YVES FAUCOUP
Chroniqueur social
Abonné·e de Mediapart

710 Billets

1 Éditions

Billet de blog 9 nov. 2022

YVES FAUCOUP
Chroniqueur social
Abonné·e de Mediapart

Les fous furieux de l’extrême droite

L’extrême droite, avec un culot zemmourien, se déchaîne dans des attaques incessantes, insultantes, diffamatoires, contre les migrants. En toute impunité, et souvent sans être démentie par les médias, quand ces derniers, comme CNews, ne sont pas carrément complices.

YVES FAUCOUP
Chroniqueur social
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

On connaissait déjà Nicolas Dupont-Aignan qui prétendait qu’à la frontière de la Turquie avec la Syrie il avait croisé des Syriens qui lui avaient dit qu’ils voulaient venir en France pour toucher des prestations sociales ! Aujourd’hui c’est Nadine Morano, député européenne LR, qui, chez Salamé sur France 2 le samedi 29 octobre, dit avoir rencontré dans les camps de réfugiés des migrants déclarant avoir vendu leurs enfants pour payer la traversée de la Méditerranée. Elle se targue de « beaucoup discuter avec les préfets » qui lui confirmeraient qu’il y a des filières d’entrées de migrants sur le territoire français. Elle lâche des chiffres sur les économies faites par Wauquiez dans sa région (au moment où il est pris la main dans le sac à engager des dépenses somptuaires, repas à 1100 euros par convive), sur le nombre d’OQTF et de mineurs étrangers, sans être démentie par quiconque autour de la table.

On se demande pourquoi elle est l’invitée politique vedette, sinon pour dire plus ou moins sa sympathie pour Poutine et pour Sarkozy (qui aurait réglé la fin de la guerre de Poutine en Géorgie en 2008, en s’y rendant, sans que personne ne la conteste). Elle ne craint pas d’affirmer que l’Aide médicale d’État (AME) et « le logement pour migrants » constituent « une pompe aspirante à immigration ». Enfin, dimanche sur France 5, dans C Politique, Laurent Jacobelli, RN, tout sourire, reprochait aux migrants de venir pour les aides sociales qu’offre la France. Il affirmait mordicus que les clandestins pouvaient toucher des prestations sociales. Le directeur de l’OFII (Office français de l’immigration et de l’intégration), Didier Leschi,  dément (un clandestin ne touche aucune prestation), alors le député RN (un ancien collaborateur de Dupont-Aignan, ceci dit en passant) lui dit que les demandeurs d’asile ont droit à une indemnité : sauf que les demandeurs d’asile ne sont pas des clandestins, ils ont un statut constitutionnel. Pris en défaut, de mauvaise foi, Jacobelli essaie de faire diversion en disant que les clandestins ont bien droit à l’AME : oui, mais ce n’est pas une allocation comme il le laissait entendre auparavant. Moïsi déclare que ce sont tous des gens qui ont besoin de respect, comme « vos grands-parents » ou ceux de Jordan Bardella (venus jadis d’Italie).

Tous ces fauteurs de haine, Morano, Bardella, Jacobelli, Dupont-Aignan, Zemmour, sont des dangers publics. Un professionnel travaillant auprès des migrants depuis 7 ans témoigne que la plupart ont évoqué les violences subies dans leur parcours de migration, jamais la vente de leurs enfants. Après sa dernière saillie, Morano est traitée sur les réseaux sociaux de « mythomane », d’ « immonde », on rappelle que Bedos l’avait traitée de « conne » et avait gagné devant les tribunaux. Je pense que c’est minimiser le problème que de qualifier Morano également de « menteuse » ou de « folle ». Les accusations obscènes, diffamatoires, insultantes, qu’elles portent contre des migrants, mériteraient d’être poursuivies car constituant un trouble à l’ordre public.

Qu’attend un procureur pour la mettre en examen, qu’attendent les associations et ONG pour engager des poursuites judiciaires ? On n’accepterait pas le dixième de ses propos s’ils visaient les Juifs et ce serait normal. Une société démocratique ne peut accepter, sans risque énorme, de laisser de telles accusations perdurer. Le plus souvent, sur les plateaux de télé, les journalistes ne contrent pas, ils laissent dire les pires mensonges de peur de ne pas savoir argumenter, leurs entretiens étant mal préparés. Il est possible que la société s’extrême-droitise mais il n’empêche : les défenseurs de la justice sociale et des valeurs républicaines ne peuvent laisser cette haine avoir libre cours. [7 novembre]

. Dans l’émission C Politique  évoquée plus haut, une députée Renaissance (ex-LREM), Violette Spillebout, qui soutient l’intérêt d’une nouvelle loi sur l’immigration (la 22ème depuis 1986 !), n’a cessé de dire « un » OQTF, qu’elle traduit par « un ordre à quitter le territoire ». Étrange pour quelqu’un invitée sur le plateau censée connaître le sujet.

