Jean-Claude Leroy
Abonné·e de Mediapart

334 Billets

1 Éditions

Billet de blog 4 sept. 2017

« Rompre une lance pour les USA, my pleasure » (par André Bernold)

Premier extrait d'une correspondance de l'écrivain André Bernold, ami de Beckett, Deleuze, Cioran, Derrida, Kurtàg, Hantaï, et auteur notamment d'un très beau livre paru il y a quelques mois : "J"écris à quelqu'un" (éditions Fage)

Jean-Claude Leroy
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

André Bernold m’écrit de bien belles lettres, je lui ai proposé d’en partager des extraits sur ce blog. Pour les lecteurs curieux, passagers de Mediapart, une occasion de faire connaissance avec ce déconnecté notoire, intellectuel atypique par son défaut d’ambition, son désœuvrement cultivé assorti d'une honnêteté féroce. Pour le découvrir, ici. Et pour le lire, c’est ci-dessous, signé Bernold.

« … Aussi bizarre que cela puisse paraître, c’est auprès des membres de l’enseignement supérieur des États-Unis, toutes disciplines confondues, que j’ai trouvé l’accueil le plus constamment généreux, voire enthousiaste ou fervent : j’en dis autant d’une bonne partie de mes étudiants là-bas. Je le note en passant, mais pour moi, évidemment, ça dit quand même quelque chose de ce pays d’un peu moins conventionnel que ce qui traîne partout. En France on m’a partout et toujours rechigné ; aux USA, peu s’en est fallu qu’on ne m’ait fêté.

Cela, pour une part, a une raison encore politique : c’est qu’aux USA, l’exercice de la parole n’est pas, comme chez nous, un vain mot. On est dans une aire beaucoup plus profondément, authentiquement démocratique qu’ici. Tous les étrangers le disent, nous sommes, comme l’Inde ancienne, une société de castes, et comme la Chine ancienne un despotisme bureaucratique. Nous seuls nous gargarisons de notre prétendue République et de notre soi-disant démocratie, nous sommes les seuls à faire semblant d’y croire. Un Allemand, un Autrichien un Italien, un Anglais, un Argentin cultivés savent et disent que la réalité est tout autre. Nous sommes démasqués depuis longtemps, au moins depuis Napoléon 1er, ça n’est pas oublié, et déjà Schopenhauer disait rudement que si l’Afrique a ses singes, L’Europe a ses Français. Voilà notre vrai standing international. Et je ne te parle pas de l’opinion des Chinois. Celle des Africains colonisés et pillés et de la persistante France-Afrique, tu peux aussi l’imaginer. Depuis des générations ils se taisent, mais n'en pensent pas moins. Fin de la parenthèse d’un sale anti-France, à mettre au pilori du Figaro, de L’Express et même de l’Observateur. Maintenant, la vraie France dont je me réclame, c’est celle de Bernard Palissy, de Blaise Pascal, de Pasteur. Et de tant d’autres, Dieu merci.

Dans l’exercice de ma profession, l’enseignement, à laquelle je me suis adonné avec passion, profession choisie, non pas subie (j’aurais pu faire l’ENA en y mettant un coup comme tant de mes petits camarades), j’ai toujours donné des conférences plutôt que des cours. Je n’ai jamais parlé que sans la moindre note (comme André Tubeuf et Gilles Deleuze, mes modèles), en regardant bien en face mon auditoire, et je n’ai jamais fait deux fois le même cours, comme tant de sinistres collègues de collège ou de lycée qui n’ont parlé trente fois que des Fourberies de Scapin ou de L’étranger et qui estiment que ça mérite salaire. Cela, certes, m’a valu quelques ennuis. Mais aux USA, dans l’ensemble, ça passait pour de l’éloquence ; en France, pour de la prétention et de la manipulation (rapports officiels). Or, aux USA, non seulement on admet l’éloquence comme arme légitime, mais, comme sur l’agora d’Athènes, on l’aime, on l’applaudit, on s’y presse, on la pèse au trébuchet. Et les hommes les plus éloquents que j’aie entendus de ma vie, dignes de la Grèce et de la Rome antiques, la véritable éloquence politique qui fait qu’une assemblée soudain se lève, ce n’est pas dans un prétoire parisien que je les ai vus, issus du Barreau, mais dans les universités américaines. Que cela soit versé au dossier épineux des États-Unis d’Amérique. Et je crois que Jean Genet ne s’y est pas trompé. Et si tu demandes à un chauffeur de poids lourds en qui comme Américain il se reconnaît le plus volontiers il te répondra : Herman Melville. Parfois Thoreau, parfois Whitman. Il me semble que ça parle haut et fort. Je suis peut-être le seul intello d’extrême gauche en France à rompre une lance pour les USA. My pleasure.

