Patrick Cahez
Ligue des droits humains et Amnesty international Bruxelles ; MRAP Dunkerque ; SUD intérieur et Observatoire du stress de France Télécom Paris
Abonné·e de Mediapart

230 Billets

2 Éditions

Billet de blog 15 juil. 2016

Nice : comme un avion sans aile (de la Germanwings) ?

Un chauffeur livreur sous contrôle judiciaire pour s'être endormi au volant de son véhicule fonce sur la foule. La qualification terroriste est aussitôt invoquée comme lors du suicide du pilote de la Germanwings. N'y a-t-il pas un emballement à propos d'un drame dont les causes sont peut-être à chercher dans la tension des rapports sociaux à laquelle contribue la loi sur le travail ?

Patrick Cahez
Ligue des droits humains et Amnesty international Bruxelles ; MRAP Dunkerque ; SUD intérieur et Observatoire du stress de France Télécom Paris
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

La question se pose. Elle n'a pas de réponse pour l'instant.

Le suicide est la première cause de mortalité violente dans le Monde avant le nombre de victimes cumulées par les conflits et la criminalité selon l'OMS :

  • « En l'an 2000, la guerre causa la mort de 310 000 personnes et les crimes violents provoquèrent la mort de 520 000 (...) et 815 000 se sont suicidées. (...) en 2002 (...) 172 000 sontmorts de la guerre et 569 000 de crimes violents (...) pour 873 000 suicides » Yval Noah Harari in « Sapiens, une brève histoire de l'humanité » éditions Albin Michel 2015 p. 430 citant « World report on violence and health : Summary Geneva 2002 », http://www.who.int/whr/2001/en/whr01_annex_en.pdf (document de l'OMS), World health report 2004 », http://www.who.int/whr/2004/en/report04_en.pdf

  • Article du 3/2/2016 sur le site de France Télévision « Suicide : 27 décès par jour en France » Malgré une tendance à la diminution depuis le début des années 2000, le suicide est encore à l'origine de près de 27 décès par jour en France, en majorité des hommes, loin devant la mortalité routière, selon un rapport remis le 2 février à la ministre de la Santé, Marisol Touraine.: http://www.francetvinfo.fr/sante/maladie/suicide-27-deces-par-jour-en-france_1297331.html
  • Christian Baudelot, Roger Establet et Saadi Lalhou  Données sociales 1987 « Le suicide un fait social » p.456 http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k6481540x/f1.image

Le bilan témoigne de la nocuité dramatique possible des technologies qui sont des armes par destination potentielles (vol MH 370, vol Germanwings).

Un camion de 17 tonnes, par sa masse et sa puissance, force facilement un barrage.

Des policiers aussi nombreux soient-ils ne peuvent pas empêcher le passage d'un poids-lourd s'il n'y a pas d'obstacle lourd (plots en béton) et/ou des herses sur la chaussée.

Mes pensées vont aux victimes et à leurs familles.

Nice : "attentat" et "terrorisme", des termes juridiquement flous

Le JDD.fr : Juridiquement, l'attaque de Nice ne serait pas un attentat. Du terrorisme ... Voiture folle à Dijon et Nantes, crash du vol de la Germanwings

Attentat de Nice: A-t-on raison d'employer le mot «attentat»?

Dans le club :

Dans le journal :

RTBF :

Libération :

  • Mohamed LB, terroriste d'un genre nouveau 19 juillet 2016 | Par  Aude Massiot   : " Pour Farhad Khosrokhavar, sociologue et directeur d’études à l’Ecole des hautes études en sciences sociales (EHESS), spécialiste de l’islam en prison, «si cet individu est radicalisé, il l’est par mimétisme ou par métaphore. Il n’y a apparemment pas de dimension idéologique dans son acte». Selon le chercheur, les troubles mentaux de Mohamed Lahouaiej Bouhlel expliqueraient en grande partie son geste : «Il aurait fait de la mise à mort des autres une thérapie pour son propre suicide.»On aurait affaire à la figure du «héros négatif», un individu qui se sent rejeté par la société dans laquelle il vit et qui obtiendrait par la haine sociale provoquée par l’attentat commis une glorification dans la mort. Clarisse Feletin, réalisatrice, notamment, du documentaire Engrenage: la France face au terrorisme, diffusé sur France 5 en janvier, s’accorde à dire que «l’acte commis par Mohamed Lahouaiej Bouhlel n’a aucun rapport avec l’islam. C’est un moyen pour lui de justifier des pulsions violentes et, par extension, sa propre mort». Ce schéma de réflexion a été observé plus d’une fois chez les jihadistes. «Ils agissent par sentiment de vengeance, œil pour œil, dent pour dent, contre la société qui les rejette», explique la documentariste. "
  • Après Nice, la faillite du politique 19 juillet 2016 | Par Laure Bretton et Dominique Albertini (à comparer à l'article de Terrains de luttes ci dessous)
  • L’horreur ne suffit pas à faire l’acte terroriste 19 juillet 2016 | Par Olivier CHRISTIN, Professeur d’histoire moderne à l’université de Neuchâtel et directeur d’études à l’Ecole pratique des hautes études (EPHE) à Paris
  • Après l’attaque de Nice, l’usage idéologique du lexique militaire  L’historienne Irène Herrmann décrit les bouleversements provoqués par l’emploi du terme de «guerre», notamment après le massacre du 14 Juillet. Les terroristes, assimilés à des «combattants», se retrouvent face aux forces de l’ordre, considérés comme la «facette civilisée de la violence».

