Jean-Marc B
Abonné·e de Mediapart

10962 Billets

0 Édition

Billet de blog 1 mars 2018

1er Mars 68: bataille romaine de Valle Giulia

N°15 de ma série "1968 au jour". Comme en France, luttes ouvrières, mobilisations anti-impérialiste et révolte de la jeunesse convergent et transforment le rapport de force avec la bourgeoisie. Prochain article: "Mai 68 : des conséquences "positives" pour 79% des Français".

Jean-Marc B
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

1 Mars 2018

Le Mai rampant italien couvre en fait près de 10 ans, depuis la date symbolique du 1er mars 1968, avec l’occupation de la Faculté de Rome et la bataille de Valle Giulia, qui fit plus de 400 blessés, et la fin de ce mouvement vers le 22-24 septembre 1977, date du rassemblement international contre la répression de Bologne. 

Avec la croissance économique de l’après-guerre, comme en France et dans d’autres pays européens, une partie des enfants de la classe ouvrière accède enfin aux études universitaires, mais plus souvent pour devenir employés que cadres dirigeants des entreprises.  Et comme ailleurs, au moins depuis 1966, une part croissante de la jeunesse italienne conteste l’autorité et le savoir des mandarins universitaires. Voir ici un interview d'Alberto Moravia sur la société italienne en 1968.

Avant la France, mais comme aux Etats-Unis et en Allemagne, les étudiants occupent et bloquent les facultés, mettant en cause les enseignements et la société de classes. L’agitation commence au début 1966 à Trente (Institut des sciences sociales), avec la création d’une « contre-université » alternative à « l’université de classe ». En 1967, grèves, occupations, organisation d’une semaine pour le Vietnam s’y succèdent. L’agitation s’étend et atteint la Sapienza de Pise (Ecole Normale), occupée en février 1967, puis l’Université catholique de Milan et la faculté des lettres de Turin (occupation du Palais Campana). La mobilisation gagnera le Sud en 1968.

Le projet de réforme des universités de décembre 1967 met le le feu aux poudres, mettant les étudiants de Naples et de Gênes dans le mouvement. Et lorsque ce même mois, le président Johnson arrive à Rome, la protestation est monstre. La lutte contre la guerre du Vietnam est un facteur important de politisation de la jeunesse en Italie comme le reste de l’Europe, comme détaillé dans ce article: 17-18 Février 68: La jeunesse européenne avec le Vietnam.

À Florence, dès le mois de janvier 68, le recteur démissionne à la suite aux violences policières. Le 1er Mars 1968, la police intervient pour évacuer les locaux de l’Université de Rome. Les étudiants se mobilisent alors massivement pour réclamer la réforme de l’université et marchent, rue Giulia, vers la faculté d’architecture, fermée sur décision du recteur. La bataille, dite de la Villa Giulia, fera de nombreux blessés et restera dans les mémoires comme l’événement fondateur de la révolte qui gagne toute l’Italie. Dans cet entretien à la télévision française une étudiante italienne rend compte de la situation en l'Italie au printemps 68.

L’intérêt et la force du Mai rampant italien est la jonction entre la contestation étudiante et les luttes ouvrières. A la différence de la France, la lutte commune est favorisée au départ par le Parti communiste et les organisations syndicales. Au printemps 1968, les étudiants font alliance avec les ouvriers de quelques usines, en particulier Lancia à Turin et Saint-Gobain à Pise. Ces relations produisent des formes organisationnelles nouvelles, comme l’assemblée operai-studenti (ouvriers-étudiants) autour de la Fiat de Turin. Les tentatives syndicales pour «chevaucher le tigre du mouvement ouvrier spontané» conduiront, au cours des années suivantes, à la formation des conseils ouvriers dans les usines, une structure de démocratie directe.

El '68 en Italia © Microhistorias

 Le mouvement étudiant commence à décroître au printemps, les élections de mai provoquant une diversion définitive. Les luttes ouvrières continuent par contre jusqu’à l’"automne chaud " de 1969. Le mouvement étudiant et ouvrier se durcit ensuite en réaction à la répression étatique, avec les « années de plomb » de la décennie 79 marquée par le terrorisme.

La montée des luttes ouvrières datent de la moitié des années 60. Les migrants venus du sud arrivent alors dans le nord de l’Italie pour assumer des tâches non qualifiées. Dès 1967, des grèves locales éclatent: pétrochimie à Porto Marghera en 1967, entreprise textile Marzotto à Valdagno en 1968, et dans des centaines d’autres entreprises contre le travail au rendement, les cadences et les classifications imposées. Les formes de lutte sont parfois très radicales, comme à Marzotto où les ouvriers mettent au sol la statue du comte fondateur de la société puis de se rendent à la villa de son descendant pour en briser les vitres …

À Turin les ouvriers de la FIAT Mirafiori (50 000 travailleurs) reçoivent le soutien des militants étudiants dès 1968. Une série de grèves « tournantes » provoque des pertes importantes pour la FIAT. Ailleurs, comme à l’usine de Borletti, les travailleurs cassent les cadences. Mais il n’y a pas de grève générale comme en France, malgré une combativité, un niveau de conscience de classe et d’auto-organisation supérieur à celui du Mai français.

