Belab
Abonné·e de Mediapart

Billet publié dans

Édition

L'escarbille

Suivi par 61 abonnés

Billet de blog 22 déc. 2017

Histoire d’une arnaque nationale

Des apprentis sorciers ont violé impunément les lois de la République sans que les gardiens traditionnels de la constitution n’esquissent un geste de protestation . N’en déplaise aux boutefeux, de toutes les chapelles, tous les musulmans de France ne sont pas islamistes, tous les juifs de France ne sont pas sionistes et tous les Français ne sont pas Le Peniste.

Belab
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

 article précédent :  

https://blogs.mediapart.fr/belab/blog/241217/desordre-mondial-post-breton-wood-la-source-du-mal

                              Histoire d'une arnaque nationale

« Tâchons d'arriver à quelque précision en ces questions difficiles, où la moindre confusion sur le sens des mots, à l' origine du raisonnement, peut produire à la fin les plus funestes erreurs». Ernest Renan.

L’auteur est conscient d’introduire le doigt dans une plaie douloureuse, dont l’infection est savamment entretenue au service des intérêts particularistes des lobbies S.H.A.F ( Sionistes , Homosexuels , Athées et Néo-Féministe) et du clientélisme politique  . S’il appelle un chat un chat, sans recourir à des trésors de diplomatie (qu’il ne possède du reste pas), sa démarche demeure néanmoins citoyenne. À ceux qui crient déjà et à ceux qui s’échauffent encore la voix, il confesse, en toute modestie, qu’il n’a de souci que celui de la paix civile et de l’avenir des petits Français de toutes confessions et de toutes origines ethniques.
Pour le reste , n’en déplaise aux boutefeux, de toutes les chapelles, tous les musulmans de France ne sont pas islamistes, tous les juifs de France ne sont pas sionistes et tous les Français ne sont pas Le Peniste.

Si la plaie en question est bien française, son infection doit beaucoup au contexte géopolitique mondial qui prévaut depuis 1979.Aussi, afin d’en faciliter la compréhension et bien situer notre problème, revisitons ce passé récent  https://blogs.mediapart.fr/belab/blog/241217/desordre-mondial-post-breton-wood-la-source-du-mal

Et au milieu coulent les passions vénéneuses de nos contrées

Dans nos contrées plus « civilisées », ce chaos terrifiant , résultat du désordre mondial post- Breton Wood et de la doctrine Carter  , a servi de toile de fond à un gigantesque « théâtre d’ombres chinoises » : une escroquerie intellectuelle domestique à grande échelle et au long-cours (elle dure depuis 38 ans). À des fins de politiques intérieures et d’intérêts particularistes, des lobbies coalisés S.H.A.F. et des hommes politiques en mal de pouvoir, ont diabolisé à outrance une minorité nationale (le bouc émissaire idoine de toujours) dans sa religion.

Dans cette dynamique coupable, ces apprentis sorciers se sont montrés maîtres dans l’art de violer impunément les lois et la constitution de la République ; ils ont même osé frelater sa laïcité en interpolant d'abord un décret de 1793, pourtant abrogé en 1794  puis le décret de février 1795 [7]. Et ce, sans que les gardiens traditionnels de la constitution n’esquissent le moindre geste de protestation en faveur de la paix civile ; le Ministère Public les a vite rejoints dans leur retraite : la solitude est dure à vivre, c’est bien connu.

Un « islam » essentialisé a été érigé par les soins de ces hommes et femmes politiques, ces lobbies coalisés et leurs alter ego islamistes , au terme d’une course à l’échalote .Il est fait de bric et de broc glané dans le shiisme duodécimain (un schisme musulman en proie à la révolution, donc à la surenchère), dans le wahhabisme (une secte parasitant le hanbalisme) et enfin dans différentes idéologies politiques instrumentant le fait religieux dans des partitions de leur inspiration propre.

Là aussi, nous connaissons les résultats.

Selon que vous soyez juif ou musulman

Nous avons vu - avec effroi et révolte- Alain Finkielkraut [8], Mme Badinter [9], Bernard Henri Levy, Goldnabel, Éric Zemmour [10] (tous juifs : donc, en principe, vaccinés contre l’injustice et la mise à l’index sur la base de caractéristiques religieuses ou ethniques) s’autoproclamer exégètes de l’islam et venir nous expliciter les « tares congénitales » de ce dernier. Pour ce faire, curieusement, ils puisent, sans complexe, leurs arguments assassins dans la longue histoire du malheur des juifs, leurs aïeux ; ils opèrent par projection, prenant le soin de remplacer systématiquement le mot juif par le mot musulman.

