Eloi Laurent taille un short à Macron à propos de son incompétence politique mortelle

Un universitaire dénonce l'ineptie de l'exécutif et de sa gestion rationaliste totalement irrationnelle et inefficace, pour avoir donné la priorité à l'économie en sacrifiant la santé à deux reprises, à six mois d'écart, sans tenir compte des leçons de la première vague. Il en va cette fois-ci de la santé mentale du pays en plus d'une dégradation générale de l'état de santé de la population.

https://www.franceculture.fr/emissions/entendez-vous-leco/entendez-vous-leco-emission-du-mardi-05-janvier-2021

Un extrait sur les compétences à l'oeuvre :

" Q : Eloi Laurent, qu'est-ce que la campagne de vaccination en France et les difficultés qu'elle traverse illustre selon vous ?

R : Ben... Pour la France, cela illustre la nouvelle étape de ce qui est une douloureuse démonstration d'incompétences qui dure depuis près d'un an maintenant puisque le gouvernement français a à peu près tout raté dès les premiers signes avant coureurs  de la première vague, la question des masques, la question des tests, la question de l'isolement, aujourd'hui la question du vaccin,

Il y a une certaine cohérence dans cette incompétence.

Au niveau mondial cela illustre le fait qu'il n'y a pas d'autre politique économique qu'une bonne politique sanitaire. C'est-à-dire que tant qu'on n'aura pas une politique sanitaire vraiment efficace, on ne pourra pas évidemment parler d'activité économique.

Cela illustre le fait que tous les discours qui consistent à opposer santé et économie et à dire qu'on peut choisir entre croissance et santé sont simplement absurdes. "

Eloi Laurent critique pareillement des économistes.

Et si la santé guidait le monde ? L’espérance de vie vaut mieux que la croissance, Les liens qui libèrent, 2020

Et si la santé guidait le monde ?

Les liens qui libèrent, 2020

Description

Éloi Laurent soutient que l’espérance de vie et la pleine santé doivent devenir nos boussoles communes dans ce nou­veau siècle, permettant de nous orienter les yeux grands ou­verts dans un monde où bien-être humain et vitalité des écosystèmes sont irrémédiablement entrelacés et projetés ensemble à toute allure dans une spirale de plus en plus vi­cieuse qu’il nous faut à tout prix inverser. Être prospère au­jourd’hui, c’est se donner les moyens de garantir la poursuite de l’aventure humaine dans vingt ou trente ans. Être pros­père, c’est donc d’abord être en bonne santé.

En se laissant guider par une pleine santé accordant toute leur place aux écosystèmes qui nous font vivre, il devient possible de réorienter nos systèmes économiques pour donner un sens parta­gé à la transition écologique : une transition aussi bien indivi­duelle que collective, personnelle que relationnelle, biologique qu’écologique. Une transition instinctive, sensuelle et viscérale. Par ce sens retrouvé, aux antipodes d’indicateurs économiques qui ne disent plus rien à personne, la pleine santé a le pouvoir d’apaiser, de guérir, de réparer.

 

Mise à jour :

Médiapart confirme le diagnostic d'Eloi Laurent.

Campagne de vaccination: l’histoire d’un naufrage

6 janvier 2021 Par Caroline Coq-Chodorge et Antton Rouget

Des ratés logistiques ont empêché de distribuer suffisamment tôt le vaccin Pfizer. Selon notre enquête, comme pour les masques, le ministère de la santé n’a pas été assez réactif, ne prévoyant la mise en place que de 38 des 113 congélateurs susceptibles de stocker les doses fin décembre. Au moins trois semaines ont été perdues.

 

Prolonger :

Sur France Culture :

Comment s'engager en pandémie ? Avec Barbara Stiegler

Ce que la pandémie fait à la démocratie... Notre invitée Barbara Stiegler livre une critique de la gestion de cette crise sanitaire, entre colère et inquiétude pour la démocratie. Elle publie un tract Gallimard : " De la démocratie en Pandémie ; Santé, recherche, éducation ".

James C. Scott : l'expansion de l'Etat a-t-elle standardisé le monde ?

L'anthropologue James C. Scott poursuit sa réflexion sur les Etats modernes et la relation qu’ils entretiennent avec les communautés qu’ils gouvernent dans un livre de 1998 enfin traduit en France sous le titre " L'oeil de l'Etat " (La Découverte). Il est notre invité aujourd'hui.

A l’aube de la sixième extinction, plaidoyer pour le vivant avec Bruno David

Comment les crises précédentes peuvent-elles nous éclairer sur la crise environnementale actuelle ? Ce matin, nous recevons Bruno David, Président du Muséum national d’Histoire naturelle, paléontologue et biologiste.

A l'aube de la 6e extinction

A l'aube de la 6e extinction

 

Ailleurs sur Médiapart :

 

Gaël Giraud: «La reconstruction écologique nous ouvre un monde de la surabondance»

1 juin 2020 Par Amélie Poinssot

Pour Mediapart, l’économiste Gaël Giraud décrit, exemples à l'appui, le monde sans pétrole de demain : fret maritime écologique, densification des centres urbains, réhabilitation du ferroviaire… À la condition d’avoir un État stratège, qui revienne dans le capital de certaines entreprises.

 

Utiliser les tribunaux pour obtenir un changement social

Bon, alors ? Qu'attendent les politiques pour changer le modèle de société ?

Covid : entre connaissances et inconnues. Supprimer l'élevage indusriel

Chine : des virus de grippe porcine propices à une pandémie

Crise du Covid 19 : parce que la santé a été traitée comme une marchandise

La responsabilité de l'employeur en cas de Covid-19 d'un travailleur

COVID 19 : le vaccin n'est qu'un sparadrap temporaire prévient le directeur de l'OMS

Un cas de Covid-19 en France dès le 27 décembre 2019

Le droit international face aux pandémies

7 avril 2020 : début du 21° s., le siècle des crises écologiques

La mobilité que promouvait le Médef est la première cause de propagation du virus dont il critique aujourd'hui les conséquences économiques du confinement. Plutôt que la croissance, si la vitalité des écosystèmes devenait la priorité ? L'économiste Eloi Laurent publie " Et si la santé guidait le monde ? L’espérance de vie vaut mieux que la croissance" (Les Liens qui Libèrent)

 

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.

L’auteur·e a choisi de fermer cet article aux commentaires.