Qu’ils coulent !

Tandis qu’un bateau de SOS Méditerranée avec des passagers en perdition à son bord cherche à accoster, un député LFI, né en France, noir de peau (d’origine congolaise et angolaise), Carlos Martens Bilongo, a pris la parole à l’Assemblée Nationale pour connaître la position du gouvernement sur le blocage en mer de nombreux migrants (234), sur un bateau, l’Ocean Viking, ainsi que des migrants secourus par un navire allemand et par un bateau de Médecins sans frontière.

Un député du Rassemblement National, Grégoire de Fournas, lui rétorque : « Retourne en Afrique », ou « Qu’il retourne en Afrique », ou « Qu’ils retournent en Afrique ». Tollé dans l’Assemblée, et suspension de séance. La gauche et la droite Renaissance parlent de racisme, l’extrême droite et la droite dure crient à la déformation du propos et à une exploitation éhontée par LFI. Sur LCI, Yves Thréard, du Figaro, qui fut longtemps un défenseur d’un rapprochement LR/FN, mais virant de cap au gré du vent, accusait la France Insoumise de faire monter le RN qui finira par être majoritaire dans le pays. Jordan Bardella, qui est à l’extrême droite du RN (donc extrême droite au carré), défend son député.

Demain, un député RN dira de les jeter à la mer : précisant après coup qu’il ne visait ʺqueʺ les rescapés recueillis sur des bateaux de secours, et le RN nous invitera alors à pousser un ouf de soulagement. En 2022, un député de la Nation française peut s’exprimer avec une telle violence et cela ne devrait pas poser problème ? Il écope juste d’une petite sanction pour avoir troublé l’ordre mais pas pour des propos racistes, apparemment protégé par l’immunité parlementaire ! Tout une kyrielle de donneurs de leçons, en réalité racistes à peine dissimulés, reprochent à la LFI de faire un pataquès. Va-t-on s’habituer à ce dérapage permanent du débat politique et médiatique ? [4 Novembre]

Les bons et les mauvais

Sous l’Ancien régime, il y avait les bons pauvres et les mauvais pauvres, les premiers étaient souvent invalides et bénéficiaient de la générosité de ceux qui, par leurs dons, comptaient bien faciliter leur entrée au paradis, les autres mendiaient, étaient montrés du doigt, parfois marqués au fer rouge. En réalité, en analysant bien, cela n’a pas fondamentalement changé : charité versus mépris, aumône versus chasse aux sans-travail.

Gérald Darmanin vient d’offrir un complément : les gentils et les méchants immigrés ! Déjà il prévoit qu’il y aura de bons immigrés pour occuper les emplois non pourvus (confirmant que ces personnes n’intéressent la France que si elle en a besoin, comme lorsqu’elle les faisait venir massivement, quitte à les rejeter plus tard en s’étonnant qu’ils soient là). Ensuite, ceux qui feront l’objet d’une OQTF seront inscrits au fichier des délinquants recherchés, alors qu’il s’agit de personnes souhaitant vivre dans notre pays : même s’ils sont en infraction ce ne sont ni des délinquants ni des criminels.

