Blog suivi par 44 abonnés

Les historiens jettent l'éponge

Reporter photographe
ALGER - ALGERIE
À propos du blog
La source de la Résistance Les dignitaires nazis ont été sanctionnés, au lendemain de la victoire, alors que les grands criminels de la colonisation ont reçu des promotions. Les historiens qui font l’amalgame entre la victime et son bourreau roulent pour le Capital. Ils tentent d’innocenter le coupable et culpabilisent les militants qui luttaient et qui luttent à mort contre l’injustice. Si le système politique antidémocratique algérien a fait du Révolutionnaire un « moudjahed », en contrepartie d’une rente en sus de le ficeler au libéralisme par l’intermédiaire de la religion et donner cette teinte indélébile aux martyrs seraient-ils chrétiens, athées, qu’importe. Un point commun que les antidémocrates ont avec Stora qui lui s’attarde sur Ibn Badis et Messali pour mieux ignorer les novembristes. L’historien est donc missionné pour influencer la scène politique et commerciale. Il est précisé « Qu’il est tout simplement indispensable de tenir compte, lucidement et sans passion, des héritages coloniaux». La question qui se pose à cette louable intention est dans la transmission de l’héritage. Est-ce en honorant les traîtres à leur patrie, tout en tournant le dos aux héros encore vivants et aux martyrs, ceux-là qui ont sauvegardé la dignité de la France, aux yeux des peuples ? Ce n’est plus de l’histoire mais de la falsification des mémoires. Cette falsification rend illisible les événements et finit par ce constat de Stora « 60 ans de guerre des mémoires nous ont fatigués ». Effectivement le mensonge fatigue car il va à contre sens de la nature humaine, en sus de leur « Guerre d’Algérie » ils reviennent à leurs « événements d’Algérie » alors qu’il est temps de parler des « luttes d’indépendance » dans le MLN , à la rigueur s’ils ne veulent pas la qualifier de Révolution. Quand un historien parle de la « Guerre d’Algérie » et du colonialisme, dans un rapport, il ne peut pas la circonscrire à un « contentieux franco-français », car la France possède encore des dizaines de milliers de kilomètres d’océans et de mer malgré la loi de l’ONU sur la décolonisation. Pourquoi la période 54-62 est-elle dissociée de la colonisation à leurs yeux ? Aux nôtres cela s’entend car le premier coup de feu nous a libérés mais pour eux qu’est ce que cela sous entend ? Il y a mille questions à ce sujet mais pour situer la falsification il faut savoir que dans le rapport de Stora, Gisèle Halimi est présentée comme une opposante à la guerre de libération alors que dans son entretien avec Nadia Bouzeghrane elle est une militante anticolonialiste. A les écouter attentivement, ils vont finir par nous faire croire que Maurice Audin n’est pas Algérien ! L’aide de la France au Maroc à l’occupation du Sahara Occidentale est l’illustration que ce colonisateur adopte la tactique de l’offensive pour dissuader l'opinion mondiale de se pencher sur le sort de la Guadeloupe, la Martinique, la Nouvelle-Calédonie, la Réunion, la Mayotte ». Quand on apprend que Stora n’a jamais signé ne serait ce que la pétition de ses collègues réclamant la ''déclassification'' des archives de la colonisation couvertes par un secret, un autre signe qui prouve que dans les cas positifs qu’il prône, il ne joint pas l’acte à la parole, de là à lui reprocher de parler des colonies actuelles relève de l’utopie ! L’expérience du Comité national pour la mémoire et l’histoire de l’esclavage créé sous Chirac devrait nous interpeller. Elle a été, comme on le sait, confiée à la nièce du talentueux avocat du FLN Gisèle Vérgès qui révèle dans Spoutnik « à l’époque il y avait encore certaines possibilités. Mais très rapidement, nous nous sommes aperçus de la volonté d’imposer des entraves. Personnellement, je n’en pouvais plus, je suis partie et aujourd’hui je suis critique. Jean-Marc Ayrault, l’ancien Premier ministre, actuel président de la Fondation pour la mémoire de l’esclavage, a récemment reconnu que l’enseignement sur l’esclavage a régressé dans les manuels scolaires. Nous n’avançons pas, nous reculons ». Comme on le constate, Gisèle comme Stora ont été tour à tour instrumentalisées par cette régression dont parle Jean-Marc Ayrault à juste titre, qui est liée indubitablement à ce racisme nourri, abreuvé, par le système colonial qui perdure. La source de la Résistance est dans ce livre « L’Algérie, nation et société », de Mostefa Lacheraf, Ed.SNED 1978, où on peut lire à la page 24 « Le problème peut se résumer comme suit : la France trouve en face d’elle une société bien organisée, à la civilisation propre, parfois comparable à celles du Bassin méditerranéen… dont l’amour de la liberté, l’attachement à la terre, la cohésion, la culture, le sens patriotique, les ressources et les idéaux communs à défendre contre l’ennemi national, donnent leurs preuves tout au long d’une guerre de conquête de près de 40 ans …Vers le début du XXe siècle, la partie est gagnée puisque l’extermination, objectif avoué ou inavoué par lequel le colonialisme visait à substituer au peuple algérien un autre « peuple » est conjurée. Depuis, les alliés de la Réaction ne sont pas tapis dans l’ombre, bien au contraire. La production de Stora par exemple est dans la négation des victoires du peuple algérien. Il saucissonne notre Révolution et ses héros, pour en faire des anecdotes de la décolonisation qui a atteint le summum du déni dans la loi du 23 Février 2005, qu’il ne dénonce pas dans son projet, alors que l’abrogation de cette loi devrait être une condition sine qua non pour qu’un officiel, de la plus petite autorité de l’Etat, s’autorise à le recevoir. Dire qu’il a été reçu par le Président !
  • Comme deux camusiens coincés dans « L’Etranger »

