Alain Saiche
Abonné·e de Mediapart

2147 Billets

0 Édition

Billet de blog 23 août 2021

Alain Saiche
Abonné·e de Mediapart

²p°²²-Les 36 000 Maires de France décident de qui peut devenir Président 2022-2027.

Ce sont les 36 000 Maires de France qui feront élire le futur Président de la République en accordant les 500 parrainages imposés par les précédents présidents de la République pour conserver leur pré carré politique néfaste de "Gestion des affaires par les "Arnaques aux cotisations sociales et fiscales des entreprises" pour payer les Retraites, la Sécurité sociale, le Chômage et la Dépendance.

Alain Saiche
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

             *PRÉSIDENTIELLE 2022-2027*

                    LEGISLATIVES 2022.

Bonjour 36 000 Maires de France. Ce sont des candidats intelligents, calmes et posés, suffisamment pédagogues et qui ne présentent aucun signe avant coureur de psychopathie économique ou autre que vous devez parrainer pour être présentés à l'élection présidentielle 2022.

Vos Administrés ne vous demandent pas d'être gouvernés par des malades mentaux.

²p°²²-Les 36 000 Maires de France décideront de qui peut devenir Président 2022-2027 ÉDITER

Bonjour Madame Elisabeth Borne, Premier Ministre du Gouvernement.

Vous devenez, après François Hollande et Emmanuel Macron, la plus minable et la plus lamentable des Premiers Ministres achetés par la France.     

                                  -

*Le Conseil d'orientation des retraites prévoit un excédent du système de 3 milliards cette année 2022. Et sur le plus long terme, le COR est formel : les dépenses sont maîtrisées et décroîtront même à partir de 2035.

En exclusivité, recevez les Planches à billets des Banques lobbies de Bruxelles, et recevez,  en retour, les agios qui auront servi à REMBOURSER LA DETTE DE LA FRANCE, sans effort!

Cette opération est magnifique d'audace et de Tromperies!

De la même manière, toutes les cotisations sociales sont incorporées à 100% sur les coûts d'exploitation, et fiscalisées à 0%, 5%, 10% 25%, 30%, 35%,40%, 45%, 50%, voire plus, éventuellement, par rapport aux magouilles éventuelles sur les prix de vente, dont les prix des ventes dits et appelés, malicieusement: VENTES A PERTE. NE CHERCHEZ PLUS OU EST L'ARNAQUE!

Les milliards sont là.

Les entreprises ne payent pas de charges sociales. Elles payent des cotisations sociales. Celles ci sont totalement incorporées dans les calculs des coûts de production et les prix de ventes. Les entreprises payent ensuite uniquement les bénéfices tirés des ventes, a savoir entre 0,01% et 40%, de manière générale, voire même 80% et même plus, sur les prix de vente, en fonction des magouilles éventuelles  .

Les marges brutes, pour être rentables et à titre d'exemple, doivent se monter à environ à 80% pour un restaurateur, sur les produits vendus.

Dire que les charges sont trop élevées est tout simplement du chantage pour faire baisser les coûts de production; "la peuve? actuellement, il est encore demandé de le faire, alors que les prix ne baisseront jamais mais que les prix augmenteront toujours.

La vérité se trouve, tout simplement, dans ce que j'ai appelé: LES ARNAQUES AUX COTISATIONS SOCIALES  ET FICALES DES ENTREPRISES.

Emmanuel Macron l'a, lui, bien compris, et qu'il m'a écrit, et vous devez le vérifier vous même:

Bonjour Monsieur le Président,

Vous m'avez écrit à plusieurs reprises, par messages Twitter, à partir de l'année 2017,  Monsieur le Président, puis,... par l'extrait suivant de nos échanges épistolaire 2017-2018-2019,...

Copie intégrale du message que //.../... Vous m'avez écrit, le 06 août 2017 .../..

 Emmanuel Macron 

Bonjour Alain. As tu écrit à François Hollande sur le sujet?

La première fois que j'ai vu tes écrits, c'est quand tu m'as montré. Pour moi, personne n'est au dessus de la loi et tout le monde devrait être puni pour l'avoir violé, même les grandes entreprises qui violent les gens en "jouant le jeu" tel que nous le connaissons. C'est toujours du vol.

Je ne le défendrai pas et quand je les trouverai et je le ferai. Ils ont fini avec. Je commence à la maison avec des politiciens corrompus, en les nettoyant, car sans une politique appropriée, ils continueront à s'en tirer avec leurs crimes parceque les corrompus les couvriront. Cela a-t-il du sens?

C'est complexe, il faut  être intelligent à ce sujet. Vous devez vous débarrasser de la protection avant de pouvoir la voir, puis vous l'éliminez et vous vous en débarrassez aussi.

Tenez-les à leurs crimes.

Vous venez de lire la copie intégrale du message de Monsieur Emmanuel Macron, Président de la République française, qui fait partie de ses échanges épistolaires 2017-2018-2019 avec moi.

Vous pouvez remarquer, électrices et électeurs, que Monsieur Emmanuel Macron, Président de la République, reconnait de manière l'on ne peut plus explicite, que les entreprises ne payent aucune cotisation sociale pour financer financer les Retraites, la Sécurité sociale, le Chômage, la Vieillesse, la Dépendance, etc, etc...