La formule de Darmanin est ambigüe car d’une part elle tend à jeter le discrédit sur les migrants : parler « des bons et des mauvais », c’est suggérer plus ou moins qu’ils sont tous mauvais, d’autant plus qu’il proclame haut et fort qu’il veut « leur rendre la vie impossible ». Mais prenons-le au mot : tous les défenseurs des droits de l’homme qui militent en faveur d’un abri et de l’obtention de papiers pour un étranger présent sur notre sol et sollicitant l’accueil ne cherchent pas en priorité à protéger tel ou tel délinquant ou criminel. En réalité, la grande majorité des migrants sans papiers sont « gentils », donc il faudra que le ministre tienne parole. Ce n’est pas en invoquant des situations de délinquance à Paris, parmi des groupes de jeunes nous dit-on (statistiques établies par la Préfecture de Police donc sujettes à caution car elle nous a habitués à d’autres mensonges) ou le nombre de prisonniers originaires du Maghreb (dont Bardella, Ciotti et Zemmour font leurs choux gras en prétendant qu’ils sont 25 %, ce qui est faux mais ils ne sont jamais démentis par leurs intervieweurs) que Darmanin va nous faire croire que la majorité des étrangers devront être expulsés. Il va falloir finalement qu’il régularise plus qu’aujourd’hui : cela pourrait bien être un slogan se fondant sur le fait que les bons sont les plus nombreux et que, de fait, ils doivent pouvoir rester ici. [2 novembre]

Les manipulations de M6

J’ai déjà eu l’occasion d’accuser la chaîne M6 de manipulation, d’instrumentalisation, de démagogie (encore récemment à propos d’un documentaire sur les enfants placés). Cela ne signifie pas que les reportages de M6 ne sont que tissus de mensonges, mais que l’intention qui préside à une réalisation est pervertie ce qui jette le discrédit sur le résultat final.

Ragnar Le Breton [capture d'écran]

Hier, sur France 2 dans l’émission Quelle époque ! animée par Léa Salamé, Ragnar Le Breton (humoriste, alias Matthias Quiviger) a dit que M6 l’a contacté pour réaliser un reportage dans son quartier à Évreux officiellement dans le but de « redorer l’image des quartiers populaires ». Heureux du projet, il avait accepté. Ses interlocuteurs de la chaîne étaient mielleux, annonçant qu’ils donneraient une image extraordinaire. Sauf que découvrant dans le quartiers des gens normaux, qui réussissent dans la vie, ils ont été déçus. La journaliste lui a dit qu’il lui fallait des djellabas, des barbus. Comme il opposait qu’il n’y avait pas que ça ici, elle lui dit tout de go : « oui, mais c’est ça qui vend, on ne va pas se faire chier non plus ». Voyant une femme voilée à son balcon, elle la filme, lui demandant de poser. Ensuite, elle aurait payé des gamins pour qu’ils fassent des déclarations à la caméra. Accusations graves, auxquelles, sauf erreur, M6 n’a pas répondu. Cela confirme des infos qui m’ont été rapportées à savoir que certains documentaristes promettent un docu à décharge pour obtenir des contacts, des portes ouvertes, avant de produire un film à charge conforme à la commande de la chaîne.

On sait depuis longtemps que ce sont des pratiques, en particulier de M6 (approches problématiques des reportages d’Enquête exclusive et de Zone interdite). Là on a confirmation, à une heure de grande écoute. A noter que lors de l’émission de France 2 de Salamé, il n’y avait pas seulement Nadine Morano comme invitée politique ( !), mais aussi FOG, Frantz-Olivier Giesbert, l’histrion du PAF, lui aussi sans que l’on sache qu’est-ce qui fait qu’il est de tous les plateaux. Or je sais de bonne source que lorsqu’il était directeur du Point, quand il demandait à ses journalistes de traiter de l’assistance, il leur demandait d’aller chercher des cas croustillants. Des témoignages d’interlocuteurs compétents n’étaient pas retenus s’ils n’apportaient pas une histoire tordue d’assistés quitte à ce qu’elle soit plus ou moins inventée. Et il ose dire au cours de l’émission de France 2 qu’ « on est entré dans une société du cynisme » !

Ragnar Le Breton a lâché que « certains médias jouent des rôles dévastateurs dans la société », allant jusqu’à les traiter carrément de « sacs à merde ». [30 octobre]

En vrac, Macron & Darmanin

Emmanuel Macron, interrogé par Caroline Roux sur France 2 mercredi, a martelé que son modèle c’est « la France du travail et du mérite ». On lui avait opportunément passé une vidéo où un couple percevant à deux 4000 euros par mois, avec bientôt deux enfants, se disait « délaissé », ne pouvant pas acheter une maison. Il s’en prenait non pas aux méga-fortunes dont la presse nous abreuve mais à la France d’en bas : « pour être bien vu en France, il ne faut plus travailler, ne plus avoir de revenus et toucher toutes les aides. Tout simplement ». Qu’un couple isolé exprime un tel mépris à l’encontre de la France qui galère c’est une chose, que la télévision publique s’en serve et que le président ne s’en offusque pas, là est le scandale.