    Par
    Non la France veut continuer à dominer comme dans le passé, parce qu’elle n’admet toujours pas que les véritables héros de la France sont nos frères français, ces héros que nous avons en commun, qui ont contribué à libérer l’Algérie de la colonisation, sans pour autant vous reprocher de prendre bien soin de vos harkis, grand bien vous fasse.
  • Le chaos technique

    Par
    La mithridatisation, cette empoisonnement à petite dose, lente, progressive pour insensibiliser est une pratique du colonialisme pendant l’occupation nous prévient notre cher Mohamed Dib. Quand on ne sait pas séparer le bon grain de l’ivraie, on tombe dans ce travers.
  • Darwin insuffle le Capital !

    Par | 2 commentaires
    Zelenski en Ukraine ou Salvini en Italie rappellent Abassi Madani en Algérie ou Trump aux Etats-Unis. Ils signent  la victoire des élections  populistes et sous leurs masques de clowns, ils épatent la galerie pour que les maîtres du monde puissent continuer à voler et à dominer les peuples.
  • 3 ou 4 évidences qui aveuglent

    Par
    La mère des idéologies est la religion en politique qui a comme grand-mère la philosophie antique. Les nations qui ont tenté de la neutraliser par la laïcité, tout en maintenant le système capitaliste en sont revenues.
  • Elisabeth, la sorcière a la fiole

    Par
    L’autorité politique bourgeoise, est toujours associée à un pouvoir auxiliaire. Le premier que nous connaissons est celui des sorciers. Il semble plus efficace que les religions et les idéologies puisque on y revient. Les technologies de l’influence, mélangent le réel et le virtuel jusqu'à créer leurs « hiéroglyphes ».
  • La misère, ce revers de la médaille

    Par | 1 recommandé
    La conscience de tout être vivant est immanente à son corps et la morale d’un état démocratique et populaire doit répondre aux exigences de la vie pour que le citoyen puisse s’assurer toujours plus de liberté.
  • Le quantum de liberté

    Par | 2 commentaires
    Oui l’union fait la force, mais pour être efficace les initiateurs du 1er Novembre 54, par exemple, dont nous fêtons le 68e anniversaire l’ont accompagné de la Proclamation au peuple. Ce dernier est qualifié de juge de leurs actions. Elle  ne s’adressait ni aux arabes, ni aux musulmans, mais à tous, en excluant,  les traîtres.
  • Révélation

    Par | 1 recommandé
    Sachs l'économiste dit ce que tout le monde murmure
  • Les geôliers de la vérité ou l’aliénation des mots

    Par | 4 commentaires | 1 recommandé
    Hier les nazis assassinaient les pauvres juifs, au moment ou des riches juifs collaboraient avec eux. Ce n’est pas étonnant que ces derniers devenus israéliens utilisent  leurs expériences dans le génocide des palestiniens.
  • Notre première victoire

    Par
    De communisme primitif ... Ce qui est, en définitif retenu, c’est primitif et non communisme, puisque ceux qui se prétendaient révolutionnaires n’ont pas pris faits et causes avec la Résistance mais bien au contraire. Y compris aux yeux de dirigeants marxistes, les habitants étaient, des primitifs et pour la colonisation, des indigènes forcément.