Bien entendu, sa reconnaissance explicite ne s'est pas passée du jour au lendemain, car nos échanges épistolaires ont été longs. Le Président avait bien insisté sur le fait que "je devais le convaincre". 

Au travers de cet article, à destination du Président de la République, Monsieur Emmanuel Macron, c'est également et surtout pour vous que j'écris; pour vos enfants et tous les enfants de France nés et à naître.

Vous trouverez, ci après, quelques uns de mes articles sur les Arnaques aux cotisations sociales des entreprises. Elles ont été reconnues par le Président de la République, Monsieur Emmanuel Macron, en personne, lors d'échanges épistolaires 2017-2018-2019 avec moi. Vous en trouverez l'essentiel en cours de lecture. Il lui reste à présent à se remettre sur le bon chemin.

*Le 21 Août 2018, vous m'avez recontacté: "Bonjour Alain, comment ça va? ... "Je suis de retour à Paris et mes réformes reprendront demain. Je voudrais vous demander quelque chose. Je vais relire votre article aujourd'hui mais je veux que vous me vendiez votre idée.

Puis, le 20 octobre 2018: "Bonjour Alain, comment vas tu? Votre demande est raisonnable et je vais le faire. Je vais m'asseoir et lire votre article et donner une copie à mes experts pour le lire aussi. Si cela ne vous dérange pas bien sûr. Je suis un homme raisonnable et il semble que les entreprises ne payent pas de charges sociales. Je résoudrai le problème en utilisant vos méthodes. Comment ça sonne?

Le 28 novembre 2018: "Je pense que nous pourrions faire une bonne équipe. Nous avons un intérêt commun à améliorer la France.

Le 9 décembre 2018: "Je vous ai dit que je le ferais. Ne t'inquiète pas.

Le 30 décembre 2018:..."J'ai pris en compte votre analyse. J'ai mis en œuvre une mesure positive pour 2019 et continuerai de le faire. (NB: Cette mesure positive est celle d'organiser de grands débats que je réclamais à François Hollande et à tous les partis politiques depuis 2013, ainsi qu'à lui même depuis 2017). L'idée du Grand Débat est de "mon invention", pas de la sienne, contrairement à ce qui se dit.  

 Puis: "Je vais discuter plus en détail de vos idées avec mon équipe au début de la nouvelle année... Pardon, je vais répondre bientôt. ok?

Suivent d'autres échanges, puis, 

Le 26 janvier 2019:.. "Je vous exhorte à avoir une réunion avec moi ou mon Premier Ministre pour en discuter. Voulez vous accepter? Je demanderai qu'une invitation vienne à vous pour discuter de vos projets. Puis je demander où envoyer l'invitation? E mail ou adresse ou quelque chose? 

-Pressentant  que le Président voulait "m'acheter", prendre la main pour me "bloquer" par la suite et le lui faire comprendre, je lui ai répondu:  "-A la Gendarmerie de St Vincent de Tyrosse, les Landes 40.

"Et ils sauront que c'est vous?

-Ils savent où j'habite, me téléphoneront pour me demander de passer la prendre où me l'apporteront s'ils ont du carburant...

"D'accord, merci. Je discuterai avec le Premier Ministre Philippe et je vous inviterai à discuter de votre stratégie et à voir ce qui peut être fait...///... J'ai reçu copie papier de vos idées et je discuterai avec mon équipe et vous répondrai quand je le ferai. Je comprends que vous n'essayez pas de nuire à la République.

Le 23 février 2019, après avoir reçu officiellement ma "Fiche à l'attention du Président de la République qui vous a été transmise par l'intermédiaire du Maire de St Vincent de Tyrosse et le Préfet des Landes, vous m'avez écrit:

"Je vous remercie. Cela facilitera beaucoup les choses. Merci d'avoir  fait ça... ///... puis, à nouveau: "Merci pour votre soutien et votre confiance en moi. Cela fait beaucoup. Il sera plus facile et mieux de pouvoir faire quelque chose avec votre proposition maintenant qu'elle est soumise. Merci beaucoup Alain.

Le 27 février 2019: ...///... "J'ai reçu une copie papier de vos idées et je discuterai avec mon équipe et vous répondrai quand je le ferai. Je comprends que vous n'essayez pas de nuire à la République...

Le 7 mars 2019: "Je répondrai dès que possible.

Le 8 mars 2019: "Nous discutons de votre proposition. Merci pour votre patience. 

Le 27 mars 2019: "Je vais répondre bientôt. Désolé...

*A ce jour, j'attends encore la suite que vous voudrez bien donner à vos écrits.

Actuellement, je constate tout simplement, Monsieur le Président, que vous ne prenez absolument pas le bon chemin pour relancer l'économie et apaiser les esprits.

Il appartient donc à chacun de vos compatriotes de se faire eux même une opinion, en fonction de la situation telle qu'ils la ressentent.

Honni soit qui mal y pense.

Armand de Franceville, Nom de Plume, Alain Saiche, Nom Patronyme.

                       ---

Vous venez de lire la copie intégrale du message de Monsieur Emmanuel Macron, Président de la République française, qui fait partie de ses échanges épistolaires 2017-2018-2019 avec moi.

²éem-Voici ce que m'a écrit M @EmmanuelMacron, Président de la République française. ÉDITER

                                    - 

Car la Vérité, armée de son martinet, sortira du puits pour châtier l’humanité. Tous les hommes et toutes les femmes politiques ont une sainte trouille de cette Vérité! 

