Son blog
10 abonnés Le blog de vidaillet
  • 7 billets
  • 0 édition
  • 0 article d'éditions
  • 0 portfolio
  • 0 lien
  • 0 événement
  • 0 favori
  • 2 contacts
Voir tous
  • Friche Saint Sauveur à Lille: quand l'opposition citoyenne paie

    Par
    Vendredi 5 octobre 2018, le Tribunal administratif de Lille a rendu une décision majeure, qui met un coup d'arrêt à un projet qu'une poignée d'élu.e.s essaie depuis des années de faire passer en force, malgré les oppositions, les alertes et même les réserves d'un commissaire enquêteur.
  • Friche Saint Sauveur à Lille: la guerre des mondes

    Par
    Le devenir de la friche Saint Sauveur, 23 hectares au centre de Lille, fait l’objet d’une vive lutte entre la poignée d’élus qui ont « programmé » sa transformation, et des habitants et associations qui se mobilisent pour un projet alternatif. Mais la Ville reste sourde à leurs arguments. Révélant ainsi le véritable enjeu de cette lutte.
  • Friche Saint Sauveur à Lille: criminaliser les mouvements citoyens

    Par
    A la Métropole Européenne de Lille, tous les moyens sont bons pour empêcher l’appropriation citoyenne de la friche Saint Sauveur : intimidations, gardes à vue, prélèvement d’ADN, confiscation illégale de matériel. A rebours de ce qui se fait dans d’autres régions en France, depuis une dizaine d’années.
  • Friche Saint Sauveur à Lille : occupation, phase 1

    Par
    La friche Saint Sauveur fait l'objet à Lille d'une vive contestation citoyenne remettant en cause le projet d'urbanisation décidé unilatéralement par les élus lillois. Le 28 juillet, un conteneur y a été installé sans autorisation par l'association Labomob et un collectif de citoyens, première opération d'appropriation "en dur" de cette friche qui vient après l'organisation d'évènements éphémères.
  • Martine Aubry et la démocratie à Lille : les raisons de la colère

    Par
    Le maire de Lille vient d’interdire l’organisation, sur le lieu hautement symbolique de la friche Saint Sauveur, au cœur de la ville, du grand Sommet de la transition qui devait se tenir du 18 au 25 juin. Bafouant ainsi des semaines de travail de bénévoles et structures locales. En jeu : la conception et l’avenir du territoire. Et de la politique.