jfvacher

Professeur d'économie, expert en comptabilité nationale, ancien représentant de l'INSEE à la Commission européenne et membre d'ATTAC

France

Voir tous
  • UNE ZONE ROUGE PLUS RICHE ET PLUS PEUPLEE

    Par
    carte-deconfinement
    La carte du déconfinement est arrivée. Peu de surprises, mais une confirmation. Les cinq régions en rouge qui restent encore confinées sont à la fois les plus peuplées et les plus riches. Ce sont pour la plupart de vieilles zones industrielles, ce qui explique à la fois la contagion et les difficultés de sortie de la crise.
  • CORONAVIRUS : Manipulation ou incompétence ?

    Par
    france-surmortalite
    Haro sur la Chine ! Le débat sur l’épidémie de COVID-19 devient de plus en plus inconsistant, les médias s’adonnent à la parano et un climat délétère de fin de règne semble prévaloir. On n’écoute plus les médecins et les préoccupations géopolitiques reprennent le dessus. Que disent les chiffres ?
  • CORONAVIRUS : LE CAS FRANCAIS

    Par
    graphique-9
    Après environ un mois de confinement, la France ne semble pas avoir encore dépassé le fameux « pic », et alors que certains signes montrent que la pandémie de coronavirus tend à se stabiliser, la mortalité continue paradoxalement à fluctuer sans raison. La France est-elle une exception ?
  • CORONAVIRUS : QUAND EN SORTIRONS-NOUS ?

    Par
    Le confinement dure en France depuis 15 jours environ, et l’on a l’impression que la pandémie de coronavirus ne s’arrêtera pas dans son extension vers le monde entier. Les médias jouent un rôle de caisse de résonance qui crée un climat délétère. Au vu des premiers cas enregistrés, il est difficile de dire aujourd’hui si le « pic » est atteint, et il semble au contraire que la situation dégénère.
  • LE CORONAVIRUS, REVELATEUR DE CRISE DE LA MONDIALISATION

    Par
    La contamination rapide du coronavirus né en Chine a entraîné des mouvements de panique en France et ailleurs. D’aucuns y ont vu le signe d’un effondrement boursier, mais les conséquences économiques de cette pandémie sont autrement plus profondes. Nos économies sont mondialisées comme le virus, et l’heure est à une véritable remise en cause de cet ordre global.