Patrick Cahez
Ligue des droits humains et Amnesty international Bruxelles ; MRAP Dunkerque ; SUD intérieur et Observatoire du stress de France Télécom Paris
Abonné·e de Mediapart

252 Billets

2 Éditions

Billet de blog 21 mars 2020

Patrick Cahez
Ligue des droits humains et Amnesty international Bruxelles ; MRAP Dunkerque ; SUD intérieur et Observatoire du stress de France Télécom Paris
Abonné·e de Mediapart

Covid-19 : Eugénisme social en marche

Le pouvoir prépare l'opinion au tri des malades plutôt que de débloquer 10 milliards d'euros nécessaires à garantir l'accueil de tous les malades et la sécurité des soignants. Son cynisme comptable s'inscrit dans la logique des premiers de cordées qui seront les seuls sauvés ; les autres étant invités à taire leur angoisse en attendant de tomber malade et de disparaître, faute de moyens.

Patrick Cahez
Ligue des droits humains et Amnesty international Bruxelles ; MRAP Dunkerque ; SUD intérieur et Observatoire du stress de France Télécom Paris
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Emmanuel Macron affirme que c'est la "guerre".

Effectivement, les guerres ne détruisent que les peuples, jamais - ou très rarement - ceux qui les conduisent à la guerre.

C'est identique pour la pandémie.

Elle s'abat avec une même disproportion sur les populations pendant que ceux qui les gouvernent se montrent en pleine forme et sont suivis par une escorte médicale qui suffirait à garnir un hôpital dans un des nombreux déserts médicaux ; que leur politique d'austérité budgétaire a provoqué, sans que cela ne soit sanctionné par les urnes.

Le ministre du budget chargé de cette austérité -  conservateur, voir réactionnaire -  a été réélu au premier tour des élections municipales.

L'épidémie signale le degré dramatique de son incompétence.

Gouverner c'est prévoir, et la crise sanitaire était prévisible.

La planification comptable qu'a substituée à la politique et au droit la majorité LREM-Modem-UDI est seule responsable de cette situation qui n'est pas fortuite.

Ce n'est pas la première fois dans l'histoire qu'il y a une épidémie et le progrès technique actuel multiplié la vitesse de contamination des populations.

Le constat est sans appel.

Emmanuel Macron et sa majorité ont réduit les ressources publiques, favorisé les profits privés et détruit les services publics, dont l'hôpital ; comme ils ont raboté les cotisations sociales, qui garantissent un accès aux soins de qualité, réduit les allocations sociales, qui garantissent une prévention et une qualité de vie favorables à la santé, comme ils projettent de réduire les retraites.

Ils ont précarisé et fragilisé ce qui fait société, ce qui la rend forte.

Leurs nombreuses déclarations publiques de mépris sont également significatives de ce qui se passe.

Les expressions de dédain pour la population, son niveau d'éducation, son refus de la régression sociale, voire l'absence de considération pour les personnes mutilées par la répression disproportionnée qu'ils ont ordonnée ont révélé leur conception de la direction de l'Etat et des affaires publiques.

L'épidémie, dans ce contexte, pose la question si cela n'est pas pour la majorité une opportunité comptable à purger la misère ; puisque le pouvoir admet cette fatalité plutôt que d'adopter immédiatement un budget pour réparer et équiper les hôpitaux, embaucher et motiver les personnels soignants, leur garantir la sécurité au travail.

Le pouvoir ne parle que d'héroïsme, de sacrifice, d'obéissance, d'ordre, ... 14-18 est-il vraiment une référence pertinente pour une société du 21° siècle ?

L'abstention du pouvoir à adopter le budget à la hauteur du défi qu'il demande de relever aux acteurs de la santé, qu'il a négligés et méprisés, révèle plus une logique d'eugénisme social dont le discours gouverne depuis des années ; selon laquelle les jeunes, les vieux, les malades, les chômeurs, les travailleurs, les étudiants, les parents, les enfants, ... coûtent trop chers aux "investisseurs". Se rappeler d'Alain Minc parlant de son père. Son père avait été résistant dans la FTP-MOI.

Ces politiques - mais en sont-ils réellement ? la politique se préoccupe du bien-être général pas du profit des "investisseurs" - sont médiocres et indécents. Ils ne sont pas du tout en phase avec les idées politiques et le droit fondamental de notre temps.

De nombreux intellectuels s'accordent à dire que ce sont des brutes diplômées, des pauvres types. Le degré zéro de l'action publique s'affirme dans la contradiction à détruire la santé publique et demander ensuite aux populations d'accepter dans l'angoisse et la solitude d'attendre la maladie pour être finalement sacrifiés sur l'autel de la rentabilité économique ; puisqu'il est déjà annoncé que ne serons sauvés que quelques-uns. Ceux qui peuvent servir à la croissance ?

