Violence d’État, un système

Toutes légitimes qu’elles puissent être, les exigences salariales des forces de l'ordre ne doivent cependant pas masquer l’autre question : la violence policière. par Pouria Amirshahi publié le 19 décembre 2018

https://www.politis.fr/articles/2018/12/violence-detat-un-systeme-39768/

Ils sont épuisés, les bleus. Courir après les lycéens, affronter la furie d’une partie des gilets jaunes, traquer un assassin à Strasbourg… Les syndicalistes en uniforme préviennent du ras-le-bol, invoquent les vingt millions d’heures supplémentaires non payées et, à leur tour… appellent leurs ouailles à suivre l’exemple des mouvements en cours qui, des infirmières aux routiers, exigent de meilleures conditions de travail. Les observateurs étrangers ne manquent pas de gloser sur cet étonnant pays où même les flics participent de l’extension du domaine de la lutte, mais pour nous, c’est presque normal : même celui qui fait goûter du bâton et du gaz lacrymogène aux citoyens a droit de revendiquer pour bien faire son travail… Passons là-dessus, cela nous conduirait à écrire un sketch à l’humour noir so british et pourtant bien français.

Toutes légitimes qu’elles puissent être, leurs exigences salariales ne doivent cependant pas masquer l’autre question : la violence policière, qu’on ne peut seulement imputer à l’émergence de groupes de casseurs encagoulés ultra organisés. Il est des violences policières qui, loin de se résumer à des dérapages individuels, sont le résultat d’un système qui les permettent : le surarmement inouï des forces dites de l’ordre, le recours à la BAC dans les tactiques de gestion de foules, les stratégies d’intimidation dans les contrôles d’identité dont sont victimes les Français noirs et maghrébins… sont d’autant plus inquiétants que les policiers, en effet fatigués par l’utilisation intensive qu’en fait le pouvoir, sont de plus en plus nombreux à risquer la perte de discernement. Perdre une main, un œil n’est pas admissible. Ce qui l’est encore moins, c’est de considérer qu’il s’agit de dégâts collatéraux, et donc excusés à ce titre.

En France, malgré les corps d’inspection, les violences continuent d’êtres couvertes. Ce qu’a résumé Amnesty International dans son enquête publiée le 17 décembre, dans le cadre des manifestations des gilets jaunes : « Si les autorités ont – de manière tout à fait légitime – condamné à maintes reprises les actes de violence commis par des manifestants, elles n’ont pas exprimé d’inquiétudes concernant le recours excessif à la force par des policiers. » Dans l’affaire des lycéens de Mantes-la-Jolie par exemple, quand le Défenseur des droits a ouvert une enquête « sur les conditions dans lesquelles se sont déroulées les interpellations », le préfet a fait de même pour retrouver… celui qui a diffusé ces images. Cherchez l’erreur.

Prolonger :

Police : une illégitime défense?

Le mardi 3 juillet a été dévoilé un rapport du Sénat révélant l'ampleur du malaise policier. Le même jour, Aboubakar F. meurt à Nantes des suites d'un tir d'un CRS. Comment peut on penser ensemble la crise de la profession et le phénomène grandissant des violences policières?

La police de Vichy

diffusé le jeu. 27.09.18 à 0h45 - de : Laurent Joly, David Korn-Brzoza - histoire | 94min | 2017 | tous publics

CICR, police et autres forces de l'ordre

Le CICR entretient un dialogue avec les responsables de l’application des lois, car ils ont pour mission de maintenir l’ordre et la sécurité, de prévenir et déceler les infractions, et de protéger et secourir la population. Le CICR détaille ces obligations dans des publications accessibles en ligne.

Amnesty international dénonce la police française

Amnesty International alerte sur "de nombreux cas de recours excessifs à la force par des policiers" lors des manifestations des "gilets jaunes". L'ONG a recueilli les témoignages de victimes et de secouristes et recensé "de nombreux cas de recours excessifs à la force par des policiers", selon un rapport.

La police, amie ou ennemie ? Questions à Sébastian Roché

Quels sont les secrets d’une relation apaisée entre la police et les citoyens ? Éléments de réponse à partir d’une vaste enquête transnationale récemment parue. Sébastian Roché, politologue, directeur de recherche (CNRS/IEP-Paris/université Grenoble-Alpes). Propos recueillis par Martine Fournier Mai…

Loi du 23 avril 1941 portant organisation générale des services de police en France

Un texte tabou : La loi du 23 avril 1941 « portant organisation générale des services de police en France » publiée dans le Journal Officiel de l’Etat français du 6 mai 1941 est bien un texte fondamental de l’histoire de la police contemporaine. (auteur : Jean-Marc Berlière)

Observatoire des pratiques policières

Face au déploiement policier lors des manifestations, la Ligue des droits de l'homme et la Fondation Copernic vont mettre en place des équipes d’observateurs…

Les politiques françaises du maintien de l’ordre

Liens sur l'appréhension des violences institutionnelles, leur mise en perspective historique et le cadre juridique international.

