan.
  • LE DILEMME DE LA PRESSE SÉNÉGALAISE

    Par
    presse-senegal
    Comment se fait-il que certains secteurs de la presse en soient venus à se considérer comme alliés du pouvoir en place, contre de supposées dérives anti-républicaines d’une opposition qui n’a jamais subi une répression aussi féroce ?