C’est le chameau qui se moque du dromadaire, ce bossu ! On ne peut s’empêcher de conclure qu’ils seraient bien mieux inspirés de « balayer devant leur porte ».

En effet, observateurs impartiaux ou même seulement circonspects, ils auraient jeté un regard prudent autour d’eux .L’honnête oblige à dire que ce n’est pas l’islam de France [11] qui conteste la laïcité : il est bien trop occupé à demander pardon d’exister sous les coups de boutoir conjugués de ses ennemis, les lobbies d’intérêts particularistes S.H.A.F et les islamistes de tout poil.

Nous connaissons les positions de l’Eglise Catholique Apostolique et Romaine vis-à-vis de la laïcité et de l’homosexualité (laquelle fut dépénalisée au milieu du 20ième siècle seulement) mais nous ne connaissons pas celles des institutions juives de France.

Pour ce qui est de la laïcité .Dans « Le Talmud et la République » Eskenazi et Waintrop (juifs tous deux) rapportent comment le Grand Rabbin de France Sitruk mettait à mal la laïcité « (…) Laïcité rime avec liberté .Aujourd’hui nous vivons un paradoxe : on veut imposer la laïcité. Personnellement, je considère que s’il n’y a pas adhésion de tous à la laïcité, elle n’a plus de raison d’être ». Plus loin, les auteurs attirent l’attention sur le communautarisme juif « (…) communautarisme, très précisément revendiqué par le consistoire de Paris et son concept, importé des Etats–Unis, de ‘’ethnic jews’’. Le communautarisme va en accentuant la visibilité du juif, multiplie les signes d’appartenance dont le port de la kippa à l’école n’est qu’un des symptômes ».

Claude Ascolowitz dénonce, dans Libération http://www.slate.fr/story/123919/joseph-sitruk-laicite: " en mars 1994 Joseph Sitruk, Grand Rabbin de France, brise la porcelaine laïque (…) le second tour des élections cantonales coïncide avec le premier jour de la Pâque juive, jour sacré, jour de repos, et le Grand Rabbin avertit: les juifs, s’ils veulent rester fidèles, ne devront pas voter. Le propos fait scandale: ainsi, la loi de Dieu, par un rabbin exprimée, devait éloigner les juifs du devoir républicain? Ainsi, le Grand Rabbin de France, dépositaire d’une charge inventée par Napoléon, garant historique de l’intégration des juifs au pays, les en détacherait au nom de la foi?"

Pour ce qui est de l’homosexualité. Le Grand Rabbin de France s’était également distingué par son intolérance en déclarant sur les ondes de la radio communautaire juive : «la Torah considère l'homosexualité comme une abomination et un échec de l'Humanité». Pour lui, la Gay Pride de Tel Aviv était une «initiative de tentative d'extermination morale du peuple d'Israël », elle « rabaisse au rang le plus vil» le pays. Joseph Sitruk appelait par ailleurs à ce que : «les auditeurs écoutent mon appel au secours et réagissent de façon radicale à une telle abomination».[12] (Source Libération : http://www.liberation.fr/direct/element/lex-grand-rabbin-de-france-joseph-sitruk-vise-par-une-plainte-pour-incitation-au-crime-en-raison-de-_47370/).

En réaction, l’association SOS Homophobie avait déposé plainte pour «incitation au crime en raison de l'orientation sexuelle».

Quelle est la position de l’islam de France quant à ces sujets brûlants ?

L’islam de France s’est-il illustré, par le biais de la Mosquée de Paris, de Lyon ou de Marseille, par des prises de position contre la laïcité ? Contre l’homosexualité ? Contre l’expression citoyenne ? A-t-il fait montre de la même insolence que celle du Rabin Sitruk envers la République ? S’est-il mêlé du droit de vote ? A-t-il mis les lois religieuses au-dessus des lois de la République, à l’instar du Grand Rabbin de France ?

À toutes ces questions la réponse est non. Pourtant, c’est l’islam de France qui est mis à l’index en permanence depuis 1979. Les griefs en chapelet allégués à son encontre sont glanés dans le désordre international dont il n’est aucunement responsable.
Cette injustice est encore plus révoltante si on juge les faits suivants à l’aune du pataquès médiatique sur le foulard dit islamique.

Selon M. Péna-Ruiz ,avant que M. Ernest Chénière , principal du collège de Creil, n’ait médiatisé l’affaire du voile , il y a eu ,dans ce même établissement ,une affaire de kippas .[13] http://videos.senat.fr/video/videos/2015/video27531.html
L’affaire du voile a prospéré plus que de raison; l’affaire de kippas a été enterrée rapidement.

