Kassandra

Journaliste indépendante et chercheure en sociologie

Paris - France

Son blog
8 abonnés Le blog de Kassandra
Voir tous
  • Nicaragua: "La droite vandale"

    Par
    Etudiants de l'université nationale autonome (UNAN) Managua Etudiants de l'université nationale autonome (UNAN) Managua
    Alors que la répression depuis plus d'un mois a fait près de 80 morts, des centaines de blessés, détenus et des disparus... certains (à gauche) défendent la nature "progressiste" du régime. En défense de ce qu’il qualifie d’insurrection des consciences, nous reproduisons la tribune publiée par Onofre Guevara*, militant sandiniste et historien de l’histoire du mouvement ouvrier nicaraguayen.
  • Au Nicaragua, les retraités ne digèrent pas la réforme de la sécurité sociale

    Par
    Au Nicaragua (comme en France), l'augmentation des cotisations de retraites pour renflouer l'Institut de sécurité sociale au bord de la faillite provoque la colère. La répression contre les manifestations a fait de nombreux blessés et quatre personnes ont trouvé la mort dans les affrontements entre manifestants et forces de l'ordre, secondées par des troupes de choc favorables au gouvernement.
  • La Une pour Berta Cáceres: «Humanité, réveille-toi, il est tard !»

    Par
    Nous réclamons la Une pour Berta, lauréate 2015 du prix Goldman pour l’environnement. La Une pour Berta c'est contribuer à briser le silence dans lequel les responsables intellectuels de son crime et de tant d’autres se drapent pour s’assurer l’impunité.
  • Les Honduriens s'insurgent contre l'imposition de la dictature

    Par
    Depuis maintenant deux mois, la répression contre les honduriens qui protestent contre la réélection du président sortant a déjà causé plus de 30 morts, des centaines de blessés et détenus Face au silence des médias (y compris MEDIAPART), diverses organisations françaises, belge et suisse publient le communiqué suivant:
  • Au Honduras, la police rallie le peuple et met en échec l’imposition du couvre-feu

    Par
    policias
    L’imposition d’un couvre-feu dans la nuit du 30 novembre, n’a pas freiné l’ardeur des honduriens opposés à la réélection du président-candidat Juan Orlando Hernandez (JOH). La répression laisse un bilan qui s’élève déjà à plusieurs morts. Mais ce 4 décembre, la police s'est rebellée. Les honduriens n'ont pas encore de nouveau président mais déjà la volonté de restaurer l'ordre institutionnel.