Petite bibliographie

Le même jour…

  • L’université d’Alger est fermée pendant un mois pour éviter l’extension de la contestation réclamant la liberté d’expression.

Articles déjà publiés dans la série « 1968 au jour »

  1. 5 Janvier 68: Dubcek accède au pouvoir en Tchécoslovaquie
  2. "Eh bien non, nous n'allons pas enterrer Mai 68", par A. Krivine et A. Cyroulnik
  3. 26 Janvier 68: Caen prend les devants
  4. 27 janvier 68: les lycéens font collection de képis de policiers
  5. 29 Janvier 68: Fidel écarte les dirigeants pro-soviétiques
  6. 31 janvier 68: Vietnam, l’offensive d’un peuple héroïque
  7. Mai 2018 : sous les pavés la rage, par Jacques Chastaing
  8. Mai 68 vu des Suds
  9. 6 Février 68: grand Charles et grand cirque à Grenoble
  10. 14 février 68: combat pour le cinéma
  11. 17-18 Février 68: La jeunesse européenne avec le Vietnam
  12. Mai 68 n’a pas commencé en mai, ni en mars, ni au Quartier Latin, ni à Nanterre
  13. 24 Février 68: Plate-forme commune FGDS- PCF
  14. 26 février 68: L'aéroport c'est déjà non, et au Japon

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Afrique
Kenya : le pays suspendu à des élections à haut risque
Mardi 9 août se déroulent au Kenya des élections générales. Alors que la population fait face à une crise économique et à une forte hausse des prix, ce scrutin risque de déstabiliser ce pays clé de l’Afrique de l’Est. 
par Gwenaelle Lenoir
Journal — International
L’apartheid, révélateur de l’impunité d’Israël
Le débat sur l’existence ou non d’un système d’apartheid en Israël et dans les territoires palestiniens occupés est dépassé. L’apartheid israélien est un fait. Comme le confirme l’escalade des frappes et des représailles autour de la bande de Gaza, il est urgent désormais de mettre un terme à l’impunité d’Israël et de contraindre son gouvernement à reprendre les négociations.
par René Backmann
Journal — Proche-Orient
Au moins trente et un morts à Gaza depuis le début de l’offensive israélienne
Parmi les victimes des frappes visant la bande de Gaza figurent six enfants et des dirigeants du groupe armé palestinien Djihad islamique. L’armée israélienne parle d’une « attaque préventive ».
par La rédaction de Mediapart (avec AFP)
Journal
Au Pérou, l’union du président de gauche et de la droite déclenche une déferlante conservatrice
Sur fond de crise politique profonde, les femmes, les enfants et les personnes LGBT du Pérou voient leurs droits reculer, sacrifiés sur l’autel des alliances nécessaires à l’entretien d’un semblant de stabilité institutionnelle. Les féministes sont vent debout.
par Sarah Benichou

La sélection du Club

Billet de blog
Réponse au billet de Pierre Daum sur l’exposition Abd el-Kader au Mucem à Marseille
Au Mucem jusqu’au 22 août une exposition porte sur l’émir Abd el-Kader. Le journaliste Pierre Daum lui a reproché sur son blog personnel hébergé par Mediapart de donner « une vision coloniale de l’Émir ». Un membre du Mrap qui milite pour la création d'un Musée national du colonialisme lui répond. Une exposition itinérante diffusée par le site histoirecoloniale.net et l’association Ancrages complète et prolonge celle du Mucem.
par Histoire coloniale et postcoloniale
Billet de blog
Michael Rakowitz, le musée comme lieu de réparation
À Metz, Michael Rakowitz interroge le rôle du musée afin de mettre en place des dynamiques de réparation et de responsabilisation face aux pillages et destructions. Pour sa première exposition personnelle en France, l’artiste irako-américain présente un ensemble de pièces issues de la série « The invisible enemy should not exist » commencée en 2007, l’œuvre d’une vie.
par guillaume lasserre
Billet de blog
A la beauté ou la cupidité des profiteurs de crise
Alors que le débat sur l'inflation et les profiteurs de la crise fait rage et que nous assistons au grand retour de l'orthodoxie monétaire néolibérale, qui en appelle plus que jamais à la rigueur salariale et budgétaire, relire les tableaux d'Otto Dix dans le contexte de l'Allemagne années 20 invite à certains rapprochements idéologiques entre la période de Weimar et la crise en Europe aujourd'hui.
par jean noviel
Billet de blog
Deux expos qui refusent d'explorer les réels possibles d'une histoire judéo-arabe
[REDIFFUSION] De l’automne 2021 à l’été 2022, deux expositions se sont succédées : « Juifs d’Orient » à l’Institut du Monde Arabe et « Juifs et Musulmans – de la France coloniale à nos jours » au Musée de l’Histoire de l’Immigration. Alors que la deuxième est sur le point de se terminer, prenons le temps de revenir sur ces deux propositions nous ont particulièrement mises mal à l'aise.
par Judith Abensour et Sadia Agsous