L’élargissement de la légitime défense est impossible

La démonstration juridique de la manipulation mensongère des policiers et l'inspiration idéologique de droite ou + de cette manipulation qui se moque aussi de l'opinion

L'abus de pouvoir policier : une sociologie

Le sociologue Cédric Moreau de Bellaing tente de saisir pourquoi les violences policières sont si peu sanctionnées, au regard d'autres types de dévoiements de la fonction policière.

En quarante ans, 478 morts à la suite d’interventions policières

Une base de données de BastaMag, compilée et analysée par Ivan du Roy et Ludo Simbille. Graphiques interactifs : Philippe Rivière // Design : Christophe Andrieu.

La responsabilité de l’État du fait de l’utilisation d’un Flash-Ball

La cour administrative d’appel de Nantes a condamné l’État à la suite d’un tir de Flash-Ball d’un policier qui avait grièvement blessé un mineur à l’œil. Ce faisant, elle a défini le régime de responsabilité applicable, selon que la victime est tierce ou non à l’opération de police. par Jean-Marc Pastorle…

Pourquoi les violences policières se banalisent

Que dit l'interpellation extrêmement violente d'un jeune d'Aulnay-sous-Bois des relations entre la police et la population, notamment dans les quartiers populaires ?

France poursuivie pour violation du droit de l'Union en matière de police

Après avoir fait condamner par la Cour de justice de l'Union européenne le Conseil et la Commission en obtenant que les documents du TTIP soient publiés ; la même eurodéputée hollandaise poursuit la France pour violation du droit de l'Union à propos de sa législation sécuritaire.

Projet de loi terrorisme : « C’est la pollution du droit commun par l’intégration de

De nombreuses associations, syndicats, universitaires et avocats ont détaillé, lundi 25 septembre, les raisons pour lesquelles ils appelaient au retrait du texte « renforçant la sécurité intérieure et la lutte contre le terrorisme ». Pour eux, il ne s’agit ni plus ni moins d’une pérennisation de l’état…

La police fait pression sur la justice pour simplifier la procédure pénale

C'est ce que rapporte en introduction l'article de Paule Gonzalès dans le Figaro le 09/11/2017 : " Comment la justice veut simplifier le travail de la police ". L'expérience judiciaire permet de s'interroger sur la nécessité de ces questionnaires en considération de ce qui se fait déjà.

La gauche contestataire dans le viseur de Macron et de la police

L'Elysée et la police se mobilisent et enquêtent sur les mouvements de gauche au motif, notamment, des manifestations contre la loi travail. Les enquêtes visent particulièrement les antifascistes, les propalestiniens ou les anarchistes auxquels le ministère de l'intérieur associe les "Blacks blocks".…

« Porosité entre la police nationale et l’extrême droite » n'est pas diffamatoire

Évoquer une « porosité entre la police et l’extrême droite » sur un site antifasciste est-il diffamatoire envers la police nationale ? Pour l’ancien ministre de l’intérieur, Bernard Cazeneuve, qui a déposé plainte en janvier 2015, cela allait de soi. par Pierre-Antoine Souchard le 14 novembre 2017

L’ONU confirme que Macron menace gravement les droits de l'Homme

Deux experts de l'ONU exhortent la France à mettre son projet de loi antiterroriste en conformité avec ses obligations internationales en matière de droits de l'homme.

Principes de base sur le recours à la force

Principes de base sur le recours à la force et l'utilisation des armes à feu par les responsables de l'application des lois - Adoptés par le huitième Congrès des Nations Unies pour la prévention du crime et le traitement des délinquants qui s'est tenu à La Havane (Cuba) du 27 août au 7 septembre 1990

Il n'existe pas de "violence légitime" d'Etat. C'est un faux concept.

Le pouvoir développe le faux concept de violence légitime d'Etat en invoquant Max Weber qui ne parle que " de monopole de l'usage légitime de la force physique sur un territoire donné". La force ne permet pas la violence, la force n'est pas la violence, la force doit être proportionnée à la situation.…

Banalisation de l’état d’urgence : une menace pour l’État de droit

Dans un appel lancé dans Libération, Mediapart et maintenant dans Dalloz actualité, plus de 500 universitaires et chercheurs s’alarment de la volonté du gouvernement d’inscrire dans le droit ordinaire les principales mesures de l’état d’urgence.

« L’antiterrorisme est l’héritier direct de la justice politique d’exception »

Vanessa Codaccioni : « L’antiterrorisme est l’héritier direct de la justice politique d’exception » Entretien réalisé par Marie Barbier Vendredi, 5 Février, 2016 L'Humanité

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.

L'auteur a choisi de fermer cet article aux commentaires.