Le même président justifie sa réforme des retraites par le fait qu’il a été élu pour ça. Or seulement 20 % des inscrits ont voté pour lui au premier tour, 1 Français sur 5 ! S’il fait 55 % des exprimés au second tour (38 % des inscrits soit 1/3 des Français) c’est parce que nombreux électeurs ne voulaient pas du Rassemblement National (parti dont la leader elle-même disait que ses adhérents et militants qui sont partis chez Zemmour étaient des « nazis », qu’elle hébergeait donc). Dire dans ces conditions que les Français veulent, exigent une réforme des retraites qui durcira leurs conditions de vie, même pas pour équilibrer les comptes mais pour dégager des excédents permettant d’autres actions de l’État, le but étant envers et contre tout de réduire la part du PIB consacré aux pensions de retraite (alors même que le nombre de retraités augmente), est une tromperie notoire. D’ailleurs, il commet une erreur souvent faite, confondant le PIB avec un revenu et prétendant que la dépense publique c’est 55,4 % du PIB : il s’agit en réalité d’une comparaison, la dépense publique étant comparée à la taille et à la croissance de l’économie. Ce n’est pas la même chose.

Autre lacune, grossière : il vante ses résultats (comme si défiscaliser les heures supplémentaires était une gloire) et lâche que lorsqu’on est au Smic et que l’on travaille on perçoit une prime d’activité [PA] de 100 €. Ce qui est faux : encore faut-il être seul ou n’avoir pas d’autres ressources. Dans la mesure où la PA est en fait une aide sociale, elle dépend des revenus du conjoint.

Quand il cause des obligations à quitter le territoire [OQTF], c’est étrange il ne dit pas ce que dira le lendemain Gérald Darmanin dans la Matinale de France inter qui récuse le chiffre de 12 % d’OQTF exécutées. Chiffre dont se délecte Jordan Bardella du RN et tant d’autres pour stigmatiser le "laxisme" de l'Etat, sans jamais être démentis. Il précise que 12 % se sont les reconduites forcées à la frontière, car, compte tenu des départs volontaires, 1/3 des OQTF sont réalisées. C’est, depuis 2021, davantage qu’en Allemagne, en Italie et en Espagne. Quel est le petit jeu du pouvoir d'avoir fait jusqu'alors mystère sur ce chiffre ? Darmanin critique les recours contre les OQTF mais il ne dit pas que nombre d'entre elles sont prises par les préfectures en dépit du bon sens, c'est bien la raison pour laquelle elles sont cassées par les tribunaux administratifs. Par ailleurs, on n'explique pas que les OQTF sont à durée limitée, donc dans les chiffres qu'on annonce publiquement il peut y avoir deux mesures prises pour la même personne, en tous cas on ne peut cumuler les chiffres d'une année sur l'autre. [29 octobre]

Hallali chez Hanouna

Suite au meurtre de Lola, 12 ans, on sait de quelle façon la droite, l’extrême droite et la fachosphère ont tenté de l’exploiter de façon indigne afin d’alimenter leurs propagandes racistes (Zemmour parlant de « francocide », mettant en balance cette mort avec celle du petit Aylan sur les plages turques pour lequel les bien-pensants de gauche auraient fait tout un plat ; un député LR accusant le gouvernement d’être directement responsable de ce crime pour n’avoir pas expulsé la meurtrière). On a entendu des commentateurs patentés dire que l’on découvrait soudain qu’il existait des OQTF et qu’il y avait des problèmes dans le secteur de la psychiatrie ! Je note que sur BFM Maxime Switek et ses consultants ont mené la vie dure à Jordan Bardella, très tendu, dont les propos étaient du niveau de Zemmour, sur cette meurtrière parce qu’Algérienne et assénant que dans la plupart des grandes villes de France dont Nantes, Toulouse, selon les policiers, tous les délinquants sont des immigrés. On sait aussi la fête indécente organisée par  Hanouna, TPMP sur C8, pour célébrer son record d’audience suite à son émission sur le meurtre de Lola et l’attaque en règle que l’animateur cher à Bolloré a menée à l’encontre des journalistes qui ont osé le critiquer.