Pour finir sur une note plaisante, je te confie que dans une des bonnes universités dans laquelle j’ai été appelé à enseigner (Dartmouth College, New Hampshire, Nouvelle Angleterre, Côte Est) – compte non tenu de la notoriété de Johns Hopkins, (Baltimore), où j’ai bel et bien été élu, mais jamais nommé (en 1993, ce qui a été un des plus sinistres points de rebroussement de ma destinée, à partir duquel tout n’a cessé d’aller de mal en pis) – on est quand même arrivé à un moment critique lorsque mes étudiants se sont mis à obstruer les bureaux du Doyen en demandant : But why isn't everybody like professor Bernold ? Pourquoi tous les professeurs ne sont-ils pas comme professôr BEÜRNOLT ? Et certains allaient jusqu’à ajouter : c’est là que l’argent de nos parents ne serait pas dépensé en vain… Authentique ! Délicat. Ô délicat… »

André Bernold (été 2017)

Voir aussi, d'André Bernold :

« La légitimité de M. Emmanuel Macron »
« La vulgarité c’est de consentir au réel. Pire, de lui mettre un prix. »
« Rompre une lance pour les USA, my pleasure »
Bach, c’est l’Aleph de Borges
Le massacre de Las Vegas
Nous consentons à la mort avec beaucoup d’aisance…
L’insoluble affectif
Faire fluer le passé dans le présent : "Graindelavoix" et Björn Schmelzer à Paris
Qui sont nos intercesseurs ?
Errare humanum est, sed perseverare diabolicum
L’œuvre et le désœuvrement (version courte)
Du charabia sous le sapin : une couronne ne vaut pas le clou pour l'accrocher
Le Luxe
C KOI C KONRI
Bilan et perspectives
Le Fond

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Écologie
Incendies en Gironde : « C’est loin d’être fini »
Dans le sud de la Gironde, le deuxième méga-feu de cet été caniculaire est fixé mais pas éteint. Habitants évacués, élus et pompiers, qui craignent une nouvelle réplique, pointent du doigt les pyromanes avant le dérèglement climatique, qui a pourtant transformé la forêt des Landes en « grille-pain ».
par Sarah Brethes
Journal
Été de tous les désastres : le gouvernement rate l’épreuve du feu
Le début du second quinquennat Macron n’aura même pas fait illusion sur ses intentions écologiques. Depuis le début de cet été catastrophique – canicules, feux, sécheresse –, les ministres s’en tiennent à des déclarations superficielles, évitant de s’attaquer aux causes premières des dérèglements climatiques et de l’assèchement des sols.
par Mickaël Correia et Amélie Poinssot
Journal
Des avocates et journalistes proches de Julian Asssange poursuivent la CIA
Deux journalistes et deux avocates américains ont déposé plainte contre l'agence de renseignements américaine et son ancien directeur, Michael Pompeo. Ils font partie des multiples proches du fondateur de WikiLeaks lui ayant rendu visite dans son refuge de l'ambassade équatorienne de Londres alors qu'il été la cible d'une vaste opération d'espionnage.
par Jérôme Hourdeaux
Journal — Écologie
Pour plus d’un quart des Alsaciens, l’eau du robinet dépasse les normes de concentration en pesticides
Dans le Bas-Rhin, des dépassements des limites de qualité ont été constatés dans trente-six unités de distribution qui alimentent en eau potable plus de 300 000 habitants, soit un quart de la population. Le Haut-Rhin est touché dans des proportions similaires.
par Nicolas Cossic (Rue89 Strasbourg)

La sélection du Club

Billet de blog
Les talibans en Afghanistan : un an de pédocriminalité, de mariages forcés et de suicides
[Rediffusion] Cela fait presqu'un an que les talibans ont repris le pouvoir en Afghanistan. Depuis août 2021, plus d'une centaine de femmes ont été assassinées ou se sont suicidées en Afghanistan. Les talibans apprennent aux enfants à tirer et les exploitent sexuellement.
par Mortaza Behboudi
Billet de blog
De Kaboul à Kyiv : femmes déchues de leur citoyenneté
[Rediffusion] Rien en apparence semble lier le sort des femmes afghanes à celui de leurs contemporaines ukrainiennes si ce n’est déjà la dure expérience d’une guerre sans fin. A travers leur corps de femme, peu importe leur âge, elles subissent une guerre menée contre leur statut durement gagné en tant que citoyennes ayant des droits, au nom d’une violence patriarcale que l’on espérait révolue.
par Carol Mann
Billet de blog
« Le canari dans la mine de charbon » : chronique annoncée de la crise du Sri Lanka
La grave crise économique que traverse le Sri Lanka, la suspension du paiement de la dette souveraine et le soulèvement populaire de 2022 ont attiré l’attention du monde entier. Le Sri Lanka est décrit comme le « canari dans la mine de charbon », c’est-à-dire un signe avant-coureur de l’avenir probable d’autres pays du Sud.
par cadtm
Billet de blog
Russie, une guerre criminelle, une opinion complice ?
Une analyse du sociologue russe Lev Goudkov, qui démonte les leviers de la propagande du pouvoir russe et y voit l'explication du soutien passif, mais majoritaire apporté par la population russe à l'intervention militaire en Ukraine. Il ne cessera, selon lui, qu'avec un choc qui lui fasse prendre conscience des causes et des conséquences de la guerre, processus qui n'est pas encore engagé.
par Daniel AC Mathieu