Voilà un an et demi que j'écris un blog sur ce pays que j'aime tant. Pays dont je parle la langue, pays où j'ai vécu longtemps, désert où j'ai connu le père de mes enfants, clan qui est désormais le mien..

 

Voilà un an et demi que je rage en voyant le manque de nuance et la légèreté de la connaissances des médias français sur ce sujet. Dans le doute ils ont tout fait (y compris Médiapart mais j'ai déjà expliqué ma tristesse à ce sujet, puisque je tiens ce journal en haute estime par ailleurs): plaquer leurs connaissances maghrébines sur le Maqrech, plaquer leurs certitudes "de tyrannie" sur ce dictateur new look qu'est Bashar Al Assad, envoyer les journalistes (qui malheureusement l'ont souvent payés de leur vie) dont on se demandait souvent s'ils parlaient arabe, connaissaient l'Islam et même parfois...oh horreur comprenaient l'historique extrêmement compliqué et riche de ce pays aux mille facettes. Un peu comme des touristes qui auraient ignoreraient que l'Egypte n'est plus peuplée de pharaons, n'en déplaisent aux visites dans les musées et sur le Nil, ou que le couscous est inconnu à la moitié du monde arabe.

 Bref, un manque de nuance et un nombre incroyable de certitudes sur la Syrie ont fait qu'après nous avoir promis un contre pouvoir fort, une prochaine descente aux enfers de Bashar et un peuple uni pour le départ d'un Etat tyran, on se retrouve un an et demi plus tard avec un contre pouvoir qui peine toujours à se trouver un chef consensuel, un Bashar que dont on réalise qu'il faut faire , de facto, avec  et un peuple dans une intense souffrance, dont l'opinion, manifestement multiple, a bien du mal a faire entendre sa voix, à trouver une ligne de conduite, à ne pas mourir...Pour ceux qui meurt, dans le meilleur des cas, on subodore qui est le coupable mais sans certitude et la manipulation bat son plein, d'un côté comme de l'autre.La douleur , la mort et la peur planent dorénavant sur les différents camps en présence, avec une constance dont seuls les libanais, qui ont connus le même genre d'horreur, connaissent l'odeur et le "n'importe quoi" ambiant.

 

Je ne peux que constater avec regret que j'avais douloureusement raison en m'opposant dés le départ avec la vision excessive manichéenne et faussée que l'on nous faisait de la situation. C'était voix interdite.

 Il FALLAIT que Bachar soit un monstre, que les syriens soient terriblement malheureux, et que nous sachions bien entendu mieux qu'eux ce que les mots démocratie liberté et bonheur, voulaient dire....L'idée d'être suspectable d'être pro-Bachar m'a fait reculer pas mal de temps même si bon nombre de mes contacts syriens me le disaient haut et forts et sans aucune gêne. Ils voyaient (et souvent voient encore) en lui un pis aller dont ils constatent la totale surdité face à la douleur de son peuple et l'épouvantable capacité de répression mais ils n'arrêtent pas de me dire " et si c'est pas lui c'est qui alors?" résumant ainsi "des années d'habitude du chef, de manque de droits, d'une conscience politique atrophiée", j'en conviens, mais aussi un solide bon sens et un réflexe humain qui ne saute pas ans le vide sans savoir de quelle matière est faite le sol..... Quand ils me répondent leur fameuse question, sachant ce que je sais sur l'actuel bonheur irakien et la brillante démocratie que nous voyons  s'installer en Libye, je n'ai pas des masses d'arguments. Et puis j''ai commencé à être fatiguée de cette façon d'être obliger de regarder la Syrie avec "un oeil obligatoire", avec un oeil pro ou anti-Bachar, alors que quiconque connait un peu la culture arabe sait combien la population est assez sage pour ne pas mélanger le peuple et ses chefs. C'est quasiment comme deux mondes à part. Et cette obligation ethnocentrique de ramener "Bachar" à "la Syrie" ne faisait que me montrer encore combien "Sarkozy" était devenu "La France" et combien cela n'avait aucun sens dans ce Levant si subtil...