                                                   ----------

LETTRE OUVERTE À TOUS LES FRANÇAIS, AUX 67 MILLIONS DE CONSOMMATEURS DE FRANCE, ET AUX 47 MILLIONS D'ÉLECTEURS.

"Devenir le plus Grand des Hommes d'État de France du XXI è siècle, est devenu l'échec Président de la République, le plus haï de la République française après Nicolas Sarkozy et François Hollande.

Voici pourquoi:

Incorporés dans les coûts de production, les marchandises vendues ne représentent qu'entre 20 à 40% des bénéfices nets. 

LE SEUIL DE REVENTE À PERTE : QU'EST-CE QUE C'EST?

Copie de la Fiche économique N° E O5.

Fiche économique E 05

Date de publication : 07/01/2019 - Commerce/services

La loi pour l'équilibre des relations commerciales dans le secteur agricole et alimentaire et une alimentation saine, durable et accessible à tous, dite "loi alimentation" prévoit un relèvement de 10 % du seuil de revente à perte au plus tard le 1er juin 2019 et renvoit à l’ordonnance du 12 décembre 2018 pour la mise en oeuvre.

"Le relèvement du SRP – seuil de revente à perte – va mécaniquement remonter de 10 % le prix de centaines de produits du quotidien" selon Les Echos du lundi 3 décembre 2018.

Est-ce que cela est bien vrai ?

Pour répondre à cette question, notre économiste vous présente une définition du seuil de revente à perte, et son mode de calcul.

1 - Définition et mode de calcul

2 - Quel est l’impact d’une hausse du SRP sur les prix ?

1 - Définition et mode de calcul

Le seuil de revente à perte – ou prix d’achat effectif – représente la limite de prix en dessous de laquelle un distributeur ne peut revendre un produit sous peine d’être sanctionné. Il est défini par l’article L. 442-3 du code de commerce comme suit : "Le prix d’achat effectif est le prix unitaire net figurant sur la facture d’achat, minoré du montant de l’ensemble des autres avantages financiers consentis par le vendeur exprimé en pourcentage du prix unitaire net du produit et majoré des taxes sur le chiffre d’affaires, des taxes spécifiques afférentes à cette revente et du prix du transport".

Il y a une différence entre la revente à perte et la vente à perte. Le SRP concerne l’activité de revente, et non la vente directe par un fabricant.

Il existe des exceptions où le distributeur peut revendre en dessous du prix d’achat effectif :

  • quand la date de péremption d’un produit expire sous peu,
  • lorsqu’un produit technique est obsolète ou démodé,
  • pendant les soldes (elles sont définies par l’article L. 310-3 du code de commerce, pour en savoir plus voir notre fiche sur les promotions et les soldes),
  • si, dans une même zone d’activité, un prix plus bas est légalement pratiqué pour le même produit,
  • dans le cadre d’une cessation ou d’un changement d’activité,
  • lorsqu’on achète un produit à un certain prix, puis qu’on achète le même produit moins cher, on peut alors revendre les produits anciennement stockés en se basant sur le prix d’achat des produits moins chers nouvellement stockés.

Comment le seuil de revente à perte est-il calculé ?

Le prix d’achat effectif est calculé de la façon suivante :

2 - Quel est l’impact d’une hausse du SRP sur les prix ?

Pour réaliser des profits, les distributeurs appliquent différentes marges sur le prix des produits vendus. Ces marges représentent la rémunération du distributeur, sans quoi celui-ci perdrait de l’argent. Or, le SRP ne prend pas en compte la totalité des revenus des distributeurs liés à la vente d’un produit. Autrement dit, le seuil de revente à perte ne correspond pas au prix de vente du produit au consommateur.

Pour mieux comprendre, voici un détail des différents revenus que perçoivent les distributeurs.

Les revenus des distributeurs

Les revenus des distributeurs sont réalisés grâce aux marges. Il en existe deux types : les marges "avant" et les marges "arrière".

La marge avant, la plus connue, représente la différence entre le prix net sur la facture et le prix de vente au consommateur.

On distingue deux types de marges arrière :

  • Les ristournes, remises, rabais… accordées par le fournisseur,
  • Les services de coopération commerciale liés à la vente des produits (référencement d’un produit dans le catalogue du distributeur, emplacement des produits dans un linéaire …).

Le SRP prend donc en compte seulement une partie des marges des distributeurs. La marge avant n’est pas prise en compte dans son calcul.

Ainsi, un relèvement du SRP peut se traduire soit par une augmentation directe des prix, soit par une baisse des marges des distributeurs. L’augmentation des prix n’est donc pas "mécanique". De plus, si effectivement la hausse du SRP est reporté directement sur le prix du produit vendu, cela se fera dans des proportions moindres.

Voici un exemple pour illustrer ces propos.

Imaginons qu’un fabricant vende un produit à un distributeur, dont le prix unitaire net est de 100 €. On suppose que les avantages financiers représentent 30 % du prix de ce produit, soit 30 €. Le montant total des différentes taxes est de 5 €, et le prix du transport est de 5 €.

Le seuil de revente à perte est alors de :

SRP = 100 – 30 + 5 + 5 = 80 €

Si le SRP est relevé de 10 %, alors celui-ci passera à 88 € (soit une augmentation de 8 €).

Imaginons ensuite que la marge "avant" du distributeur soit de 20 %, le produit est alors vendu à 120 € au consommateur.