Mais ce qu’on a moins évoqué sinon pas du tout c’est ce qui a été dit sur son plateau : le 19 octobre, le propos ne portait pas sur une sans-papier qui aurait dû être expulsée (ce que Hanouna dira le 20 octobre à Gérald Darmanin, ministre de l’intérieur, invité sur son plateau) mais sur la folie supposée de la prévenue. Hanouna dit clairement qu’ « elle aurait dû être jugée sur le champ et condamnée à perpétuité sans avocat ». Jouant bien le rôle que Bolloré attend de lui, il lâche « Les Français en ont marre, on n’en peut plus de ce laxisme judiciaire ». Ses collaborateurs de plateau sont tout excités, ils et elles disent qu’elle doit être enfermée à vie, une vraie perpétuité, même si elle est folle. Elle doit passer en jugement, devant un tribunal et non être enfermée directement dans un hôpital. Delphine Wespiser, l’ex-miss France, pro-FN et pro-parti animaliste, évoque même la peine de mort. Le très droitier Georges Fenech, ancien député LR, n’en peut mais, il tente de calmer les esprits et invoque le fait qu’ « aucune démocratie au monde ne juge les fous ». Un sondage auprès des téléspectateurs est lancé : 86,3 % sont pour qu’on juge les fous. [24 octobre]

. Précision : il ne s’agit pas de regarder ou de ne pas regarder une chaîne de télé, mais de savoir ce dont est capable de propager l’extrême droite dans ce pays.

L’envers caché de la fraude sociale

On a beaucoup causé du projet de loi de financement de la Sécu (adopté autoritairement par le gouvernement grâce au 49.3) sans s’attarder sur son volet sur la lutte contre la fraude sociale. Si cette lutte (qui est déjà en place) repère quelques fraudeurs, elle met aussi et surtout la pression sur le plus grand nombre toujours suspecté de tricher. C’est en partie ce qui explique le non-recours, un tiers des allocataires potentiels qui ne demandent pas l’allocation à laquelle ils ont droit. Ce qui représenterait pour l’État une économie d’au moins une dizaine de milliards.

[Photo YF]

Ce phénomène est connu depuis longtemps, des chercheurs ont écrit sur le sujet, moi-même cela fait bien dix ans que je me suis ingénié à le rappeler, pour contrer les discours délirants sur la fraude sociale que n’ont cessé de tenir les Laurent Wauquiez, Eric Ciotti, Charles Prats, le RN en général, Eric Zemmour en particulier. Leur haine sociale viscérale les empêchait de reconnaître que les citoyens n’abusent pas, au contraire ils ne font souvent pas valoir leurs droits. Toute cette hargne, infondée, n’a qu’un seul but : détourner les regards, montrer du doigt les plus démunis pour que les classes populaires et les petites classes moyennes trouvent une explication à leurs difficultés sociales.

La numérisation des démarches administratives et le système des plates-formes anonymées sont autant d’obstacles pour l’ouverture de droits. Les rappels d’indus fréquents, le plus souvent à cause d’erreurs des caisses, démoralisent les ayants-droit qui finissent par ne plus réclamer leur dû.

L’émission Secrets d’info de France Inter a diffusé samedi une émission réalisée par la Cellule investigation de Radio France avec Marjolaine Koch, que je recommande car elle est très bien faite. Juste un bémol : l’enquête dit que l’État redoute de lutter contre ce non-recours car cela lui coûterait très cher. Oui, sauf que, dans le corps de l’enquête, il est dit que le montant total des prestations sociales (santé, vieillesse, minima sociaux) s’élève à 761 milliards d’euros et que s’il fallait débourser un tiers de plus cela représenterait des dizaines de milliards [autour de 260]. Or 761 Md€ ce ne sont pas des « aides » contrairement à ce qui est dit : le non-recours porte essentiellement sur les minima sociaux (plus précisément le RSA, la PUMa, ex-CMU) et les prestations familiales, pas sur les soins santé, par sur les indemnités journalières, pas sur les pensions retraite (même si dans ce dernier cas, il n’est pas certain qu’il n’y ait pas d’importantes erreurs, mais il ne s’agit pas à proprement parler de non-recours).

Lien avec l’émission qui, comme à l’ordinaire ce qui est fort appréciable, publie aussi un texte détaillé, Le non-recours, l’envers caché de la fraude sociale . [23 octobre]

Russes… Musulmans !