 

Evidemment  qu'il il est intolérable qu'un chef laisse des massacres impunis chez lui, mais ce chef là nous soutient qu'il est en état guerre maintenant. Je ne sais pas s'il dit la vérité, mais je sais qu'en tant de guerre, aucun des nobles pays qui envisagent une intervention sur place n'ont à se glorifier de n'avoir tuer QUE des soldats en armes au combat. La vengeance n'est pas une méthode crée par les syriens, mais par contre c'est indéniablement une triste habitude bédouine, même si je me mord la peau d'écrire cela.

Ceci est le début de mon point de vue. Je vais l'écrire par étape d'une part car j'aimerais prendre le temps et que je n'en ai pas beaucoup et d'autre part parce que je m'en voudrais de ne pas disséquer ma pensée, afin de la partager au mieux , et au plus respectueux, avec vous.


Le numéro  (2) de cette reflexion est là.

Ici ma mésentente avec Médiapart sur le sujet syrien.:

http://blogs.mediapart.fr/blog/adeline-chenon-ramlat/200513/acces-non-payant-de-mon-papier-la-triste-rencontre-entre-mediapart-une-vision-de-la-syrie

Mes autres billets: (Les billets marqués du signe * de cette liste  sont en accès payants mais auront donc un double gratuit sous peu)

Là où j'en suis de ma reflexion...(3)

Là où j'en suis de ma reflexion...(4)

Là où j'en suis de ma reflexion...(5)

Là où j'en suis de ma reflexion...(6)

Là où j'en suis de ma reflexion...(7)

Là où j'en suis de ma reflexion...(8)

Là où j'en suis de ma reflexion...(9)

Là où j'en suis de ma reflexion...(10)

Là où j'en suis de ma réflexion (11)

Là où j'en suis de ma reflexion (12)

Là où j'en suis de ma reflexion (13)

Là où j'en suis de ma reflexion (14)

Là où j'en suis de ma reflexion (15)

Là où j'en suis de ma reflexion (16)

Là où j'en suis de ma reflexion (17)

Là où j'en suis de ma reflexion (18)

Là où j'en suis de ma reflexion (19)

Mon dernier papier

 ma lette ouverte à Laurent Fabius

+ mes papiers sur la Syrie:

Le dernier billet de la série "Ma Syrie" 

Lien vers "Ma Syrie" (20)

Lien vers "Ma Syrie" (19)

Lien vers "Ma Syrie" (18)

Lien vers "Ma Syrie" (17)

Lien vers "Ma Syrie" (16) 

Lien vers "Ma Syrie" (15)

Lien vers "Ma Syrie" (14) 

Lien vers "Ma Syrie" (13)

Lien vers "Ma Syrie" (12) 

Lien vers "Ma Syrie" (11) 

Lien vers "Ma Syrie (10)

Lien vers "Ma Syrie" (9)

Lien vers "Ma Syrie" (8) (Journée de la femme)

Lien vers "Ma Syrie" (7)

Lien vers "Ma Syrie" (6)

Lien vers "Ma Syrie" (5)

Lien  vers "Ma Syrie" (4)

Lien vers "Ma Syrie" (3)

 Lien vers "Ma Syrie" (2)

Lien vers Ma Syrie (1)

La première partie de mes écrits sur la Syrie, se trouve dans l'édition sur les révolutions dans le monde arabe sous les liens suivants:

(cliquez ici pour avoir accès au huitième article de cette série  sur le monde bédouin du centre de la Syrie) C'est dans ce papier que j'explique le pourquoi du comment de mon différent avec Médiapart sur nos visions respectives de la situation syrienne.

(cliquez ici pour avoir accès au septième article de cette série * sur le monde bédouin du centre de la Syrie)

(cliquez ici pour avoir accès au sixième article de cette série * sur le monde bédouin du centre de la Syrie)

(cliquez ici pour avoir accès au cinquième article de cette série sur le monde bédouin du centre de la Syrie)

(cliquez ici pour avoir accès au quatrième article de cette série * sur le monde bédouin du centre de la Syrie)

(Cliquez ici pour avoir accès au troisième article de cette série * sur le monde bédouin du centre de la Syrie)

(Cliquez ici pour avoir accès au premier article de cette série sur le monde bédouin du centre de la Syrie)

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.