Si la hausse du SRP se traduit directement par une hausse des prix, alors le prix du produit augmentera dans ce cas ci de 8 €. Ainsi, au lieu de vendre le produit au consommateur 120 €, il sera vendu 128 €, soit une augmentation de 6,7 %. Et non pas 10 %.

Il faut donc bien faire attention à trois points :

  • le prix de vente au consommateur ne correspond pas au seuil de revente à perte,
  • une hausse du SRP ne se traduit pas mécaniquement par une hausse du prix du produit,
  • si la hausse du SRP est directement reportée sur le prix du produit, la hausse n’est pas aussi importante sur le prix d’achat.

²c-Vous n'avez qu'un seul choix, LE MAUVAIS, M @EMacron2: @LUnionEuropenne. ÉDITER

                                              - 

Avertissement:

La BCE est un Bien des États de l'UE, c'est à dire, à moins que l'on ne me prouve le contraire, un "Bien public".

Cela signifie que la BCE, bien public, ne devrait pas être autorisée à fabriquer des billets pour les banques afin que celles ci prêtent des fonds aux États moyennant Royalties.

En outre, racheter les dettes des États aux banques qui ont prêté et continuent de "prêter" aux États endettés ne pourrait il pas être considéré comme un moyen détourné de permettre aux banques de faire de la Cavalerie avec de l'argent qu'elles n'auraient pas autrement?

Si de plus la BCE prête aux banques à taux négatif, cela signifie clairement qu'elles bradent les billets qu'elle fabrique avec sa "planche à billets, bien public"! 

*Ne pourrait on admettre alors des détournements de biens sociaux sous couverture "légale", c'est à dire par tromperie?

*Voilà la question que chacun doit se poser quand il est "légal" que les actifs des banques soint couverts par une loi qui autorise l'UE à bloquer les comptes bancaires des particuliers et à "piocher" dans leur épargne.

                                          -

MISE A JOUR AU: 20 février 2020

*AFIN QUE NUL N'IGNORE ET N'OUBLIE*

LA PETITION N°1531/2012: BANQUE CENTRALE €UROPEENNE SE DOIT D'ETRE INDEPENDANTE DE LA FINANCE ÉDITER

Ma pétition, déposée en 2012, demande de: DIRE ET JUGER INCONSTITUTIONNELS les textes qui interdisent à la BC€ de prêter directement l'argent en provenance des Etats et de l'impôt des contribuables. Vous savez, ces textes qui imposent aux Etats à passer par des Banques-Lobbies intermédiaires, lesquelles empruntent à la BC€ l'argent de nos impôts pour le re prêter aux Etats! Pourtant, AUCUN ARTICLE DE NOTRE CONSTITUTION NE LE PREVOIT.

LA REPONSE COMMUNIQUEE AUX MEMBRES DE LA COMMISSION EST LA SUIVANTE:

Objet: Pétition 115/2012 présentée par Alain Saiche, de nationalité française, sur la politique monétaire de la Banque centrale européenne.

1. Résumé de la pétition

Le pétitionnaire suggère d'abroger la disposition qui interdit à la Banque centrale européenne (BCE) de prêter directement de l'argent aux Etats, de supprimer l'article interdisant aux Etats membres de dépasser un déficit de 0,5% de leur PIB pour investir, de maintenir l'interdiction pour la BCE de racheter la dette des Etats membres et d'interdire au Président de la BCE d'intervenir en la matière. Il souhaite également rappeler à Mario Draghi, actuel président de la BCE, qu'il est tenu de se conformer à la législation. Selon le pétitionnaire, toutes ces mesures pourraient contribuer à améliorer la situation économique actuelle.

2. Recevabilité

Déclarée recevable le 7 mai 2013, la Commission a été invitée à fournir des informations (article 202 du paragraphe 6 du règlement).

3. Réponse de la Commission, reçue le 30 avril 2014

L'interdiction du financement monétaire a été instaurée par l'article 123 du traité de l'UE pour réduire l'aléa moral en garantissant que les gouvernements ne puissent pas s'en remettre aux banques centrales pour se financer. Il contribue également à garantir que les banques centrales atteignent leur principal objectif, à savoir la stabilité des prix, en évitant que les les achats massifs sur le marché primaire sucseptibles de générer de l'inflation.

Si elle ne peut acheter sur le marché primaire, tout comme les banques centrales nationales, est cependant autorisée, en vertu de son statut, et afin d'atteindre les objectifs du SECB, à acquérir les obligations d'Etat et d'autres titres négociables en quantités limitées sur le marché dit secondaire. Cette règle s'applique également aux banques centrales qui acceptent ces obligations, de même que nombre d'autres instruments financiers en garantie.

Les taux d'intérêts que les gouvernements aux banques qui leur ont prêté de l'argent sont fixés en fonction du risque qu'elles courent en achetant ces obligations d'Etat dans le cadre de leurs obligations commerciales.

La plupart des mesures proposées par le pétitionnaire nécessiteraient de qualifier le traité.

En ce qui concerne le président de la BCE, la commission tenue de respecter l'indépendance dont jouit la BCE dont la conduite de sa politique, n'est pas habilitée à se prononcer.

