Blog suivi par 261 abonnés

A l'oeil

Journaliste honoraire
Issy-les-Moulineaux - France
À propos du blog
« A l’œil » s’intéresse essentiellement au journalisme, au photojournalisme, et à la presse en général. « A l’œil » est surtout passionné par les femmes et les hommes qui travaillent dans les métiers de l’information. « A l’œil » a été créé et diffusé dans le Club Mediapart depuis aout 2008
  • Manifestation à Visa pour l’image.

    Par | 10 commentaires | 3 recommandés
     © Geneviève Delalot / www.puech.info © Geneviève Delalot / www.puech.info
    Comme nous l’annoncions lundi 31 août, les difficultés de l’agence Gamma sont le sujet de nombreux débats entre photojournalistes
  • «Visa pour l’image», Gamma fait débat!

    Par | 3 commentaires | 8 recommandés
    Xavier Zimbardo appelant à la solidarité © Geneviève Delalot Xavier Zimbardo appelant à la solidarité © Geneviève Delalot
     La 21e édition du festival de photo- journalisme «Visa pour l’image-Perpignan» s’est ouverte après un été ponctué par des dizaines d’articles consacrés à la mort annoncée de l’agence photo Gamma. Un été d’orages et de rages.
  • Pourquoi je « déblogue » pour vous ?

    Par | 10 commentaires | 8 recommandés
     50ème billet de mon blog : un an, déjà, que j’écris « A l’œil » dans le Club Mediapart à propos du photojournalisme, du journalisme, de la presse, et, de quelques autres marottes… Ce billet, pour faire le point et répondre à quelques interrogations glanées ici et là. 
  • Michel Le Bris: son manifeste de vie

    Par | 17 commentaires | 3 recommandés
    Slogan de Mai 68 © Copyright Gérard-Aimé Slogan de Mai 68 © Copyright Gérard-Aimé
    Sous le titre «Nous ne sommes pas d’ici», le fondateur du Festival des Etonnants Voyageurs a publié, en juin, une autobiographie qui tient plus du manifeste que du voyage autour de son nombril. Un livre qui – entre autres – fait la peau aux lieux communs sur le mouvement de Mai 68. Enfin!
  • Eté 09: Corsican way of life

    Par
    On peut être journaliste d'investigation, avoir deux ou trois procès « aux fesses », et en bon méditerranéen sacrifier sereinement aux cultes de la plage, du soleil et du farniente entre deux coups d’œil sur son environnement : l'île de Beauté. Evidemment, la première idée qui vient alors, c'est partager son bonheur avec ses amis. Carte postale de Corse d'Enrico Porsia.
  • Le « commissaire » Zamponi rouvre l’affaire Markovic

    Par | 9 commentaires | 7 recommandés
    « 69, l’année politique », un ressortissant yougoslave hébergé par Alain Delon finit cadavre dans une décharge. Un assassinat d’ou émane une rumeur de « ballets roses » avant que des photos de « partouze » ne finissent dans les rédactions. 40 ans plus tard, Francis Zamponi, journaliste « police-justice » est toujours sur la piste, avec roman noir.  Francis Zamponi - Photographie copyright Hermance Triay
  • Rendez-vous avec ANA pour "Absence(s)"

    Par | 7 recommandés
    Mercredi 10 juin 2009, l’agence de presse photographique ANA inaugure « son espace galerie » en présentant une vingtaine de photographies. L’opportunité de se souvenir de sa fondatrice, une personnalité respectée du photojournalisme : Anna Obolensky (1934-1999), directrice du bureau de Paris de Magnum (1969-1979). Scène de rue à Yopougon, Abidjan Copyright Jean-Francois Rollinger /ANA
  • La ligne de l'Atlantique Sud

    Par | 8 commentaires | 6 recommandés
    « Coupons moteur arrière droit… » Il est 10 heures 47 quand parvient ce 7 décembre 1936, le dernier message de « La Croix du Sud ». L’appareil piloté par Jean Mermoz ne donnera plus signe de vie. Par delà quelques modestes décennies, malgré l’extraordinaire progression des techniques aéronautiques, la disparition aussi brutale du vol AF 447 vient cruellement rappeler que « la ligne de l’Atlantique Sud » reste, finalement, un exploit quotidien.
  • Le photographe Christian Rausch encadre des «êtres de Grenoble »

    Par | 1 recommandé
     Photographie copyright Christian Rausch
  • Une presse ivre de liberté

    Par | 3 commentaires | 4 recommandés
    Lisbonne au lendemain du putsch du 25 avril 1974: les soldats dans les rues ont fait toutes les premières pages du monde avec leurs œillets et leurs sourires. C'est la foule en délire, la liberté que l'on respire, une ville qui s'étire, encore meurtrie de plus de quarante ans de fascisme. 1er mai 1974 Lisbonne: le jour des travailleurs.Photographie Michel Puech / www.puech.info