Le débat public n'aborde pas ces questions de fond sur la piètre qualité du personnel politique.

Au contraire, la mise en abyme des médias - sans soulever la contradiction du discours et des actes - favorise le détournement de la démocratie. Entretenir les citoyens dans l'angoisse désarme la réflexion, l'analyse, la critique d'un scandale politique majeur démontrant que la population n'est qu'une variable d'ajustement  des intérêts d'un petit groupe de privilégiés du système.

La gestion politique que fait la majorité de l'épidémie paraît malheureusement confirmer que l'humain, en effet, n'est qu'une "ressource" - du consommable, du jetable - dans un plan comptable. C'est conforme à toutes les réformes qu'elle a menées.

Mise à jour :

  • Personnes âgées : voilà la circulaire de la honte

    28 avr. 2020 Par dominique vidal

    À force de la chercher en vain, j'aurais fini par douter de l’existence de cette circulaire du 19 mars qu’évoquait « Le Canard enchaîné » la semaine dernière et qui inciterait les médecins à limiter l’admission en réanimation des personnes « fragiles ». Et voilà que m’est parvenu ce message d’une personne active dans un hôpital.

Prolonger :

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Soupçons d’emploi fictif : une vice-présidente du RN visée par une enquête du Parquet européen
Selon nos informations, une série de perquisitions est en cours lundi 5 décembre, visant deux élus RN, dont Edwige Diaz, vice-présidente du parti, dans le cadre d’une enquête du Parquet européen. La justice se penche sur des soupçons d’emploi fictif, lorsque la députée était assistante parlementaire européenne en 2018-2019.
par Marine Turchi
Journal — Europe
Ukraine : la guerre, « un puissant accélérateur » pour les droits LGBT+
Depuis le début de l’invasion russe, de plus en plus de soldats ukrainiens portent publiquement les revendications des personnes LGBT+, en particulier la demande d’une union civile entre partenaires du même sexe. L’enjeu, en temps de guerre, est capital. Des hommes et des femmes meurent au combat, sans que leurs proches ne puissent revendiquer aucun droit sur leur corps.
par Mathilde Goanec
Journal
Comment le gouvernement veut rattraper le retard français
Dans un contexte de risque élevé de tension sur le réseau électrique cet hiver, l’Assemblée nationale examine, à partir du lundi 5 décembre, le projet de loi visant à accélérer le déploiement de l’éolien et du solaire en France.
par Mickaël Correia
Journal
États-Unis : en Géorgie, une enquête sur l’élection de 2020 menace Donald Trump
L’ancien président a moins de souci à se faire au sujet de la défaite attendue de son poulain, Herschel Walker, lors de la sénatoriale de Géorgie du mardi 6 décembre, que de l’enquête de la procureure Fani Willis, au terme de laquelle il pourrait être inculpé pour fraudes et ingérences électorales.
par Alexis Buisson

La sélection du Club

Billet de blog
Nationalisation d’EDF : un atout pour la France ?
Le jeudi 24 novembre, c’est dans un contexte bien particulier que le nouveau PDG d’EDF Luc Rémont prend ses fonctions. De lourds dossiers sont sur la table : renationalisation du groupe, relance du parc nucléaire et des renouvelables, négociation avec Bruxelles sur les règles du marché de l’électricité et gestion de la production avant les trois mois d’hiver.
par Bernard Drouère
Billet de blog
À Brioude, itinéraire d'une entreprise (presque) autonome en énergie
CN Industrie vit en grande partie grâce à l'électricité produit par ses panneaux solaires. Son modèle énergétique est un bon éclairage de ce que pourrait être un avenir largement éclairé par les énergies renouvelables. Rencontre avec son patron précurseur, Clément Neyrial.
par Frédéric Denhez
Billet de blog
Les coupures d'électricité non ciblées, ce sont les inégalités aggravées
Le gouvernement prévoit de possibles coupures d'électricité cet hiver : j'ai vraiment hâte de voir comment seront justifiées l'annulation de trains et la fermeture d'écoles pendant que les remontées mécaniques de Megève ou Courchevel continueront à fonctionner. Non ciblées sur les activités « non essentielles », ces coupures d'électricité pourraient aggraver les inégalités.
par Maxime Combes
Billet de blog
L'électricité est-elle un bien commun ?
[Rediffusion] L'électricité est-elle un bien commun, comme Yannick Jadot l'a fait récemment ? La formule produit un effet électoraliste garanti. Mais cette opération rhétorique est sans intérêt s’il s’agit, à partir de la fonction sociale actuelle de l’électricité, de faire apparaître dans le système énergétique des options qui méritent un positionnement politique.
par oskar