Cela s’explique, bien sûr.

La communauté juive est organisée ; l’omniprésence de la Shoa dans l’actualité et sa prégnance permet de cataloguer d’antisémite la moindre critique du judaïsme ou seulement du sionisme, et partant, tétanise les plus hardis ; les sionistes français se sont alliés à d’autres groupes de pression pour former les lobbies S.H.A.F. [14]

Nota : Ces groupes de pression alliés aux sionistes sont les associations homosexuelles, athées et néo-féministes. Ils ont barre sur les médias et luttent contre la religion dominante - l’Eglise catholique qui entrave leurs projets de libération des mœurs, de GPA, de mariage pour tous, de libérations homosexuelles et féministes - en utilisant l’islam comme le repoussoir archétype : toute victoire contre ce dernier est proclamée dans les médias « victoire contre la Religion », donc contre la catholique aussi.

L’islam de France, lui, brille par son éclatement et son inorganisation : il faut dire qu’il est bien aidé en cela par les séquelles de l’histoire coloniale de la France et par l’absence de clergé en son sein .Il est ostracisé et fournit les plus forts contingents de nos ghettos ; il n’a pas de porte-parole agréé ; il est inaudible dans nos médias ; il participe peu au jeu électoral (partant, les hommes politiques ne s’intéressent pas à son sort). De plus, le contexte international (doctrine Carter lien, wahhabisme lien, DAESH ) donne consistance à tous les amalgames et favorise l’islamophobie.

Le foulard à l’école et les apprentis sorciers.

Depuis 1989, on nous mélange – volontairement, afin de rendre la compréhension difficile voire impossible - la laïcité de l’Etat et la laïcité de l’Ecole.

Dans la « lettre ouverte au président de la République » [7], il a été montré comment les lobbies S.H.A.F., interpolant déloyalement un décret, de 1795 pourtant abrogé , ont dénaturé la laïcité de l’Etat (la séparation « du temporel et du spirituel » ou « séparation des Eglises et de l’Etat ») et vidé la loi du 09 décembre 1905 (toujours en vigueur, elle) de sa substance. Nous y renvoyons le lecteur.

Attelons nous ici à montrer comment nos lobbies S.H.A.F et les islamistes de tout poil, se faisant la courte échelle, ont réussi à faire de l’affaire du foulard à l’école un « problème civilisationnel », pas moins.

La laïcité de l’école est encadrée par les lois Jules Ferry, les deux circulaires Jean Zay (1936 et 1937) [15]http://www.patronagelaique.fr/index.php/laicite/legislation/textes-nationaux/173-1936-1937-circulaires-jean-zay la loi de 2004 sur les signes ostentatoires http://www.legifrance.gouv.fr/affichTexte.do?cidTexte=JORFTEXT000000417977&categorieLien=id
En 1936 et 1937, les circulaires Jean Zay avaient rétabli l’ordre lorsque des soubresauts politiques et religieux avaient bousculé l’équilibre, instable par définition, de nos cours de récréation et contraint les autorités à intervenir. L’Eglise Catholique et les partis politiques avaient admis, alors, la nécessité de protéger l’Ecole.

Nota Bene : L’Islam de France, en acceptant, sans rechigner, la loi de 2004 sur les signes religieux ostentatoires, n’a pas agi autrement.

Parti de Creil, en 1989, comme un jappement d’hydrogène, ce problème du voile à l’école - qui n’en est pas un en réalité, comme cela va être montré - perdure. Il poursuit, miraculeusement, sa combustion dans le temps comme ces tourbières sibériennes qui semblent ne jamais vouloir s’éteindre.

En effet, ce problème n’en est pas un : une consultation loyale des islamologues, musulmans ou non, (d’avant 1979 de préférence et ce, afin d’éviter les manipulations immanquables des acteurs engagés dans les luttes passionnelles du moment) aurait permis de montrer que, pour l’islam, l’enfant n’a pas de devoirs moraux envers Dieu. Ne sont assujettis aux Fiqhs que les moukalafoune (moukellef au singulier = être qualifié, avoir l’âge de raison). L’islam est une religion de grandes personnes, exclusivement. L’enfant ne répond à aucun des cinq piliers de l’islam (pas même la Chahada, l’article premier pour ainsi dire) .Le garçon est certes circoncis mais ce seul critère est insuffisant pour faire de lui un musulman. Il demeure donc un musulman en devenir, ne serait-ce que par le lait de maman, ses makroutes et ses zlabias aussi.

