Jean-Claude Leroy
Abonné·e de Mediapart

334 Billets

1 Éditions

Billet de blog 26 sept. 2017

La légitimité de M. Emmanuel Macron (par André Bernold)

Du point de vue d’un expert de Sciences Po, la confection, à ciel ouvert, de la candidature de M. Macron est incontestablement un pur chef-d’œuvre. C’est peut-être la plus soigneuse fabrication d’un GOLEM qui ait jamais été entreprise. En termes modernes, l’indispensable catalyseur de cette opération aura été la presse…

Jean-Claude Leroy
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

La légitimité de M. Emmanuel Macron est très faible. Elle est quasi nulle. Il a été qualifié pour le 2e tour avec 18 % des voix du corps électoral, 12 % de la population totale. Puis, Attila étant aux portes de l’Élysée, il a été porté au pouvoir par seulement 44 % du corps électoral, soit 28 % de la population totale (19 millions sur 67 millions d’habitants), 32 % des citoyens inscrits de ce pays ayant préféré s’abstenir, voter nul, ou blanc. Faites vos comptes. Depuis, Attila s’est volatilisé. Il a quand même 8 députés. Faites vos conjectures.

Les législatives ont eu lieu ensuite dans le plus pur style du Second Empire : avec candidats officiels énormes posant aux côtés d’un individu plus égal que les autres, au milieu d’une poussière dansante d’atomes politiques ou sociaux. Le résultat est un parlement croupion, une chambre introuvable unique dans les annales de la République, et, pour parler clair : le pire désastre en France depuis juin 1940. Un changement de régime a eu lieu, tout le monde s’accorde là-dessus. On peut soutenir que d’une certaine manière M. Donald Trump a été plus démocratiquement élu que M. Emmanuel Macron.

Du point de vue d’un expert de Sciences Po, la confection, à ciel ouvert, de la candidature de M. Macron est incontestablement un pur chef-d’œuvre. C’est peut-être la plus soigneuse fabrication d’un GOLEM qui ait jamais été entreprise. En termes modernes, l’indispensable catalyseur de cette opération aura été la presse, je garde le vieux mot et le préfère à celui de media, sans s, s’il vous plaît, c’est déjà un pluriel, – car, faire une couverture, cela se dit de la presse, et non pas d’un quelconque medium. Or M. et Mme Macron ont fait, hors campagne, plus de cinquante couvertures de magazines, plus peut-être que Johnny. Certainement plus que M. et Mme Einstein. C’est ce qu’on appelait, naguère, la magie du direct. Car, que voulez-vous, spontanément, en toute liberté, plus de cinquante magazines, ou les mêmes plus de cinquante fois, on s’y perd, ont gracieusement siphonné, ventousé, les icônes, non seulement de M. Macron, mais aussi de Mme. Le tropisme mentionné en dernier lieu équivaut à un coup de génie, de la part des commanditaires de M. Macron. Je parle du candidat. Je ne parle pas du président de la république. Ce dernier est intangible. Son prédécesseur larvaire ne l’est pas. C'est d'ailleurs l'une des particularités des trois dernières élections, qui, à beaucoup d'autres égards, marquent un changement d'époque, que la stature du président soit habitée en creux et minée de l'intérieur (en permanence) par les stratagèmes vulgaires qui ont contribué à la conquête du pouvoir : le kärcher de M. Sarkozy, et tant d'autres Disneyland, le « moi président » du futur président ordinaire, M. Hollande, enfin le vide sidéral propagé par le couple de M. et Mme Macron d'avant la victoire. Le plus sinistre de l’histoire, c’est que tout le monde, même les enfants, sait pertinemment qui se tient immobile, le crâne fendu d’un rire carnassier, derrière cette larve, derrière ce masque, derrière cette personne qui en elle-même n’est véritablement PERSONNE.