Terains de luttes :

France Culture :

L’auteur n’a pas autorisé les commentaires sur ce billet

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — France
Covid long : ces patientes en quête de solutions extrêmes à l’étranger
Le désespoir des oubliées du Covid-19, ces Françaises souffrant de symptômes prolongés, les pousse à franchir la frontière pour tester des thérapies très coûteuses et hasardeuses. Dans l’impasse, Frédérique, 46 ans, a même opté pour le suicide assisté en Suisse, selon les informations de Mediapart.
par Rozenn Le Saint
Journal — Extrême droite
L’extrême droite et ses complicités tacites
Au lendemain de l’agression de journalistes et de militants antiracistes au meeting d’Éric Zemmour, les rares condamnations politiques ont brillé par leur mollesse et leur relativisme. Au pouvoir comme dans l’opposition, certains ne luttent plus contre l’extrême droite : ils composent avec elle.
par Ellen Salvi
Journal
Sylia (SOS Racisme) : « On n’avait pas anticipé la violence de la réaction de la salle »
Ce soir, retour sur le meeting d’Éric Zemmour à Villepinte avec notre reportage et notre invitée, Sylia, militante de SOS Racisme. De la violence dehors, de la violence dedans, et de nouvelles preuves que le candidat de l’extrême droite est bien, aussi, le candidat de l’ultradroite. Retour également sur les enquêtes « Congo hold-up » avec nos journalistes, Justine Brabant et Yann Philippin.
par à l’air libre
Journal — Social
La souffrance à tous les rayons
Le suicide de la responsable du magasin de Lamballe, en septembre, a attiré la lumière sur le mal-être des employés de l’enseigne. Un peu partout en France, à tous les niveaux de l’échelle, les burn-out et les arrêts de travail se multiplient. La hiérarchie est mise en cause.
par Cécile Hautefeuille et Dan Israel

La sélection du Club

Billet de blog
Pourquoi ne veulent-ils pas lâcher la Kanaky - Nouvelle Calédonie ?
Dans quelques jours aura lieu, malgré la non-participation du peuple kanak, de la plupart des membres des autres communautés océaniennes et même d'une partie des caldoches. le référendum de sortie des accords de Nouméa. Autant dire que ce référendum n'a aucun sens et qu'il sera nul et non avenu.
par alaincastan
Billet de blog
Lettre ouverte du peuple kanak au peuple de France
Signé par tous les partis indépendantistes, le comité stratégique indépendantiste de non-participation, l’USTKE et le sénat coutumier, le document publié hier soir fustige le gouvernement français pour son choix de maintenir la troisième consultation au 12 décembre.
par Jean-Marc B
Billet de blog
1er décembre 1984 -1er décembre 2021 : un retour en arrière
Il y a 37 ans, le drapeau Kanaky, symbole du peuple kanak et de sa lutte, était levé par Jean-Marie Tjibaou pour la première fois avec la constitution du gouvernement provisoire du FLNKS. Aujourd'hui, par l'entêtement du gouvernement français, un référendum sans le peuple premier et les indépendantistes va se tenir le 12 décembre…
par Aisdpk Kanaky
Billet de blog
Ne nous trompons pas de combat
À quelques jours du scrutin du 12 décembre, il importe de rappeler quel est le véritable objet du combat indépendantiste dans notre Pays. Ce n’est pas le combat du FLNKS et des autres partis indépendantistes contre les partis loyalistes. Ce n’est même pas un combat contre la France. Non, c’est le combat d’un peuple colonisé, le peuple kanak, contre la domination coloniale de la République française qui dure depuis plus d’un siècle et demi.
par John Passa