Quant aux investissements publics, la Commission rappelle que les valeurs de référence pour la dette et les déficits résultent du traité. L'inobservation de ces dispositions ayant été l'une des causes de la crise, le pacte de stabilité a été considérablement renforcé ces dernières années. Si les gouvernements ne doivent pas dépasser les limites fixées pour le déficit budgétaire global, ils restent néanmoins maitres en matière de fiscalité et de dépenses, notamment pour les investissements. Dans la limite de leur marge d'action budgétaire, ils peuvent donc adopter des mesures d'assainissement en privilégiant les investissements.

-

JE RETIENS DONC L'interdiction du financement monétaire a été instaurée par l'article 123 du traité de l'UE pour réduire l'aléa moral en garantissant que les gouvernements ne puissent pas s'en remettre aux banques centrales pour se financer. CQFD.

Tout le reste n'est que MENSONGE et sornette par le MENTICIDE MONOCRATIQUE de Monsieur Emmanuel Macron Président de la République française.

-

                  ANNEXE I:

Qu'est-ce qu'un conflit d'intérêts? Un crime économique?

1- Qu'est ce qu'un conflit d'intérêts? Une Prise illégale d'intérêts?

Pris en sa définition, LE CONLIT D'INTERÊTS est défini communément comme étant le conflit entre la mission d'un agent public et ses intérêts privés, conflit susceptible d'influencer la manière dont il exerce ses fonctions. En d'autres termes, le conflit d'intérêts peut potentiellement remettre en cause l'impartialité et la neutralité avec lesquelles la personne doit accomplir sa mission du fait de ses intérêts personnels.

Cependant, le conflit d'intérêts n'est pas un délit. C'est LA PRISE ILLEGALE D'INTERÊTS, qui bien souvent en découle, qui est sanctionnée pénalement.

L'Article 432 du Code pénal le définit par le fait, par une personne dépositaire de l'autorité publique, ou chargée d'une mission de service publique, de prendre, recevoir ou conserver, directement ou indirectement, un intérêt quelconque dans une entreprise ou dans une opération dont elle a, au moment de l'acte, en tout ou partie, la charge d'assurer la surveillance, l'administration, la liquidation ou le paiement.

SANCTION: La prise illégale d'intérêts est sanctionnée par 5 ans de prison et de 500 000 € d'amende.

2-Qu'est ce qu'un crime économique?

La Cour de cassation, en France, définit LE CRIME ECONOMQUE comme suit: "Tout ce qui se rapporte à la production, à la réparation, à la circulation et à la consommation de marchandises, ainsi qu'aux moyens d'échanges consistant particulièrement dans la monnaie sous ses diverses formes... et ce qui porte atteinte directe à l'économie du pays dont l'Etat, en raison des circonstances, assure la direction et le contôle.

                    Conclusion.

Après lecture de cette lettre ouverte, il appartient à chacun de se forger une opinion pour savoir: "Pour qui voter et pour quel parti"?

                    ANNEXE 2

         Article 40 du CPP modifié:

Ce qu'exigent la France et les Français, c'est la tolérance Zéro sur l'Arnaque aux cotisations sociales des engtreprises qui portent sur le financement des Retraites, de la Sécurité sociale, des indemnités Chômage, de la Dépendance, de la Vieillesse,etc, etc... pratiquée par le pouvoir en place, et l'application de l'Art 40 du CPP, dont copie ci jointe, à l'encontre des contrevenants.

Article 40 du CPP:

Le procureur de la République reçoit les plaintes et les dénonciations et apprécie la suite à leur donner conformément aux dispositions de l'article 40-1.

Toute autorité constituée, tout officier public ou fonctionnaire qui, dans l'exercice de ses fonctions, acquiert la connaissance d'un crime ou d'un délit est tenu d'en donner avis sans délai au procureur de la République et de transmettre à ce magistrat tous les renseignements, procès-verbaux et actes qui y sont relatifs.

                                        -

La démocratie républicaine est bafouée et accaparée par l'oligarchie parlementaire des princes qui se gavent dès le réveil, cf "écclésiiaste 10-16: "Malheur à toi, pays dont le roi est un enfant et dont les princes mangent dès le matin". Il appartient aux 36 000 Maires de France de mener la  révolution culturelle et de parrainer massivement les candidats à la présidentielle 2022.

La République démocratique française est morte! Assassinée institutionnellement et moralement par le Parlement et le Conseil constitutionnel.  

Le titre de mon article est justifié sur un seul point de la Constitution: il n'y a plus de liberté d'élire un candidat qui aurait l'envie de se présenter à une élection présidentielle.

Tout candidat doit être "parrainé par 500 signatures d'élus"! Ainsi en a décidé le Conseil constitutionnel, dont le Président est présenté par le Président de la République.

Ainsi en a décidé le Conseil constitutionnel, dont le Président est présenté par le Président de la République. La liberté individuelle est ainsi BAFOUEE volontairement par les élus eux mêmes qui constituent une nouvelle oligarchie parlementaire!

C'est la raison pour laquelle je défie le Président du Conseil constitutionnel, Monsieur Laurent Fabius, de me démontrer le contraire, ainsi qu'au peuple de France.

Le terme "Liberté", au titre individuel et universel de la Constitution, est bafoué par les parlementaires et les membres du Conseil constitutionnel! 

C'est la raison pour laquelle je remets le rétablissement de la Démocratie républicaine entre les mains des 36 000Maires de France qui sont responsables de parrainer d'autres candidats que ceux qui appartiennent à l'oligarchie politique du TOUS POURRIS!