Le 29 septembre, sur CNews, la chaîne d’extrême-droite de Bolloré, un agrégé de philosophie Jean-Loup Bonnamy, chroniqueur présenté comme "spécialiste de géopolitique et d’identité", est parti dans une tirade délirante cherchant à montrer que les Russes aujourd’hui ne sont ni plus ni moins que les descendants « des nomades asiatiques de culture islamique » que sont les Mongols. Poutine aurait « la brutalité du nomadisme de la steppe » !  Y a qu’à voir la tête de Poutine, et d'ailleurs, sur les photos, on voit bien qu’un soldat sur deux a une tête d’Asiatique !

[capture d'écran]

Le jeune philosophe mal dégrossi croyait bien faire en convoquant les musulmans dans l’affaire, tellement c’est un principe de base de ce plateau de télévision de mettre l’islam à toutes les sauces, sur tous sujets à la façon RN. Gêne des journalistes de la chaine (Julien Pasquet et Yoann Usai) et des autres chroniqueurs, tous tenants pourtant, comme lui, de la droite extrême : Alexandre Devecchio du ‘Figaro Magazine’, Gabrielle Cluzel, du Boulevard Voltaire qui semblent s’étonner que leur collègue se soit laissé ainsi emporter alors que la chaîne a longtemps soutenu le Kremlin, à la façon Zemmour, jusqu’à ce que les crimes de guerre de Poutine rendent difficiles ce soutien inconditionnel. Ils préfèrent goberger longuement sur les gaffes de Joe Biden, décelant là une sénilité problématique quand on a le pouvoir d’appuyer sur le bouton déclenchant le feu nucléaire.

La logorrhée de Bonnamy est d’autant plus cocasse que, comme j’ai pu le constater lors d’un voyage à la fin de l’URSS, il y avait un discours des Russes plutôt de rejet envers les Républiques soviétiques à population musulmane, pas loin du racisme anti-Arabes. On sait qu’à Moscou on avait pour habitude d’appeler « culs-noirs » les habitants des Républiques musulmanes.

Précision : je n’ai regardé qu’un court instant, tellement la tonalité de cette chaîne est nauséabonde. [30 septembre]

Le RN & les retraites

Le matin d’une journée nationale d’action sur les salaires et les pensions de retraites, qui est invité dans la Matinale de France inter ? Jordan Bardella, du Rassemblement National ! Parti d’extrême droite qui s’oppose à toute augmentation du Smic et qui a nettement reculé sur la réforme des retraites tout en cultivant la confusion. Le RN est pour une durée de cotisation de 42 ans, avec pension à taux plein (sans décote) à 67 ans (comme actuellement), et n’admet la retraite à 60 ans qu’à ceux qui ont commencé à travailler entre 17 et 20 ans (c’est-à-dire désormais de moins en moins de gens).

Bardella dit que le système est à l’équilibre jusqu’en 2070 (c’est vrai, c’est le rapport du COR) mais concède que le déficit annuel pourrait être de 9 milliards/an. Or cela n’est pas certain : rappelons que la prévision catastrophiste annonçait pour 2021 un déficit de 12 Mds, alors qu’on a eu un excédent d’un milliard. Qu’à cela ne tienne, le RN, dont les seules solutions, partout, en tout lieu et pour tout problème, ce sont les étrangers, décrète qu’il faut non seulement ne plus en accueillir mais aussi réduire leurs diverses prestations. L’économie serait de 12 milliards, et voilà le tour est joué. Non seulement ce chiffre n’est pas démontré, mais en plus, comme toujours, il mélange aides sociales et prestations sociales (les allocations familiales et l’allocation logement sont des salaires différés, et non pas des aides sociales, par ailleurs le RSA, le minimum vieillesse, qui sont des aides sociales, ne sont attribués qu’après un temps de présence en situation régulière, avec titre de séjour, sur le territoire français).

Est-ce que le RN rappelle que le déficit hypothétique des retraites (9 Mds dit-il) c’est le montant des bénéfices annuels de Total ? Se demande-t-il si les 160 Mds d’euros que le CAC 40 a empoché en 2021 pourrait venir compenser à la marge un système de retraite plutôt performant qui profite à des millions de citoyens ? Que nenni. [29 septembre]

Ciotti et Poutine

Il y a tout juste un an ! A noter qu’à l’époque, Poutine avait déjà assisté Assad pour massacrer le peuple syrien, et bombardé si possible les hôpitaux. Il avait rasé la Tchétchénie et fait assassiner ses opposants (Anna Politovskaïa remember). Criminel de guerre et fier de l’être. Sans que cela dérange le Duce des Alpes-Maritimes. Les figaresques Guillaume Roquette, Yves Thréard et Alexandre Devecchio, si longtemps indulgents envers Poutine, face aux crimes dûment renseignés commis par le chef du Kremlin, tournent casaques, finissent par admettre qu’il est le fauteur de guerre.

