YVES FAUCOUP
Chroniqueur social
Abonné·e de Mediapart

699 Billets

1 Éditions

Billet de blog 15 août 2015

YVES FAUCOUP
Chroniqueur social
Abonné·e de Mediapart

« Floride » ou l'annonce du naufrage

Le film de Philippe Le Guay, sorti en salle le 12 août, n'a pas plu aux critiques de Télérama et de L'Express. Peut-être parce qu'il décrit un drame qui, aujourd'hui, hante terriblement tant de familles et qui échappe pourtant à l'information, aux réseaux sociaux et au débat public : le vieillissement dans sa version "naufrage".

YVES FAUCOUP
Chroniqueur social
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Le film de Philippe Le Guay, sorti en salle le 12 août, n'a pas plu aux critiques de Télérama et de L'Express. Peut-être parce qu'il décrit un drame qui, aujourd'hui, hante terriblement tant de familles et qui échappe pourtant à l'information, aux réseaux sociaux et au débat public : le vieillissement dans sa version "naufrage".

Jean Rochefort serait "totalement à côté de la plaque" selon L'Express". Et Télérama aurait aimé retrouvé un Rochefort ayant "bon pied, bon œil". Surtout, les critiques nous disent qu'ils ont vu, eux, la pièce de théâtre Le Père de Florian Zeller, d'où est tiré le scénario, et qu'ils regrettent que le film ne lui soit pas fidèle. Pour ma part, j'ai eu le sentiment que Rochefort se coulait assez naturellement dans le personnage de ce vieux Claude, bougon, obstiné, coléreux, rouspéteur, impatient, agacé, injuste, parfois méchant si ce n'est cruel, mais aussi coquin, grivois, drôle, espiègle. On a droit à la panoplie de rigueur : médicaments à ne pas oublier, post-it partout, aides à domicile dévouées mais mises à rude épreuve. Inconscient du dévouement de sa fille, notre héros exige pour lui une indépendance qu'il n'est pourtant plus capable d'assumer. On se demande bien si sa révolte et ses rêves fous ne sont pas tout simplement une stratégie de survie, un refus d'admettre sa dépendance. Quand sa fille (bien jouée par Sandrine Kiberlain, qui a un petit quelque chose de Rochefort) lui crie, à propos d'un événement familial passé extrêmement douloureux : "est-ce que tu veux la connaître la vérité ?", Jean Rochefort reste hagard. Quand on est très vieux, finalement c'est comme avant, en pire : on s'arrange avec la réalité.

 Bien sûr, on peut ne voir dans ce film qu'une histoire singulière : mais il est peu vraisemblable que les spectateurs en auront cette lecture. Ce vieil homme ressemble tellement à tous ces hommes et ces femmes du 4ème ou 5ème âge, dont les enfants eux-mêmes vieillissent et  sacrifient leur "pré-vieillesse" à s'occuper de leurs vieux parents redevenus enfants. Ce Claude parle comme tant d'anciens, criant leur lassitude d'être toujours dépendants des autres : "Je ne demande rien, je veux simplement la paix !" Et ce qui est émouvant, comme dans le monde réel, c'est de constater que, malgré cette révolte qui bout, signe qu'il a conscience de perdre pied (en s'en prenant aux autres, il s'en prend à lui-même, refusant d'admettre cette échéance immuable de la déchéance), malgré ses refus, il est finalement plutôt docile : face aux entraves qu'on lui impose, aux examens de santé compliqués qu'il doit subir sans trop comprendre, il se plie. Sauf face aux tests justifiés, mais finalement humiliants, pour mesurer le degré de perte de mémoire : là, il finit par se mettre en colère, hurlant qu'il a compris ce qu'on attend de lui.

 Pour finir, je retiens cette scène où le père prend affectueusement la main de sa fille : moment où subsiste seulement l'immense tendresse qui les lie, et où s'oublient les souffrances endurées, par l'un et par l'autre.  Et moment qui dit la chance d'avoir encore son parent en vie alors que tant d'autres ont vu partir leur père ou leur mère trop tôt. Dans ce geste, se résume ce drame caché, que nos sociétés agitées préfèrent ignorer, s'usant dans des batailles parfois subalternes, se déchirant sur des sujets mesquins, et négligeant d'affronter en face cette réalité douloureuse : peut-être parce que nous ne savons pas collectivement comment aborder ce "naufrage" de nos aînés, mais surtout parce que le message qu'ils nous délivrent est que demain… nous serons ces aînés.

