H. Sabbah

Analyste économique, business et marketing

Paris - France

Son blog
3 abonnés Des chiffres & du sens
  • 9 billets
  • 0 édition
  • 0 article d'éditions
  • 0 portfolio
  • 0 lien
  • 0 événement
  • 0 favori
  • 6 contacts
Voir tous
  • La retraite à l’envers : un régime universel et égalitaire

    Par
    Le Covid-19 a mis le pays en pause. Outre l’économie, ce sont aussi les projets de lois qui ont été mis en pause. Particulièrement celle des retraites. Mais comme E. Macron ne veut pas changer de cap (son discours du 14 juin n’augure rien de bon), il convient de s’interroger sur l’injustice de ses idées et comment nous pourrions facilement le(s) corriger.
  • Grand voyageur = Grand Pollueur ?

    Par
    L’été approche. Avec lui, les envies d’ailleurs, de liberté, de voyage. Sauf que pour aller ailleurs, les pieds ne suffisent souvent pas ! Certains prendront l’avion. Parmi eux, il y a des "grands voyageurs" qui peuvent savourer le confort des lounge et des coupe-files grâce à leurs statuts premium. Parlons-en.
  • La décroissance c’est comme le sexe : subir ou choisir, c’est différent !

    Par
    Dans l’émission C l’hebdo du 30 mai, au cours d’une diatribe dont la virulence n’a d’égale que les raccourcis spécieux et l’ignorance coupable, le philosophe R. Enthoven a assimilé la décroissance à la misère et posé un signe égal entre la décroissance subie et choisie. Ce discours mérite une réponse.
  • Proportionnelle, rappel d’une promesse oubliée : cynisme ou calcul électoral ?

    Par
    Lors de sa visite à l’hôpital de la pitié salpêtrière, E. Macron répétait : quand je fais des promesses je les tiens ! Il y a quasiment 3 ans jour pour jour, le candidat Macron avait fait une promesse : mettre de la proportionnelle dans les élections législatives. Alors que s’est-il passé ?
  • Le monde d’après : que faire de la dette ?

    Par
    La dette. La dette due au Covid-19. Ce mot seul suffit à brider toute velléité de changement, d’amélioration. Pire, ce mot fait croire que l’on vivrait au-dessus de nos moyens et justifierait l’état calamiteux des services publics, comme l’hôpital. Pour les tenants de la rigueur seule l’austérité peut répondre à la dette : elle nous attend déjà après la crise. Et si nous refusions ?