# Beware your smarthphone ! Gare à votre smartphone

Un documentaire alertant sur les inconvénients et les dérives des réseaux sociaux par celles et ceux qui les ont créés; ainsi que sur le développement de l'addiction au smartphone et la manipulation de leur utilisateur via les neurosciences et le circuit de la récompense. Un "like" est un shoot de dopamine. Une trop forte dépendance collective à la dopamine peut nuire à la démocratie.

https://fr.wikipedia.org/wiki/Derri%C3%A8re_nos_%C3%A9crans_de_fum%C3%A9e

Le documentaire aborde le problème de la polarisation politique - la radicalisation des opinions via les tunnels cognitifs que provoquent les algorithmes en entretenant les utilisateurs dans l'illusion qu'ils ont raison.

Une solution de la protection des données serait de taxer les plateformes au prorata de la quantité de données qu'ils ont dans leurs serveurs, le volume de data qu'ils exploitent.

Le dernier livre de Jaron Lanier sert d'interrogation de départ au documentaire " Ten Arguments for Deleting Your Social Media Accounts Right Now " (Dix arguments pour effacer immédiatement vos comptes sur les réseaux sociaux)

Prolonger :

L'article Wikipédia en anglais sur le documentaire donne une liste plus détaillée et précise des intervenants : The Social Dilemma

Bienvenue dans la société de contrôle

Nous savons qui vous êtes, qui sont vos amis a prévenu Eric Schmidt, dirigeant de Google. La technologie va être tellement bonne qu’il sera difficile de voir ou de consommer quelque chose qui n’a pas été ajusté pour le consommateur. Cette phrase décrit la société connectée : nous sommes surveillés et…

Marketing politique version 2.0 : le NUDGE

Tout cela a commencé avec une mouche au fond d'un urinoir. Comment vous manipulez ou vous incitiez à faire, ne pas faire, donner, accepter quelque chose ? Les sciences du comportement au service de la politique, ... Les sociétés conseils viennent au secours de Macron. BVA Nudge unit est au service de…

Les appareils et accessoires de la gouvernementalité algorithmique

La "gouvernementalité algorithmique" ne repose pas tant sur des machines qui "fabriquent" des choses, que sur des interfaces cognitives, qui nous font faire des choses ou au contraire éloignent de nous la possibilité de ne pas faire des choses.

Dominer l’informatique avec Gérard Berry

Gérard Berry, informaticien, professeur au Collège de France, titulaire de la Chaire d'Algorithmes, machines et langages, auteur de L'hyperpuissance de l'informatique : algorithmes, données, machines, réseaux (Odile Jacob, octobre 2017)

Cathy O'Neil : pour une éthique des algorithmes

Quel est son parcours et d’où lui est venue sa passion pour les mathématiques ? Pourquoi appelle-t-elle les algorithmes des “armes de destruction mathématiques” ? Comment ces nouveaux pouvoirs algorithmiques transforment-ils les pratiques professionnelles de la société ?

" Digital labour ", Antonio Casilli alerte sur la prolétarisation par le numérique

Les robots ne vont pas remplacer les hommes. C’est pourquoi il est temps de réfléchir aux nouvelles formes de travail, souvent précaires, qui se développent aujourd’hui dans l’univers numérique. La Start up nation prospère par l'atomisation du travail en "microtâches" favorisant l'émergence d'un prolétariat…

Une très artificielle intelligence artificielle

Derrière le mythe toujours plus médiatique de la prise du pouvoir par les machines de l'intelligence artificielle se cache la réalité de profondes transformations de l'économie et du travail. Le sociologue Antonio Casilli a mené l'enquête. Etat des lieux d'une escroquerie intellectuelle et industrielle…

L'humain est buggé, mais cela peut se soigner

Le cerveau n'est pas écolo. Surconsommation, suralimentation, addictions… Notre cerveau nous pousse à détruire la planète au nom du plaisir immédiat. C'est la thèse que défend Sébastien Bohler dans son dernier essai : "Le bug humain." (Robert Laffont, 2019). Henri Laborti évoquait déjà l'automobiliste…

FaceBook : « ... ils ne sont pas autorisés à utiliser cette merde! »

L'ex vice-président de la croissance d'audience du groupe a travaillé quatre ans pour Facebook et il en parle aujourd'hui avec amertume. Chamath Palihapitiya s'inquiète ainsi des conséquences qu'ont les réseaux sociaux sur nos vies, pour lui Facebook est une « merde » que ses enfants n’ont pas le droit…

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.

L’auteur·e a choisi de fermer cet article aux commentaires.