• ImageSingulières en quelques clics : la carte interactive du festival

    Par | 3 recommandés
     Pendant la première semaine du festival ImageSingulières (du 27 au 31 mai), quatorze étudiants de l'ESJ PRO Montpellier (Ecole Supérieure de Journalisme) ont animé ce blog sur Mediapart. Leur objectif : apporter un regard décalé sur cet évènement sétois, et vous inviter dans les coulisses de sa 6e édition.Dans cette carte interactive, ils vous proposent de découvrir l'ensemble de leurs productions : interviews, enquêtes, reportages, etc., mêlant écrits, podcasts, vidéos et contenus multimédias.
  • Critiques sétoises

    Par
    #ImageSingulières 2014 : la critique Sètoise © ESJ PRO
    Paroles de boulistes et de pêcheurs sur le festival ImageSingulières. Parmi ceux que nous avons rencontré, ils sont peu nombreux à pousser la porte des expositions. Pourquoi ?
  • Chez les Jones avec Liz Hingley

    Par
    #ImageSingulières 2014 : Inside Liz Hingley's work © ESJ PRO
    La jeune photographe Liz Hingley s’intéresse à l’idée de communauté et à la pauvreté extrême qui sévit en Angleterre. Pendant une année, elle a suivi "Les Jones", une famille anglaise vivant dans une zone industrielle près de Birmingham. 
  • Vivre de son art #2 : "Il faut être un peu écureuil"

    Par
    Yohanne Lamoulère présente, cette année à ImageSingulières, un travail de trois ans, réalisé au coeur des quartiers nord de Marseille. Dans un format carré, paysages citadins et portraits des habitants révèlent cette partie de la ville que l'on ne visite pas.Diplômé de l'École Nationale Supérieure de la Photographie d’Arles, elle va à la rencontre des oubliés du modèle économique mondialisé depuis dix ans. Dans cette interview, elle nous explique comme elle vit de ses travaux photographiques.
  • Gaston Paris : "Dans les ruines de Berlin"

    Par
    Heurtés, enthousiastes, émus … Dans cette rubrique, nous vous donnons la parole. Cette fois-ci, c'est une photo de Gaston Paris qui vous a touchés au festival ImageSingulières.Ce photographe français est connu pour avoir été un des piliers du magazine de reportages Vu. Cliquez sur l'image pour écouter nos podcasts !
  • Vivre de son art #1 : "L'avenir est beaucoup plus incertain qu'il y a 30 ans. C'est pas grave, il faut s'accrocher"

    Par
    Nous vivons dans un monde d'images. Reflex numériques, smartphones, Instagram… Il est facile de s'improviser photographe. Comment ceux qui en font leur métier, avec passion et talent, ceux qui prennent le temps de trouver le point de vue, la lumière et l'instant vivent-ils de leur art ?Jacob Chétrit expose, à l'espace Paul Boyé, "Demain ça ira mieux", série sur une famille rom de Toulouse. Ancien acteur de théâtre au régime de l'intermittence, il est photographe à plein temps depuis un an. Il a répondu à nos questions. 
  • La solitude du pêcheur vue par Vladimir Vasilev

    Par | 1 recommandé
    Heurtés, enthousiastes, émus … Dans cette rubrique, nous vous donnons la parole. Cette fois-ci, c'est une photo de Vladimir Vasilev qui vous a touchés au festival ImageSingulières. Cliquez sur l'image pour en savoir plus !
  • Un jour, une photo : Peindre le handicap

    Par | 1 recommandé
    Autodidacte dans un premier temps, Pablo Baquedano est désormais étudiant pour l'ETPA de Toulouse. Au festival ImageSingulières, il expose une série de photos, série dans laquelle on retrouve plusieurs couples handicapés. Pour ce travail, Pablo Baquedano a été à la rencontre d'anciens élèves de sa mère, qui est éducatrice. Il a voulu leur rendre cet hommage, leur ouvrir les portes du studio photo. 
  • En images : "Ô Chais des Moulins"

    Par
     © Marie-Christine CARFANTAN & Astrid RAUDOT DE CHATENAY © Marie-Christine CARFANTAN & Astrid RAUDOT DE CHATENAY
    ImageSingulières, c’est l’opportunité de découvrir des photographes talentueux. Evidemment. Mais, c’est aussi l’occasion « de faire connaissance avec » des lieux insolites. Les Chais des Moulins par exemple. La preuve en images !
  • Florence Aubenas : "On est tous complices et victimes"

    Par | 1 recommandé
    La pénibilité du travail des femmes inspire. La photographe Valérie Couteron lui consacre une exposition "Corps oubliés" au boulodrome de Sète. A sa manière, la journaliste Florence Aubenas s’était aussi immergée en 2009 dans cet univers. Flash back.