Blog suivi par 118 abonnés

Le blog de association GISTI

  • Juste des enfants, remis à la rue

    Par | 5 recommandés
    Depuis 2016, l'association Melting Passes réunit des jeunes isolés étrangers et des bénévoles pour participer à des entrainements et des compétitions de football à Paris À l’origine cette belle aventure, racontée par un documentaire sorti cette semaine, il y a un drame, celui des mineur⋅e⋅s isolé⋅e⋅s qui arrivent à Paris sans pouvoir y trouver protection.
  • L’UE et les États membres accusés de violation des droits fondamentaux des migrants

    Par | 1 commentaire | 2 recommandés
    Les politiques migratoires européenne et nationales de fermeture des frontières entraînent la violation de libertés et droits fondamentaux des migrants  : le droit de chercher asile pour échapper à la persécution, le droit de ne pas être soumis à des traitements inhumains ou dégradants, la liberté individuelle qui implique le droit de ne pas être arbitrairement détenu ou encore le droit à la vie.
  • Mineurs isolés étrangers fichés et placés sous surveilllance

    Par | 10 recommandés
    Voté à l’occasion d’une réforme du code des étrangers, le fichage systématique des mineurs étrangers isolés qui demandent la protection de l'aide sociale à l'enfance (ASE) confirme que, pour les pouvoirs publics, les mineurs isolés sont d'abord des migrants dont il faut se défier et non pas des enfants qu’il faut protéger.
  • Liberté et relaxe pour les 7 de Briançon

    Par | 1 commentaire | 7 recommandés
    Ils risquent la prison pour avoir aidé des personnes migrantes en danger dans les Alpes. Bastien, Benoit, Eleonora, Juan, Lisa, Mathieu et Théo vont être jugé·e·s le 8 novembre 2018 au tribunal de Gap (Hautes-Alpes). Le Gisti soutient la pétition pour la relaxe des 7 de Briançon inculpés pour délit de solidarité.
  • Mayotte : les bacheliers étrangers sans espoir de régularisation

    Par | 6 commentaires | 9 recommandés
    Jeunes bacheliers étrangers à Mayotte, ils et elles ont voulu croire que l’État de droit existait à Mayotte malgré le non-respect d’engagements pris par la préfecture, les irrégularités commises à leur encontre et l’absence de protection dont ils et elles sont victimes. Ils le rappellent dignement au préfet. Le Gisti a souhaité relayer leur parole.
  • Contre une loi liberticide, une autre politique migratoire est possible

    Par | 6 commentaires | 11 recommandés
    Un texte de loi dénoncé aussi bien par les salarié·e·s de la Cour nationale de droit d’asile et de l’Office français de protection des réfugiés et apatrides que par le Défenseur des droits, la Commission nationale consultative des droits de l’Homme ou le commissaire aux droits de l’Homme du Conseil de l’Europe. Des solutions alternatives existent pourtant.
  • Malgré l’abrogation du délit de solidarité, la discrimination des solidaires !

    Par | 3 recommandés
    À Grande Synthe, aujourd’hui, il est impossible aux bénévoles non-français de venir en aide aux migrant⋅e⋅s.
  • La fraternité ne doit pas avoir de frontières

    Par | 18 commentaires | 25 recommandés
    Le Conseil constitutionnel consacre pour la première fois un principe à valeur constitutionnelle de fraternité, créant ainsi une protection des actes de solidarité. Il est désormais acquis que chacun a « la liberté d’aider autrui, dans un but humanitaire, sans condition de la régularité de son séjour sur le territoire national ».
  • Campements parisiens de migrants: après les démantèlements, le harcèlement

    Par | 3 commentaires | 16 recommandés
    Après trois opérations de démantèlement des campements parisiens au début de ce mois, une mécanique infernale se met en place, connue, celle du harcèlement policier à l’encontre des migrants, les poussant à se cacher et à vivre dans une rare précarité.
  • Le geste de l’Espagne n’exonère ni l’Italie ni l’UE de leurs responsabilités

    Par | 19 commentaires | 16 recommandés
    La proposition de l’Espagne d’accueillir les passagers de l’Aquarius ne saurait dédouaner l’Italie et Malte des devoirs qui leur incombent au regard du droit international maritime. Elle n’autorise pas non plus les autres pays de l’Union européenne à se désengager de leur responsabilité collective à l’égard des exilé⋅e⋅s et des réfugié⋅e⋅s.