J-M Reboul

Retraité depuis 2011, photographe et curieux

Grabels - France

Sa biographie
Graphiste, photographe, écrivain, pilote aussi… curieux de tout, passionné par les sciences, où je pensais qu'était ma voie avant de me faire très tôt happer par la pub à la sortie de la fac. Virage impromptu vers le domaine atrtistique après un début de maîtrise de sciences en maths et physique. J'en ai gardé cependant une démarche personnelle et un esprit critique : comme Saint Thomas, je ne crois que ce que je vois…
  • 7 billets
  • 0 édition
  • 0 article d'éditions
  • 0 portfolio
  • 0 lien
  • 0 événement
  • 0 favori
  • 2 contacts
Voir tous
  • COP21, en route vers le totalitarisme ?

    Par
    les-3-singes-de-la-sagesse les-3-singes-de-la-sagesse
    "Désolés, chers lecteurs, spectateurs, auditeurs, nous nous sommes trompés en vous parlant du réchauffement climatique, qu'on croyait dû à l'accroissement du CO2. Plus probablement, nous nous trouvons aujourd'hui dans une phase "plateau", en haut d'une variation climatique naturelle, dont on ne connaît pas l'évolution dans les années à venir… Le CO2 n'a aucune action !"
  • Et si on parlait de refroidissement climatique ?

    Par
    Sur le site de La Chaîne Météo on trouve des informations en profond désaccord avec la grand'messe de la COP21. Heureusement les journalistes n'ont pas à s'inquiéter pour leur emploi. Cette chaîne n'appartient pas à l'Etat, ils ne subiront pas le même sort que Philippe Verdier !
  • Le climat revisité par l'histoire

    Par
    En 2010 est paru chez Plon l’ouvrage d’Emmanuel Garnier, Les Dérangements du temps, 500 ans de chaud et de froid en Europe un ouvrage de 250 pages rédigé par un historien agrégé d'histoire et maître de conférences, chercheur au sein du Laboratoire des sciences du climat et de l'environnement (UMR CEA-CNRS, Saclay) et du CRHQ, UMR CNRS-Université de Caen.Emmanuel Garnier intervient comme responsable ou collaborateur de plusieurs programmes nationaux pour le GIS «Climat-Environnement-Société», le CNRS et le ministère de l'Ecologie, de l'Energie, du Développement durable et de l'Aménagement du territoire. Il sait de quoi il parle, et en historien responsable tente de nous éclairer sur l'histoire de notre climat à la lumière de multiples archives publiques, privées, laïques ou religieuses…
  • La prise de pouvoir du climato-bourrage-de-crâne des media français

    Par
    Alors qu'il a été de l’ordre de moins d'un degré en l’espace d’un siècle, le réchauffement climatique actuel (qui s’est arrêté depuis 15 à 18 ans) fait toujours la une des éditos de nos media et relaie complaisamment les déclarations désordonnées de politiques qui, sous prétexte de développement durable, se prennent les pieds dans le tapis.Certes, on comprend bien que notre Président, nos Ministres, Conseillers, Secrétaires d’État… (etc.) en charge de gouvernance aient à cœur de nous montrer qu’ils agissent, quitte à s’emmêler les pinceaux dans des explications oiseuses pseudos-scientifiques à contresens de la vérité (par exemple en attribuant les tremblements de terre et tsunamis au "changement climatique", un phénomène atmosphérique).Mais le rôle des journalistes, du moins il me semble, est de nous informer, de critiquer, de décrypter à bon escient. La Presse, la Télévision, les Radios ont pour raison d’être, entre autres, l’information. C’est-à-dire l’enquête, le décryptage, la recherche de la vérité par delà les discours, qu’ils émanent des politiques, des scientifiques, ou de n’importe qui d’autre. Et de nous rendre tout cela intelligible et clair. Ce n’est pas le cas hélas !
  • Niveau des mers, toujours recommencé…

    Par
    De toutes les alarmes dont on nous rebat les oreilles depuis une trentaine d'années, le niveau des mers et sa vitesse de montée sont les plus fallacieuses. Les réfugiés climatiques chassés de leurs côtes, les îles qui disparaissent sous la montée des eaux, les côtes qui s'érodent, sont les menaces cent fois répétées par les media qui jouent aux perroquets alors que le niveau des mers à Brest s'est élevé de 30 cm en 300 ans comme l'indique le site officiel du marégraphe. Et qu'en Nouvelle Calédonie entre 1967 et 2005 il n'y a eu aucune élévation du niveau de la mer. Nouméa est à 770 km de Vanuatu.