Blog suivi par 92 abonnés

Le blog de lien-social

  • Chasse aux sorcières en Loire-Atlantique

    Par | 18 commentaires | 34 recommandés
    Et si votre employeur pouvait vous licencier en fonction de votre opinion ou votre engagement citoyen ? Beaucoup en rêve, l'Agence départementale de prévention spécialisée de Loire-Atlantique l'a concrétisé. Pour s'être engagée auprès des Gilets Jaunes et avoir pris la parole dans des manifestations publiques, une cheffe de service a été remerciée. On ne contrarie pas le pouvoir.
  • Autoportrait de travailleur social (1)

    Par | 1 recommandé
    Ce n'est pas tout à fait le questionnaire de Proust... c'est celui de Lien Social. Des travailleurs et travailleuses social(e)s qui acceptent de sortir de l'anonymat en parlant de leur parcours et de leur expérience, il n'y en a pas beaucoup. Ces professionnel(le)s de l'ombre, qui s'inscrivent trop souvent dans l'invisibilité des publics accompagnés, justifient ce coup de projecteur.
  • Faut-il avoir peur de nos enfants ?

    Par | 10 commentaires | 12 recommandés
    Dimanche 14 mars 2021, édition du soir du journal de France 2, après un reportage émouvant sur la marche blanche d’Argenteuil (Val d’Oise) pour commémorer la mémoire de la jeune Alisha, suit un reportage sur la violence des jeunes. Carlos Lopez, éducateur à la protection judiciaire de la jeunesse réagit au message véhiculé ce jour-là.
  • Témoignages au coeur de l'aide sociale à l'enfance

    Par | 10 recommandés
    Pièces à conviction diffusé le 28 janvier a dénoncé l’abandon de 600 mineurs par l'aide sociale à l'enfance (ASE) des Haut de Seine, laissés livrés à eux-mêmes dans des hôtels. Cette embolie n’est malheureusement pas une exception. Les témoignages de cinq travailleurs sociaux et cadres de l’ASE de Loire Atlantique publiés par Lien Social sous un prénom d’emprunt en font une inquiétante description
  • Lettre ouverte à Lyès Louffok

    Par | 1 commentaire | 3 recommandés
    Après avoir publié « Dans l’enfer des foyers », Lyès Louffok est devenu le porte-parole des enfants placés. Mais, il n’est pas le seul à avoir vécu un tel parcours et avoir écrit son témoignage. Jérôme Beaury est de ceux qui ne partagent pas son avis, proposant un regard à la fois complémentaire et différent. Il a décidé de s’en expliquer en lui adressant une lettre ouverte dans Lien Social.
  • Privilégions l’action sociale, l’éducation et la médiation!

    Par | 9 commentaires | 13 recommandés
    Nos gouvernants semblent dépassés par la violence des bandes de jeunes. Ce sont les mêmes qui ont réduit drastiquement, voire supprimé les équipes d'éducateurs de rue devenues variable d’ajustement de la réduction des coûts. Ils ont remplacé la relation humaine au plus proche de la jeunesse la plus fragile par la vidéo-surveillance. Lien Social a relayé sur son site l’appel à changer de politique.
  • Travailler en réseau

    Par
    Comme toutes les autres corporations, les professionnels du social ont leur propre jargon. Le travail en "réseau" en fait partie. Plutôt que chacun reste dans son coin, il s'agit de travailler en synergie, en articulation, en collaboration autour de la problématique de la même personne accompagnée. Jérôme Bouts évoque ici les obstacles qui freinent cette dynamique.
  • Bienvenue aux plus précaires !

    Par | 1 commentaire | 3 recommandés
    Quand la panique s'empare des braves gens, l'accompagnement de la différence peut se trouver stigmatisé. La psychose se transforme alors en rejet de l'autre, qu'il soit migrant, toxicomane ou sortant de prison. Une mobilisation déployée samedi dernier en est le dernier avatar. "Faut-il pleurer, faut-il en rire. Fait-elle envie ou bien pitié. Je n'ai pas le cœur à le dire" (Ferrat)
  • Comité d’usagers-citoyens et droit d’interpellation au CCAS

    Par | 1 recommandé
    Jusqu'à quand les usagers de services sociaux resteront-ils des objets passifs des interventions des professionnels ? Répondre à cette question, c'est lire cet article de Martin Galilée qui décrit une action exemplaire déployée par le CCAS de La Rochelle, pour rendre les personnes accompagnées véritablement actrices.
  • L’urgence d’une réforme

    Par
    Le 16 février, l'assemblée nationale a adopté définitivement le nouveau Code pénal des mineurs qui ne fait qu'élargir encore un peu plus le fossé creusé depuis des années entre l'enfant en danger et l'enfant dangereux. Parce que les moyens manquent à exercer des mesures éducatives, il ne restera plus ... que la répression.