Que de haine distillée pour rien ! Une simple question adressée aux islamologues aurait permis de couper l'herbe sous les pieds des provocateurs et des  manipulateurs .

Aussi, la valse-hésitation de nos gouvernants, le pataquès médiatique lancinant et la chorale des pleureuses en crises de nerfs feintes, n’auraient jamais dû prospérer. Sans le clientélisme politique, les médias charognards et les intérêts particularistes bien compris, les « moutardes auraient été soigneusement mouchées » et les manipulateurs en tous genres renvoyés à leurs paillasses d’apprentis sorciers, depuis longtemps.

Nous avons tous entendu ces déclarations, postulées définitives à peine formulées, des « caudillos du café du commerce » selon lesquelles la République « ne reconnaît aucun culte, elle n’a pas à tenir compte des spécificités de telle ou telle religion ». C’est faux ! L’article 2 de la loi du 09 décembre 1905 https://www.legifrance.gouv.fr/affichTexte.do?cidTexte=JORFTEXT000000508749 ne tourne aucunement le dos aux croyances des citoyens ; s’il stipule que « La République ne reconnaît, ne salarie ni ne subventionne aucun culte », il n’entend pas , bien sûr, proscrire les religions embrassées par les citoyens mais juste empêcher celles-ci d’empiéter sur les prérogatives de l’Etat. N’en déplaise à nos maîtres-à-penser, cet article 2, qui met fin au budget des cultes, https://blogs.mediapart.fr/edition/lescarbille/article/270916/de-la-soi-disant-unicite-de-la-sharia-et-du-pseudo-monolithique-islamui , proclame se soucier des croyances des citoyens et va jusqu’à inscrire dans les budgets des communes, des départements et de l’Etat « les dépenses relatives à des services d'aumônerie et destinées à assurer le libre exercice des cultes dans les établissements publics tels que lycées, collèges, écoles, hospices, asiles et prisons ».

Rappelons que le Ministre de l’Intérieur est aussi Ministre des Cultes : il a la charge de la police des cultes (section III de la loi du 09 décembre 1905) dans le respect de la constitution.

Je renvoie  le  lecteur  au  discours de Ferdinand Buisson aux instituteurs, Cf. : https://blogs.mediapart.fr/280128/blog/221217/extraits-la-foi-laique-ferdinand-buisson. Ce « jésuite de la laïcité », ce « hussard noir de la République » soufflète post mortem nos lobbies S.H.A.F et leurs affidés, ces sans vergogne inconséquents, qui ont sacrifié la paix civile et notre citoyenneté sur l’hôtel de leurs intérêts particularistes. Il soustrait la laïcité de l’Ecole aux passions des adultes et la cantonne derrière les garde-fous de la modération. Reprenant Duruy, Ferdinand Buisson déclare « Formez des hommes ! Il y a, messieurs, une condition : soyez vous-même des hommes (…) Si l'un vient vous dire : ’’ Mais, prenez garde ! En tenant aux enfants un langage moral et religieux, vous allez déplaire à monsieur un tel, qui est athée, à ce qu'on assure’’; si un autre vous dit au contraire ’’ Prenez garde! en parlant à ces enfants de liberté, d'égalité, des principes de 1789 ou de cette nuit mémorable où les plus nobles des Français ont déchiré de leurs mains tous leurs privilèges, vous allez déplaire à tel clérical acharné ’’, vous leur répondrez : ’’ Non, je ne crains rien parce que je ne dirai rien à ces enfants qui ne soit écrit de la main même de la nature au fond de leur cœur. Je ne crains rien, parce que je ne sers personne. Ni ce radical athée, ni ce clérical réactionnaire ne sont les monstres que vous vous figurez. L'un et l'autre aime ses enfants et me saura gré des efforts que je fais non pour les soustraire à l'influence paternelle, non pour leur imposer mes opinions particulières, mais pour leur donner un premier fonds d'idées généreuses et de bons sentiments, pour leur faire, à l’aide des seules vérités que l'intuition met à leur portée, une âme noble, pure, droite, éprise du beau et du bien, capable d'aimer Dieu, l'honneur et la patrie’’ » .(Source :Ferdinand Buisson , la foi laïque , p.6,7,8,9) lien : https://blogs.mediapart.fr/280128/blog/221217/extraits-la-foi-laique-ferdinand-buisson

Sources utilisées:

[7]https://blogs.mediapart.fr/edition/lescarbille/article/011016/lettre-ouverte-m-le-president-de-la-republique