. Ces chroniques sont parues, parfois dans une version plus courte, sur mon compte Facebook aux dates indiquées entre crochets

Billet n° 705

Le blog Social en question est consacré aux questions sociales et à leur traitement politique et médiatique. Parcours et démarche : ici et "Chroniqueur militant". Et bilan au n° 700 et au  n° 600.

Contact : yves.faucoup.mediapart@sfr.fr ; Lien avec ma page Facebook ; Tweeter : @YvesFaucoup

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — International
Opération « Sauver Sarko » : un diplomate libyen rattrapé par la justice
Un diplomate libyen en lien avec les services secrets français a été mis en examen pour « corruption de personnels judiciaires étrangers ». Il a reconnu avoir servi d’intermédiaire pour essayer d’obtenir la libération d’un des fils de l’ancien dictateur libyen Mouammar Kadhafi dans le but de servir les intérêts de Nicolas Sarkozy.
par Fabrice Arfi, Karl Laske et Antton Rouget
Journal — Gauche(s)
Congrès du PS : l’union avec les Insoumis en pomme de discorde
Derrière Olivier Faure, Hélène Geoffroy et Nicolas Mayer-Rossignol, trois équipes se disputent la direction du Parti socialiste. Mi-janvier, les adhérents les départageront sur la base de « textes d’orientation » aux stratégies bien distinctes.
par Fabien Escalona
Journal — Gauche(s)
Au PCF, l’opposition à Fabien Roussel fait entendre sa voix
Après un Conseil national tendu, le projet de la direction du parti communiste pour le prochain congrès n’a obtenu que 58 % des suffrages exprimés. Un appel signé par trente-cinq cadres critique une perte de boussole idéologique. Un événement, dans un parti aux habitudes légitimistes. 
par Mathieu Dejean
Journal
Drones, « exosquelettes » et nouvelles brigades : comment Darmanin va dépenser ses milliards
Les députés ont adopté mardi la version sans doute définitive de la Lopmi, ce texte qui fixe les objectifs et moyens des forces de l’ordre pour les cinq prochaines années. Elle prévoit une augmentation de leur budget de 15 milliards d’euros, dont la moitié sera consacrée à la numérisation de l’ensemble de leurs activités.
par Jérôme Hourdeaux

La sélection du Club

Billet de blog
L’art nous empêche-t-il de construire un monde meilleur ?
L'art peut-il être un outil politique pour surmonter les crises environnementales et sociales que nos sociétés traversent ? A-t-il vraiment le pouvoir de créer de nouveaux récits pour amener une mutation profonde et nécessaire ? Non. Car dans un monde profondément individualiste, l'art est fondamentalement du côté des forces réactionnaires.
par Sébastien Piquemal
Billet de blog
Avec Francesca Woodman et Vivian Maier, « Traverser l’invisible »
Chacune à sa façon, les deux photographes, comme l'écrit Marion Grébert, « ont mené leur existence en échappant à la moindre possibilité d’être saisies. »
par Jean-Claude Leroy
Billet de blog
Dominique Blanc porte haut « La douleur » de Marguerite Duras
L’actrice dit vouloir jouer encore et encore ce spectacle, « jusqu’ au bout ». Elle a raison. Ce qu’elle fait, seule en scène, est indescriptible. Thierry Thieû Niang l’accompagne dans ce texte extrême de Marguerite Duras créé sous le direction de Patrice Chéreau il y a bientôt dix ans.
par jean-pierre thibaudat
Billet de blog
Jean-Charles Richard et autres héros du jazz
Sur l’album L’Étoffe des Rêves, le saxophoniste Jean-Charles Richard converse avec le pianiste américain de jazz Marc Copland. La vocaliste Claudia Solal et le violoncelliste Vincent Segal les rejoignent. L’entente des deux leaders, le talent apporté par leurs renforts, façonnent un univers harmonique enchanteur. Et délivre, cet automne, un concert réel comme un songe.
par BRUNO PFEIFFER