Blog suivi par 30 abonnés

Le blog de Pascal Levoyer

Professeur agrégé de philosophie.
  • Entre le mal et le pire, « il se passe un truc » !

    Par | 10 commentaires | 29 recommandés
    « Essayez la dictature et vous verrez ! ». L’option proposée n’est bien entendu offerte que pour être refusée. Faute d’alternatives, nous n’aurions donc pas d’autres choix que d’adhérer aux dérives autoritaires du régime et à consentir à sa violence. Mais l’exigence démocratique n’est pas restée prisonnière de cette pauvre rhétorique. La société s’est réveillée et quelque chose se passe.
  • « On est là, on est là,… nous on est là… ».

    Par | 5 commentaires | 8 recommandés
    Pour les uns c’est chaque semaine, depuis 59 semaines qu’ils sont là. Pour les autres c’est tous les jours depuis désormais 25 jours qu’ils sont là. On ne sait pas qui à rejoint qui, et c’est même une détestable question dont ne se préoccupent que les états majors. Retour de manif.
  • Blanquer débloque.

    Par | 7 commentaires | 37 recommandés
    Après avoir mis à genoux la contestation lycéenne et s’être fermé pendant de long mois à tout dialogue avec les organisations syndicales, Blanquer fait le choix insensé de couler le bac 2019 pour répondre à la contestation des enseignants.
  • Liquidation de l'enseignement artistique

    Par | 4 commentaires | 15 recommandés
    L’art n’est-il qu’un luxe ? Le 17 juin des lycéens auront peut-être à affronter ce sujet de philo. Blanquer a déjà rendu sa copie. C’est court, pratique et sans ambiguïté, c'est la liquidation de l'enseignement artistique au lycée. Un professeur de musique lance un cri d'alarme dans une lettre adressée à la presse. Je m'en fais l'écho, espérant que celui-ci puisse résonner plus fort et plus loin.
  • L’égalité des chances cheval de Troie du néo-libéralisme.

    Par | 5 commentaires | 10 recommandés
    Offrir les mêmes chances à tous les enfants et ainsi organiser les meilleures conditions pour la compétition méritocratique est l’objectif affiché par le président Macron en matière d’éducation. Mais s’agit-il de répondre à une demande de justice sociale ou aux injonctions d’une politique néo-libérale ? Faut-il vraiment se battre pour « l’égalité des chances » ?
  • Acte V : « L’enthousiasme ».

    Par | 10 commentaires | 29 recommandés
    Emmanuel Macron, Président hautain et méprisant, pourfendeur des « passions tristes », nous laisse après son intervention dans un état de désolation politique. Après notre indignation nous devons lui opposer un enthousiasme révolutionnaire.
  • BAC 2018. Rétention des notes de Philosophie.

    Par | 5 commentaires | 8 recommandés
    La réforme Blanquer du lycée et du baccalauréat menace l’enseignement de la philosophie. C’est le constat que font de nombreux professeurs de philosophie qui, réunis en assemblée générale, viennent de voter la rétention de 24 heures des notes à l'épreuve de philosophie du bac. Ils projettent avec d'autres disciplines d'amplifier la mobilisation à la rentrée de septembre.
  • Sens des questions et bricolage prolétarien.

    Par | 4 commentaires | 11 recommandés
    La question sociale et écologique en France persiste, insiste. Elle est cette part du réel qui résiste à l’abstraction économique. Elle n’est formulée par les médias que par effraction et en laissant un sentiment d’outrage. C’est en son cœur que se cherche un nouveau mode d’intervention politique qui relèverait moins de la science de l’ingénieur que du simple bricolage.
  • L’abstention est-elle une idiotie ?

    Par | 7 commentaires | 10 recommandés
    L’abstention est politiquement peu recommandable.Elle signe une indifférence coupable et même bien pire lorsqu’elle paraît pouvoir profiter à l’adversaire. Mais en quel sens serait-elle alors une simple idiotie ?
  • Une indécision très politique.

    Par | 4 commentaires | 5 recommandés
    Voter est un acte politique. Ce n’est pas le seul, il y en a d’autres, et il n’est sans doute pas toujours le plus nécessaire puisque l’abstention peut aussi en être un dès lors qu’elle relève d’une décision. Cela doit être rappelé. Mais le point important c’est qu’il n’y a pas de politique sans décision. L’indécision pressentie de nombreux électeurs est-elle alors le signe d'une crise politique?