Voter Macron 2022 sera voter l'Apocalypse économique financier, fiscal, sociétal et sociétal 2022-2027.

AVEC Emmanuel Macron aux commandes 2022-2027, rien ne sera pire que l'apocalypse économique, fiscal, social et sociétal 2022-2027, qu'il vous a préparé avec sa pratique ouverte des Arnaques aux cotisations sociales et fiscales des entreprises.

Le Président le sait, mais il est pris au piège de ses Dénis et de son assujetissement à "La Triade Olaf Scholz, Ursula von des Leyen et Christine Lagarde."

La prochaine Guerre à gagner sera celle des Urnes pour l'élection Présidentielle 2017-2022.

La bataille de France à engager à la rentrés sociale 2021-2022 pour qu'elle se libère de ses chaines  sera celle à mener contre le pouvoir régalien qui ne manque pas de l'appauvrir, tout en lui faisant croire qu'elle s'enrichit.

Cs sera celle à mener tambour battant contre les Arnaques aux cotisations sociales et fiscales des entreprises pratiquées par le Président de la République, Monsieur Emmanuel Macron, qui tentera, à l'insu de votre plein gré, de vous manipuler par le menticide subliminal médiatique.

LES PARTENAIRES SOCIAUX: Laurent Berger, CFDT, Cyril Chabanier, CFTC, Laurent Escure, UNSA, François Hommeril, CFE-CGC, Philippe Martinez, CGT,  Geoffroy Roux de Bézieux, MEDEF, Frédéric Souillot, Force ouvrière, SONT INFORMÉS DEPUIS LONGTEMPS DE LA PRATIQUE DES ARNAQUES AUX COTISATIONS SOCIALES ET FISCALES DES ENTREPRISES, PRATIQUÉES PAR LE POUVOIR RÉGALIEN, de même que tous les élus de France, dont les parlementaires, Députés, et Sénateurs.

 LE TOUR DE PASSE PASSE ÉCONOMIQUE qui vous sera présenté et IM POSÉ par le Président de la République, Monsieur Emmanuel Macron, sera de vous faire prendre les Vessies de l'Élysée, de Matignon, de Bercy, de la Cour des Comptes, du Conseil d'État, du Conseil constitutionnel, des dizaines d'organismes de Conseils et de la Haute Administration française pour les Lanternes de la France.

Voici des arguments crédibles pour imposer de bonnes réformes à Monsieur Emmanuel Macron, Président de la République.

Cela étant, j'interdis au Président de la République, Monsieur Emmanuel Macron, de mentir sur la Gestion des Retraites, de la Sécurité sociale, du Chômage, de la Vieillesse, de la Dépendance, et sur le financement d'un Revenu universel qui serait à créer, avec sa loi de finances 2022 basée sur la pratique des Arnaques aux cotisations sociales et fiscales des entreprises. L'article 68 de la Constitution.

Négociations annuelles 2022 sur les Retraites, Sécurité sociale et Chômage 

Qans la France s'éveillera, les masques de la turpitude tomberont.

Vous découvrirez avec stupeur le plus vaste des scandales fiscaux et la plus grande des Arnaques sociales et financières jamais organisés au niveau national par le pouvoir en place. Tous les partenaires sociaux et le Président de la République, Emmanuel Macron, en sont informés, tout comme le Premier Ministre et Bercy.

APPEL À L'UNION SYNDICALE NATIONALE DE TOUS LES PARTIS SYNDICAUX  sur le financement des Retraites, de la Sécurité sociale, du Chômage, des allocations Vieillesse, de la Dépendance, etc, etc... etc, y compris sur la création d'un Revenu universel si nécessaire, LE TOUT À L'ÉQUILIBRE, sans augmenter la durée des cotisations et sans recul de l'âge de départ à la retraite.

Bonjour Monsieur le Président Emmanuel Macron. Où en êtes vous de la préparation de votre loi de financement de la Sécurité sociale, des Retraites, du Chômage, de la Vieillesse et de la Dépendance 2022, avec les dénis de reconnaissance de la pratique des Arnaques aux cotisations sociales et fiscales des entreprises? Ce faisant, ne commettriez vous pas un Crime économique?

Lettre ouverte à tous les Français et aux Président et secrétaires généraux des partis syndicaux de France.

Rappel de ses devoirs au Président de la République, Monsieur Emmanuel Macron, sur le financement des Retraites, des Retraites complémentaires, de la Sécurité sociale, des complémentaires santé, du Chômage, de la Vieillesse, de la dépendance, ainsi que d'un Revenu universel à créer.

Bonjour Présidents et secrétaires généraux de tous les partis syndicaux de France. 

Il y a longtemps que je dénonce la pratique des Arnaques aux cotisations sociales et fiscales des entreprises organisées au niveau de l'Etat et entretenues par les parlementaires qui mangent dès le matin, selon "écclésiaste 10-16":

"Malheur à toi, pays dont le roi est un enfant et dont les princes mangent dès le réveil".

Je saisis donc "au vol" l'appel de la CFE-GCG à un appel à "l'union fait la force", pour vous demander de vous unir pour sauver le financement des Retraites, de la Sécurité sociale, du Chômage, de la Vieillesse, de la Dépendance, et de la création d'un revenu universel à créer, si cela s'avérait nécessaire, et de les maintenir sans augmenter la durée des cotisations ni l'âge de départ à la retraite.