[ 8]https://blogs.mediapart.fr/edition/lescarbille/article/021117/alain-finkielkraut-pris-au-collet-dans-une-boucle-de-logique

[9]https://blogs.mediapart.fr/edition/lescarbille/article/210717/elisabeth-badinter-un-creve-coeur-0

[10]https://blogs.mediapart.fr/edition/lescarbille/article/130916/quelle-hecatombe-si-le-ridicule-tuait

[11]https://blogs.mediapart.fr/edition/lescarbille/article/130617/b-2-les-origines-de-l-islam-de-france

[12] http://www.liberation.fr/direct/element/lex-grand-rabbin-de-france-joseph-sitruk-vise-par-une-plainte-pour-incitation-au-crime-en-raison-de-_47370/).

[13] http://videos.senat.fr/video/videos/2015/video27531.html

[14]https://blogs.mediapart.fr/edition/lescarbille/article/170917/la-coalition-des-interets-particularistes-shaf-ou-l-aristocratie-du-moment

[15]http://www.patronagelaique.fr/index.php/laicite/legislation/textes-nationaux/173-1936-1937-circulaires-jean-zay la loi de 2004 sur les signes ostentatoires http://www.legifrance.gouv.fr/affichTexte.do?cidTexte=JORFTEXT000000417977&categorieLien=id

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Santé
Le naufrage d’un ministre désinvolte
Le voyage de Jean-Michel Blanquer aux Baléares, à la veille d’une rentrée scolaire à haut risque, résume deux années de gestion de la pandémie de Covid-19 : par désintérêt manifeste, il n’a jamais répondu aux craintes et à l’épuisement des enseignants comme des familles. 
par Caroline Coq-Chodorge
Journal
Anne Hidalgo face à Mediapart
Ce soir, une invitée face à la rédaction de Mediapart : la maire de Paris et candidate socialiste à l’élection présidentielle.  
par à l’air libre
Journal — Industrie
Industrie française : l’attractivité de la rente
Accusé d’être le fossoyeur de l’industrie, Emmanuel Macron entend contre-attaquer : grâce à sa politique, la France aurait retrouvé son attrait pour les investisseurs étrangers. Mais il confond compétitivité-prix et attractivité, qui repose sur des écosystèmes détruits systématiquement par le gouvernement au profit d’un capitalisme de rente.
par Martine Orange
Journal
La Serbie fait front derrière son héros Novak Djoković
Les aventures australiennes de l’actuel numéro un du tennis mondial, et son expulsion, ont mobilisé la Serbie, qui a défendu bec et ongles son champion. Sûrement parce qu’il incarne depuis plus d’une décennie les espoirs de tout le pays, mais aussi ses profondes contradictions. 
par Jean-Arnault Dérens, Laurent Geslin et Simon Rico

La sélection du Club

Billet de blog
Université et Recherche, fondements d'une VIème République, démocratique et sociale
Emmanuel Macron a prononcé un discours au congrès de la conférence des présidences d’Universités ce jeudi 13 janvier, dans lequel il propose une réforme systémique de l’université. Des chercheurs et enseignants-chercheurs membres du parlement de l’Union Populaire, des députés, ainsi que des membres de la communauté universitaire lui répondent.
par Membres du parlement de l’Union Populaire
Billet de blog
De la grève, de l'unité syndicale et de sa pertinence
Attention : ce billet n'est pas anti-syndicaliste. Il sera peut-être qualifié comme tel par des gens qui ne savent pas lire. Je laisse volontiers ceux-là dans leur monde noir et blanc. Je suis syndiqué et j'invite tout le monde à l'être. Sans syndicats nous mourrons. On n'aimerait juste pas mourir avec. 
par Jadran Svrdlin
Billet de blog
La farandole ultra-droitière d'un ministère de « l'Instruction publique »
Eric Zemmour vient de présenter comme un point important de son programme éducatif la « création d'un grand ministère de l'Instruction publique ». Cela avait déjà été préconisé dès 2013 dans le projet d'« une droite forte » rédigé par deux secrétaires nationaux de l'UMP : Guillaume Peltier et Didier Geoffroy. Et Jean-Michel Blanquer l'aurait aussi suggéré à Emmanuel Macron lors de sa nomination.
par claude lelièvre
Billet de blog
La gauche et l’éducation : l’impensé des savoirs scolaires
D’un débat entre représentants des candidats de gauche et de l’écologie sur l’éducation ressort l’impensé partagé des savoirs scolaires.
par Jean-Pierre Veran