Son blog
10 abonnés Le blog de Renarblanc
Voir tous
  • La poésie contre l'oppression

    Par
    Dans les années les plus sombres de l'Histoire de France, quelques écrivains, dont on connaît les noms, se perdirent dans la complicité avec l'oppresseur... Mais de poètes, point... La poésie est Résistance...Non seulement les poètes ne collaborent pas, mais la poésie se multiplie ."La guerre me révéla cette sensibilité que je n'ai cessé de traduire depuis et d'abord dans mes poèmes de résistance…" [P. Emmanuel, préface de l'anthologie de Poètes d'Aujourd'hui, Seghers ]..
  • La conjuration des imbéciles

    Par
    Juste avant de partir en vacances, un rapide passage dans ma bibliothèque, me fait ressortir un vieux livre : « La conjuration des imbéciles » de John Kennedy Tool. Ce roman picaresque excessivement drôle, était arrivé sur les étals des libraires, sans faire grand bruit en 1982 (déjà ? c'est fou ce que le temps passe). J'en avais fait l'acquisition par hasard, en flânant dans une grande surface. Comme d'habitude dans ces cas là, attiré par le titre, je l'avais pris en main, manipulé, feuilleté, lu quelques pages au hasard, avant de revenir à la première..Je me souviens être resté pantois, en sentant venir le fou rire, dans une sorte d'incrédulité du début à la fin du livre...
  • Et la langue rouge devient brune dans la brume de l'été

    Par
    « Il est évident que le poète écrit sous le coup de l'inspiration, mais il y a des gens à qui les coups ne font rien. »[Boris Vian, Cantilènes en gelée]
  • L'air de la folie et les sourires du sage

    Par
    Il faut parfois donner à la sagesse l'air de la folie, afin de lui procurer des entrées. Lao Wang avait coutume d'offrir en pâture à ses familiers ,et à quelques autres, le récit de certaines de ses expériences ; ou, plus exactement, parce qu'il convient d'être précis, il leur servait des tranches de sa propre expérience, accommodées avec une sauce de son cru...Ses amis glosaient. Ils commentaient...Ils n'arrivaient pas à se mettre d'accord... et Lao Wang, silencieux, les écoutait.
  • Le rire, l'humour

    Par
     Le philosophe grec Démocrite inquiéta un jour les habitants de la cité d'Abdère. Qu'en était-il de sa santé mentale? Ils en appelèrent à Hippocrate. Démocrite semblait pris de rire fou. En fait, tout le faisait rire, les choses graves comme les choses légères, l’exercice d’un métier, la promotion sociale, un discours donné par quelqu'un devant la foule, le mariage de l'un ou les mésaventures d’un autre. Il avait pris l'habitude de se promener sur le port en éclatant de rire...