Tous les détails vous sont donnés dans mon article, et vous les connaissez déjà pour vous les avoir fait parvenir par les réseaux siciaux. Je viens, cela étant, vous les rappeler.

Je tiens à préciser que je n'ai jamais été syndiqué pendant mes emplois de Cadre supérieur, Chef  d'exploitation, et Adjoint aux directeurs de deux entreprises de transports urbains de voyageurs.

Plongeons nous à présent dans le vif du sujet: Cliquez sur le lien suivant:

Si vous voulez conserver la valeur républicaine du montant des retraites de manière pérenne, juste et durable, jetez vous à l'eau et nagez en direction de le réforme du financement de tous les acquis sociaux avec force et courage.

LA FRANCE VOUS SOUTIENDRA ET VOUS APPLAUDIRA. 

                            ----------

 FIECI CFE-CGC @FIECI

#Unis pour être plus fort Rejoignez la #CFECGC #CFECGCNotreADNVousDefendre

9:00 AM · 19 août 2021·Twitter Web App

                           ----------

Qu'en est il de la loi de financement de la Sécurité sociale 2022? Du financement des Retraites? Du financement du Chômage? Du financement de la Vieillesse? Du financement de la Dépendance?

Bonjour Monsieur le Président Emmanuel Macron. Où en êtes vous de la préparation de votre loi de financement de la Sécurité sociale, des Retraites, du Chômage, de la Vieillesse et de la Dépendance 2022, avec les dénis de reconnaissance de la pratique des Arnaques aux cotisations sociales et fiscales des entreprises? Ce faisant, ne commetriez vous pas un Crime économique?

Rappel de ses devoirs au Président de la République, Monsieur Emmanuel Macron, sur le financement des Retraites, de la Sécurité sociale, du Chômage, de la Vieillesse, de la dépendance, ainsi que d'un Revenu universel à créer. Cliquez sur le lien ci-après:

Rompre le silence sur les ravages de la gestion "en marche" est un devoir!

Economistes, Journalistes, Présentateurs, RESPECTEZ LA CHARTE DE MUNICH! Par votre silence coupable, vous êtes responsables de la continuité de la pratique des Arnaques aux cotisations sociales et fiscales des entreprises qui ruinent votre pays, La France! Vous, qui avez le DEVOIR D'INFORMER, dénoncez ces Arnaques imposées par le pouvoir régalien.

Voici les ravages financiers organisés par le parti "en marche" et le pouvoir monocratique régalien sur La France.

Bonjour La France, Françaises, Français. Je demande au Président de la République, Monsieur Emmanuel Macron, de vous expliquer, sans simagrée aucune, les ravages économiques qu'il a occasionnés à son pays, La France, avec sa gestion liberticide imposée par ses Arnaques régaliennes monocratiques sur les cotisations sociales et fiscales des entreprises. 

Emmanuel Macron, le 17août 2021, en son allocution aux "vacanciers "bain de foule", à Bormes les Mimomosas, à l'occasion du 77è anniversaire de sa libération, en 1944:

"Être citoyen, ce n'est pas demander toujours des droits supplémentaires, c'est veiller d'abord à tenir ses devoirs à l'égard de la Nation".

                             ----------

Bormes-les-Mimosas : Emmanuel Macron fustige « la liberté égoïste »

Emmanuel Macron a appelé les Français à faire vivre une « histoire collective » de leur pays basée sur une « liberté qui permet de protéger ».

Emmanuel Macron a appelé mardi à Bormes-les-Mimosas (Var) les Français à faire vivre une « histoire collective » de leur pays basée sur une « liberté qui permet de protéger » et non sur une « liberté égoïste ».© ERIC GAILLARD / POOL / AFP

Source AFP

Publié le 17/08/2021 à 22h56 - Modifié le 18/08/2021 à 06h40

« Il n'y a aucune nation qui tienne si chacun demande ses droits avant de savoir quel devoir il a à l'égard de la nation », a déclaré Emmanuel Macron, mardi 17 août. Il a participé, comme chaque année depuis quatre ans, à la cérémonie d'anniversaire de la libération de Bormes-les-Mimosas (Var), la commune sur laquelle se trouve le fort de Brégançon, la propriété de l'État où il passe ses vacances.

Emmanuel Macron a appelé mardi à Bormes-les-Mimosas (Var) les Français à faire vivre une « histoire collective » de leur pays basée sur une « liberté qui permet de protéger » et non sur une « liberté égoïste ». close volume_off

« Dictature sanitaire »

« Notre destin est d'abord une histoire collective où rien n'est possible sans la contribution de tous », a-t-il ajouté dans un discours où il a multiplié les parallèles entre l'engagement des soldats et résistants de la Seconde Guerre mondiale et l'actualité. Car, selon lui, « être citoyen, ce n'est pas demander toujours des droits supplémentaires » mais « d'abord tenir ses devoirs » à « l'égard de la nation qui nous protège, nous éduque, nous soigne... ».

À LIRE AUSSI Antivax, antipass, antisémites : les enfants au cœur de la stratégie

Sans faire explicitement référence aux accusations de « dictature sanitaire » portées par certains opposants à la vaccination et au pass sanitaire, il a mis en garde contre la « liberté égoïste » qui serait « un droit qu'on met en étendard, chaque matin, au nom de tout et de rien, et de n'importe quoi ».