Bande annonce : ici.

Billet n° 216

Billets récemment mis en ligne sur Social en question :

Après la chute des Balkany, qui ?

La Tourmente grecque" : mortalité infantile + 43 %

Inégalités : la crise enrichit les riches

Les porcs, c'est dans l'air

Petits billets pour la Grèce (1), (2), (3), (4), (5)

La mère se porte bien, au cinéma

Contact : yves.faucoup.mediapart@sfr.fr

Lien avec ma page Facebook

Tweeter : @YvesFaucoup

  [Le blog Social en question est consacré aux questions sociales et à leur traitement politique et médiatique. Voir présentation dans billet n°100. L’ensemble des billets est consultable en cliquant sur le nom du blog, en titre ou ici : Social en question. Par ailleurs, tous les articles sont recensés, avec sommaires, dans le billet n°200]

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — France
À Saint-Étienne, le maire se barricade dans son conseil municipal
Pour le premier conseil municipal depuis le début de l’affaire du chantage à la sextape, le maire Gaël Perdriau a éludé les questions de l’opposition. Pendant que, devant l’hôtel de ville, des centaines de manifestants réclamaient sa démission.
par Antton Rouget
Journal — Budget
Le gouvernement veut trop vite tourner la page du « quoi qu’il en coûte »
Le prochain budget marquera la fin des mesures d’urgence pour l’économie et le système de santé qui dataient de la crise du Covid-19. Le clap de fin du « quoi qu’il en coûte » en somme, dont le gouvernement ne veut plus entendre parler pour résoudre la crise énergétique actuelle. Il pense qu’il pourra maîtriser les dépenses publiques sans pour autant risquer une récession. À tort. 
par Mathias Thépot
Journal — Europe
En Italie, l’abstention a fait le match
La victoire de la droite et de l’extrême droite en sièges cache une stabilité de son électorat. Le pays n’a pas tant viré à droite sur le plan électoral que dans une apathie et une dépolitisation dont le post-fascisme a su tirer profit.
par Romaric Godin et Donatien Huet
Journal — Gauche(s)
Julien Bayou démissionne, les écolos sidérés
Visé par une enquête interne de son parti pour « violences psychologiques », le secrétaire national d’Europe Écologie-Les Verts et coprésident du groupe écologiste à l’Assemblée nationale a démissionné de ses fonctions. Il dénonce une « instrumentalisation des souffrances » à l’ère de #MeToo et à deux mois du congrès des écologistes.
par Lénaïg Bredoux et Mathieu Dejean

La sélection du Club

Billet de blog
La gauche en France doit sortir de son silence sur la guerre en Ukraine
[Rediffusion] La majorité de la gauche en France condamne cette guerre d'agression de l'impérialisme russe, demande le retrait des troupes russes de l'Ukraine. Mais en même temps reste comme paralysée, aphone, abandonnant le terrain de la défense de l'Ukraine à Macron, à la bourgeoisie.
par Stefan Bekier
Billet de blog
Ukraine : non à la guerre de Poutine
Face à la guerre, la gauche au sens large a pris des positions divergentes, divergences largement marquées par des considérations géopolitiques. Le mot d'ordre « non à la guerre de Poutine » permet d'articuler trois plans : la résistance des Ukrainiens contre l'agression russe, les mobilisations contre la guerre en Russie, la course aux armements.
par denis Paillard
Billet de blog
« Avoir 20 ans en Ukraine » : un témoignage plus nuancé
Dans son édition du 12 septembre 2022, l'équipe de « C dans l'air » (France 5) diffusait un reportage de 4 minutes intitulé : Avoir 20 ans à Kiev. Festif, le récit omettait que ces jeunes ukrainiens font face à des impératifs bien plus cruels. M'étant aussi rendu en Ukraine, j'écris à Maximal Productions un email ré-adapté dans le présent billet afin de rappeler une réalité moins télégénique.
par vjerome
Billet de blog
Tenir bon et reprendre l’offensive
Sept mois de guerre et d’atrocités en Ukraine, un peuple héroïque qui ne rompt pas et reprend l’initiative. La perspective, même lointaine, d’une libération de l’Ukraine devrait faire taire ceux qui théorisaient l’inaction devant les chars russes, validant la disparition d’un peuple et de ses libertés.
par Yannick Jadot