Blog suivi par 203 abonnés

Cas de...

Auteur de bande dessinée et de livres pour enfants
Le Blanc-Mesnil
À propos du blog
Découvrez sur ce blog les épisodes de "Cas d'école" et de "Cas de force majeure".
  • Portfolio

    Cas de force majeure - L'histoire d'Adil

    Par | 28 commentaires | 89 recommandés
    Les violences policières systémiques ne se cantonnent pas à la France, loin de là. Partout ailleurs, les mêmes causes engendrent les mêmes effets. Du fond de son quartier populaire de Bruxelles, Adil en a tragiquement fait les frais. Son affaire, véritable scandale comme les Belges savent parfois en créer, a fait un peu de bruit. Faisons en sorte qu'elle ne retombe pas tout de suite dans l'oubli.
  • Portfolio

    Cas de force majeure - L'histoire de Mohamed

    Par | 31 commentaires | 89 recommandés
    Mohamed est de ces parias qu'on ose à peine regarder. Il est celui qui n'a pas su se sauver, le malade qui a sombré, l'homme qui n’a aucune excuse. Le 8 avril 2020, la police de Béziers l’a tué parce qu'il n'était pas confiné. Pour beaucoup, la perte n'est pas énorme. Mohamed était pourtant un homme et un père. Surtout, il est le symbole des libertés prises par certains pendant le confinement.
  • Portfolio

    Cas de force majeure - L'histoire de Ramatoulaye

    Par | 94 commentaires | 174 recommandés
    Pour avoir commis le crime d’acheter des denrées pour son bébé en période de confinement, Ramatoulaye a subi les pires outrages. La réalité du confinement, c’est cela : oppression accrue sur les pauvres et complaisance pour les privilégiés. Et des policiers qui partent en chasse dans certains quartiers. Parce que Ramatoulaye n’a pas la voix assez forte pour se faire entendre, lisez son histoire.
  • Portfolio

    Cas de force majeure - L'histoire d'Houssam

    Par | 96 commentaires | 213 recommandés
    Houssam travaille pour Santé Publique France et participe au combat contre le COVID-19. Cela n'a pas empêché la police d'Aulnay-sous-Bois de jouer avec lui comme des chats des rues avec une souris. Cette histoire n'a pas été filmée et pose la question de la parole des victimes, souvent rabaissée et contestée. Elle montre surtout la nécessité de filmer les contrôles de police.