André Bernold (septembre 2017)

Voir aussi, d'André Bernold :

« La légitimité de M. Emmanuel Macron »
« La vulgarité c’est de consentir au réel. Pire, de lui mettre un prix. »
« Rompre une lance pour les USA, my pleasure »
Bach, c’est l’Aleph de Borges
Le massacre de Las Vegas
Nous consentons à la mort avec beaucoup d’aisance…
L’insoluble affectif
Faire fluer le passé dans le présent : "Graindelavoix" et Björn Schmelzer à Paris
Qui sont nos intercesseurs ?
Errare humanum est, sed perseverare diabolicum
L’œuvre et le désœuvrement (version courte)
Du charabia sous le sapin : une couronne ne vaut pas le clou pour l'accrocher
Le Luxe
C KOI C KONRI
Bilan et perspectives
Le Fond

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — International
Être LGBT+ en Afghanistan : « Ici, on nous refuse la vie, et même la mort »
Désastre économique, humanitaire, droits humains attaqués… Un an après avoir rebasculé dans les mains des talibans, l’Afghanistan n’en finit pas de sombrer. Pour la minorité LGBT+, le retour des fondamentalistes islamistes est dévastateur.
par Rachida El Azzouzi et Mortaza Behboudi
Journal — International
« Ils ne nous effaceront pas » : le combat des Afghanes
Être une femme en Afghanistan, c’est endurer une oppression systématique et brutale, encore plus depuis le retour au pouvoir des talibans qui, en un an, ont anéanti les droits des femmes et des fillettes. Quatre Afghanes racontent à Mediapart, face caméra, leur combat pour ne pas être effacées. Un documentaire inédit.
par Mortaza Behboudi et Rachida El Azzouzi
Journal
Un homme condamné pour violences conjugales en 2021 entre dans la police
Admis pour devenir gardien de la paix en 2019, condamné pour violences conjugales en 2021, un homme devrait, selon nos informations, prendre son premier poste de policier en septembre dans un service au contact potentiel de victimes, en contradiction avec les promesses de Gérald Darmanin. Son recrutement avait été révélé par StreetPress.
par Sophie Boutboul
Journal — Climat
Près de Montélimar, des agriculteurs exténués face à la canicule
Mediapart a sillonné la vallée de la Valdaine et ses environs dans la Drôme, à la rencontre d’agriculteurs qui souffrent des canicules à répétition. Des pans de récoltes grillées, des chèvres qui produisent moins de lait, des tâches nouvelles qui s’accumulent : paroles de travailleurs lessivés, et inquiets pour les années à venir.
par Sarah Benichou

La sélection du Club

Billet de blog
Céline, le trésor retrouvé - Une déflagration mondiale (3/9)
La veuve de Céline disparue, délivré de mon secret, l’heure était venue de rendre publique l’existence du trésor et d’en informer les héritiers… qui m’accusèrent de recel.
par jean-pierre thibaudat
Billet de blog
Céline, le trésor retrouvé - Oscar Rosembly (4/9)
Depuis longtemps les « céliniens » cherchaient les documents et manuscrits laissés rue Girardon par Céline en juin 1944. Beaucoup croyaient avoir trouvé la bonne personne en un certain Oscar Rosembly. Un coupable idéal.
par jean-pierre thibaudat
Billet de blog
Céline, le trésor retrouvé - La piste Morandat (5/9)
Dans ses lettres, Céline accuse Yvon Morandat d’avoir « volé » ses manuscrits. Morandat ne les a pas volés, mais préservés. Contacté à son retour en France par ce grand résistant, le collaborateur et antisémite Céline ne donne pas suite. Cela écornerait sa position victimaire. Alors Morandat met tous les documents dans une malle, laquelle, des dizaines d’années plus tard, me sera confiée.
par jean-pierre thibaudat
Billet de blog
Céline, le trésor retrouvé - La révélation (1/9)
Comment, par les hasards conjugués de l’Histoire et de l’amitié, je me retrouve devant un tombereau de documents laissés par Céline dans son appartement de la rue Girardon en juin 1944. Et ce qui s’ensuivit.
par jean-pierre thibaudat