Blog suivi par 81 abonnés

Le blog de association GISTI

  • Ne dites plus ni « mineurs isolés étrangers » ni « enfants »

    Par | 4 recommandés
    Surtout ne pas dire «  enfant  », parce que cela induirait une vulnérabilité et même un besoin de protection.
  • En finir avec la violation des droits des Jeunes Isolés Etrangers

    Par | 2 commentaires | 16 recommandés
    Tous les jours en France, des centaines d’enfants, de jeunes étrangers sont laissés à l’abandon, exclus de la protection qui leur est due. Heureusement, bien plus souvent qu’on ne l’imagine, des mobilisations courageuses se développent, portées par les jeunes eux-mêmes et leurs soutiens. Une campagne nationale d’alerte, de mobilisation et de dénonciation sera lancée dès septembre.
  • Zone d’attente de Roissy : l'enfermement rime avec inhumanité et violation des droits

    Par | 3 commentaires | 21 recommandés
    Pour Mme S., son mari et leur fille de huit mois, déboutés de leur demande d’asile à la frontière, les 14 jours pendant lesquels ils ont été enfermés dans la zone d’attente de Roissy ont eu des conséquences désastreuses : Mme S. a fait une fausse couche, leur bébé de 8 mois a été malade et la famille a été renvoyée.
  • Pratiques illégales de la police aux frontières à Menton : pas si grave !

    Par | 1 commentaire | 3 recommandés
    Le Conseil d’État, fermant les yeux sur les réalités des privations arbitraires de liberté des migrants à la frontière italienne, valide les pratiques de la police aux frontières et, sous couvert de pragmatisme, contribue au délitement de l’État de droit en France.
  • Christian et François sont poursuivis pour délit de solidarité

    Par | 8 recommandés
    Les pouvoirs publics ont raison d'être vigilants : ces deux gars seraient à l'origine d'une bousculade à l'entrée d'une mairie annexe alors que des policiers municipaux voulaient empêcher de s'y réfugier un groupe de personnes Roms, comptant de nombreux enfants, des nourrissons, et qui venaient de voir leurs habitations et maigres biens détruits en pleine hiver (2°C dehors).
  • Rafles et ordres de quitter le territoire contre des réfugié.e.s

    Par | 5 recommandés
    Malgré la création à Paris d’un centre d’accueil censé éviter que les personnes exilées ne restent à la rue, des opérations policières les dispersent régulièrement des lieux où elles cherchent à s'abriter, faute d’hébergement. Pire encore : des mesures d'éloignement du territoire sont prises contre certains d'entre eux alors même qu'ils ont été empêchés de déposer leur demande d'asile.
  • À quel moment la non assistance à exilé en danger devient-elle un crime?

    Par | 2 commentaires | 6 recommandés
    Aujourd’hui, la situation de plus en plus grave de milliers d’exilé·es, pris au piège par des températures glaciales dans les camps grecs et sur les « routes des Balkans », met très directement en cause les choix de l’UE en matière de « gestion des flux migratoires ». Une alerte du collectif Migreurop, dont le Gisti est membre.
  • «Crise migratoire»: ce que cachent les mots

    Par | 4 commentaires | 12 recommandés
    Au cours de l’été 2015, l’ouverture provisoire de possibilités concrètes d’arriver et de demander l’asile sur son territoire a fait entrer en « crise » une Union européenne qui avait depuis longtemps renoncé à prévoir l’accueil des réfugiés et des migrants. Un article d'Emmanuel Blanchard et Claire Rodier (Gisti, Migreurop)
  • Devant la plateforme d'accueil des demandeurs d'asile (PADA) à Paris

    Par | 4 commentaires | 9 recommandés
    Le témoignage présenté ci-dessous illustre les dysfonctionnements chroniques qu'on observe depuis la mise en place en 2015 des PADA, plateformes d'accueil des demandeurs d'asile, qui ont été confiées à divers opérateurs. C’est là, d’après la loi, qu’il faut se rendre pour faire enregistrer sa demande d'asile.
  • Qu'est-ce qu'il a, mon faciès?

    Par | 1 recommandé
    Décision historique de la Cour de cassation concernant les contrôles au faciès : désormais, les personnes dont l’identité est contrôlée ont seulement besoin d’apporter des éléments qui laissent présumer l’existence d’une discrimination. À l’État de prouver que le contrôle n'a pas été fondé sur des éléments tels que la couleur de peau, l’origine ethnique ou nationale présumée, etc.