ahmed henni

Economiste

Sa biographie
Auteur de Le capitalisme de rente. De la société du travail industriel à la société des rentiers, L'Harmattan, Paris 2012
Son blog
10 abonnés Le blog de ahmed henni
Voir tous
  • Saisir le local pour mieux embrasser le global : leçons de la colonisation

    Par
    Aujourd’hui, le global semble avoir, notamment à gauche, déserté la pensée théorique et politique. Le repli sur le local semble être la règle. Seuls les capitalistes pensent et pratiquent le global. En cela, ils sont en avance sur ceux, penseurs et politiques, qui les critiquent.
  • Le malade imaginaire et la nouvelle ligne politique de LR

    Par
    Dans Le Monde diplomatique de décembre 2017, le directeur Serge Halimi écrit :[Dans la sphère politico-médiatique en France] « tous les sujets, même celui du harcèlement sexuel dont sont victimes des femmes américaines, débouchent plus ou moins vite sur la question des musulmans en République ». Cette observation me rappelle le dialogue suivant écrit par Molière.
  • Système hiérarchique et diversité en France

    Par
    L'opinion majoritaire véhicule en France l'idée que les immigrés font l'objet d'une discrimination spécifique. Cette discrimination, entendue au sens de hiérarchie selon Louis Dumont, n'est qu'une des facettes d'un fait social total. Elle est inhérente à un système hiérarchique, qui, en France, discrimine aussi bien les femmes, les travailleurs manuels, que les provinciaux et autres dominés.
  • Désindustrialisation: que peut nous apprendre le marxisme ?

    Par
    Incapable d’adapter sa pensée et sa stratégie aux mutations du système productif, le socialisme occidental s’est replié sur la seule répartition des revenus entre nationaux. Reniant toute solidarité internationaliste, le socialisme a pris dans les pays centraux un visage national-redistributif. Il rappelle le fâcheux « socialisme dans un seul pays » du camarade Staline.
  • Pourquoi le président Maduro gagne les élections et perd la moitié de la population

    Par
    La situation actuelle au Venezuela et l’apparition avec les pénuries d’une bourgeoisie bureaucratique me font penser à une analyse que j’avais faite en 1990 sur l’économie parallèle en Algérie « socialiste ». Elle montre que le président Maduro peut se prévaloir du soutien de la moitié des électeurs mais que son opposition est véritablement populaire.