Voir tous
  • ALLAITER UN PORTABLE A LA MAIN

    Par
    Si j'ai choisi cette image c'est parce qu'elle est capable de déclencher aussitôt les jugements moraux tout en convoquant les grands thèmes de mon propos : l'individualité et le temps. Je parle du temps kidnappé par le travail et les enfants, puis celui du numérique qui s'incruste dans les interstices disponibles pour ne plus nous laisser aucune respiration dans un monde obsédé par la rentabilité.
  • L'ALCOOL EST LA SEULE DROGUE A LAQUELLE ON EDUQUE NOS ENFANTS

    Par
    Il peut être tentant d'avoir recours à l'alcool durant le confinement, et les blagues à ce sujet fleurissent un peu partout... Retour sur la relation particulière que nous entretenons avec ce produit (en dessins !)....
  • Refuser de parvenir : "il y a trop de chefs, et pas assez d'indiens"

    Par
    Dégoûtée par le culte du "je" aux beaux-arts (et aussi parce que je m'étais faite virée) j'ai fini par suivre une formation d'assistante sociale. Je pensais cependant ne pas rester une simple travailleuse sociale, j'avais les épaules pour être cheffe. Pour moi c'était logique, une simple question d'ambition. Avoir de l'ambition était mieux que ne pas en avoir, je ne questionnais pas ça.
  • Pourquoi j'ai quitté les réseaux sociaux en plein confinement

    Par
    Alors que les réseaux sociaux sont notre dernier moyen de nous relier au monde extérieur en période de confinement, le manque de contact humain a fini par me dégouter complètement du numérique. Retour sur la façon dont ce qui devait être un simple outil a fini par régir ma vie et ma soudaine victoire sur lui.
  • Quelle serait la fête idéale post-confinement ?

    Par
    Parce qu'on en a sûrement tous un peu besoin, je voudrais vous inviter à rêver la fête. Quelle serait la fête idéale post confinement ? Comment nous était représenté jusque là, la fête désirable dans l'imaginaire collectif ?