Voir tous
  • Savoir-faire // Revue Polymorphes

    Par
    Couverture du 1er numéro de la revue Polymorphes © Sébastien Plassard Couverture du 1er numéro de la revue Polymorphes © Sébastien Plassard
    On sent l'envie revenir. L'envie d'apprendre ce qui a été désappris, l'envie de faire, l'envie de se rappeler à la matière. L'envie de réapprendre à observer, l’envie de s’ennuyer, l'envie d'être plus en accord avec la nature, de se rappeler à elle, de la sentir. Comme si on apercevait à nouveau ce fil qui nous relie au monde et qu'on voulait le tirer plus fort, pour le nouer à notre existence.
  • No kid no speak

    Par
    childfree © Xavier Prieur childfree © Xavier Prieur
    Et tous les jours, tu te rends compte qu’on te crache dessus, qu’on te traite de paria, de sans-ventre, de danger, de terroriste. Toi, tu veux pas prendre plus de places que l’espace que ton corps occupe, tu veux tenir la main de personne, tu veux te faufiler, courir sans regarder s’il y a quelqu’un derrière, s’il y a quelque chose qui crée des attaches ou qui couine.
  • Les outils du Maître

    Par
    Etats d'urgence © Xavier Prieur Etats d'urgence © Xavier Prieur
    On s’énerve un peu. Vous sentez que ça peut partir en vrille, y a un truc qui commence à bouillir à l’intérieur de vous. Vous êtes au milieu d’une station que vous traversez souvent, avec des gens qui passent, des inconnus, des compagnons de voyage. Vous posez un pied contre le mur. On le rabat par terre à coup de cheville. Vous comprenez le minuscule moment par lequel l’humiliation commence.
  • Géocide

    Par
    Géocide © Xavier Prieur Géocide © Xavier Prieur
    Tu te rends compte que tu as alimenté à chaque seconde cette course folle à la propriété, à l’asservissement des herbes hautes, à la conquête des espaces. On a dû construire des couches de macadam pour que ta descendance courre vers les écoles et les églises. On a dû fendre les jungles pour leur donner la place de se reproduire, de cracher autour d’eux et de regarder les étoiles.
  • Il nous faut apprendre à aimer les accidents, le hasard et les ruines

    Par
     © Romain Veillon © Romain Veillon
    Tu luttes pour que ces images ne prennent pas autant de place dans ton esprit. Tu ne veux pas que cela devienne aussi grand qu’une forêt en feu, qu’un bateau qui s'échoue en mer, qu’un homme qui dort dans la rue. Tu ne veux pas que tout cela se transforme en panneau publicitaire ou en excuse pour avoir les poches vides lorsqu’il faut payer les hôpitaux et les écoles.