Yaseen Berouini

Chercheur en sciences humaines et sociales.

Créteil/Paris - France

Sa biographie
Masterisé à l'EHESS en sociologie, j'ai travaillé sur la sociologie des élites économiques sous la direction de François Denord. Affilié à une plateforme d'analyse sur les entrées et les sorties de violence à l'EHESS dirigée par Sabrina Melenotte, je propose dans une phénoménologie de l'action, suite à la participation aux séminaires de la plateforme et en collaboration avec la sociologue Amélie Myriam Chelly, une analyse des procédures sociales, économiques, idéologiques et religieuses qui participent à la mise en action de la violence.
Son blog
3 abonnés Le blog de Yaseen Berouini
Voir tous
  • LA SOCIOLOGIE DES ELITES ANALYSE LA VIOLENCE DES RICHES ! (III)

    Par
    La circulation des agents sociaux entre deux ordres institutionnels, économique et politique, construit par des séquences libérales successives trouve un point de cristallisation. L'effectivité de la Violence et une Classe Dominante qui lui est conjointement associée. Dans cette dernière partie du travail, nous proposons un retour réflexif critique sur la notion complexe que constitue La Richesse.
  • LA SOCIOLOGIE DES ELITES ANALYSE LA VIOLENCE DES RICHES ! (II)

    Par
    Rapport de force économique. Lutte d'intérêt pour le monopole du pouvoir politique. La mondialisation d'un système néo-libéral accroit sa puissance d'expansion à mesure des destructions-destructurations qu'elle engendre. Haute Finance et système économique s'accouplent dans une forme politique parasite à toute profusion démocratique.
  • LA SOCIOLOGIE DES ELITES ANALYSE LA VIOLENCE DES RICHES ! (I)

    Par
    La violence économique n'est pas la prérogative d'individus isolés pourvus d'une puissance de manifestation de leur richesse. Non. La violence économique est intégrée dans une structure totale, acquise à l'addition et à la multiplication de tous types de capitaux. La violence manifestée est conséquence d'une totalité politico-économique rendue légale par l'orchestration d'un système néo-libéral.
  • LA SOCIETE DES SUJETS DJIHADISTES. LA DERADICALISATION INSTITUTIONNELLE.

    Par
    David Thomson. La déradicalisation institutionnelle est une chimère... Il n'existe aucune méthode de déradicalisation d'État...
  • LOIS TERRORISTES ET LOIS ANTITERRORISTES. VIOLENCE ET TERREUR. (III)

    Par
    La violence criminelle déchainée d'un Etat n'est pas l'organisation d'une politique appliquant La Terreur comme système et moyen de pouvoir. Pas plus que l'organisation d'une violence collective d'un groupe n'est assimilable à un déferlement de violences aveugles et spontanées. Dans cette dernière partie, nous proposons d'opérer une distinction entre pédagogie et intransigeance du pouvoir.