Respecter « la liberté de tous »

« La liberté n'existe » que si elle « respecte la liberté de tous » et « permet de protéger le collectif », selon le chef de l'État. « C'est cela le message des combattants il y a 77 ans », a-t-il ajouté avant de rendre hommage à Pierre Velsch, 95 ans, dernier survivant des commandos d'Afrique, nommé au grade de commandeur de la Légion d'honneur.

À LIRE AUSSI Manifestations : à Marseille, des antivax, des Gilets jaunes et un druide...

À la fin de la cérémonie, Emmanuel Macron, accompagné de son épouse Brigitte, a salué les quelque 200 personnes présentes, dont le maire de Toulon Hubert Falco (ex-LR), sans participer au bain de foule traditionnel à cause du Covid-19. Il s'était rendu dans l'après-midi dans l'arrière-pays de Saint-Tropez et le massif des Maures, en proie à un important incendie qui a parcouru plus de 7 000 hectares, sans faire de victime.

                                               ----------

"Être citoyen, ce n'est pas demander toujours des droits supplémentaires, c'est veiller d'abord à tenir ses devoirs à l'égard de la Nation".

Avant que de donner des leçons de civisme à la France et aux Français, Monsieur le Président, il faut être Intègre et Irréprochable ET CRÉDIBLE sur la gestion des affaires sociales et sociétales de la France.

N'y aurait il pas trahison de votre part, vis à vis de vos concitoyens, dans vos dénis menticidaires "soft sur le financement des Retraites, de la Sécurité sociale et du Chômage?

Je viens, par mon présent article, vous le rappeler.

Un pays démocratique ne se dirige pas par la force des Matraques pour imposer des réformes appauvrissantes pour la population, ni par le Menticide lénifiant permanent basé sur votre obscurantisme monocratique régalien.

Le Général de Gaulle avait su créer une Union nationale au sortir de la guerre 1939-1945, rétablir la paix et relancer l'économie tout en créant la Sécurité sociale, l'assurance chômage et une retraite vieillesse après la libération, avec le Ministre du travail Ambroise Croizat. Il appartient à présent à tous les candidats à la Présidentielle 2022 de créer de nouvelles règles sur le sujet.

La France 2022 "en marche" Macron est "La France du recul social et sociétal".

Vous m'avez écrit, Monsieur le Président (Emmanuel Macron), souvenez vous:...///... "C'est complexe, il faut être intelligent à ce sujet. Vous devez vous débarrasser de la protection avant de pouvoir la voir, puis vous l'éliminez avant de vous en débarrasser aussi. Tenez les à leurs crimes". De qui parliez vous? Souvenez vous!... des entreprises de France... "mais c'est bien sûr...!

Le Président de la République française est un fieffé menteur!.

Le Président de la République française, Monsieur Emmanuel Macron, prépare sa réélection sur la base de la confiance à lui accorder pour tous ses dénis, en particulier sur celui de mettre fin à sa pratique régalienne des Arnaques aux cotisations sociales et fiscales des entreprises pour payer les Retraites, la Sécurité sociale, le Chômage, la Vieillesse, la Dépendance, ainsi que pour la création d'un Revenu universel, en référence à ses échanges épistolaires 2017-2018-2019 avec moi, Alain Saiche.

FACE À L'HISTOIRE DE LA FRANCE DU XXIè SIÈCLE,

1-J'interdis au Président de la République de mentir sur la Gestion des financements sociaux. Cliquez sur le lien ci-après pour vous en convaincre:

Vous pourrez alors vous en convaicre en toute connaissance de cause: La Vérité a pour devoir de sortir du puits.

2-J'interdis au Premier Ministre de mentir sur le financement des retraites.

3-J'interdis à Bruno Le Maire de mentir sur le financement des Retraites.

4-J'interdis aux députés et aux sénateurs de mentir et tromper la population sur le financement des retraites.

5-J'interdis au Conseil d'Etat de mentir sur les financements des Retraites!

6-J'interdis à la Cour des comptes de mentir sur les financements des Retraites.

7-J'interdis au Conseil constitutionnel de mentir sur les financements Retraites!

8-Je demande aux 36 000 Maires de France d'interdire au pouvoir exécutif central la pratique des Arnaques aux cotisations sociales et fiscales des entreprises pour financer les Retraites, la Sécurité sociale, le Chômage, la Vieillesse, la Dépendance, et la création d'un Revenu universel. Cliquez sur le lien N° 1 ci-après:

9-Je demande à Me Dupond-Moretti, Garde des sceaux, Ministre de la justice, pourquoi ne pas lancer la prodédure cf l'Art 40 du CPP? Cliquez sur le lien N° 2 ci-après: 

10- Je demande à Monsieur Pierre Moscovici, Président de la Cour des comptes, de vérifier les comptes de l'Etat de plus près, cf Cliquez sur le lien N° 3 ci-après:

Bonne lecture et bonne compréhension des problèmes économiques posés aux 67 millions de consommateurs.

                                        ----------

La déclaration des droits de l'homme et du citoyen.

Article 11- La libre communication des pensées et des opinions est un des droits les plus précieux de l'homme...///... Article 12- La garantie des droits de l'homme et du citoyen nécessite une force publique; cette force est donc instituée pour l'avantage de tous, et non pour l'utilité particulière de ceux à qui elle est confiée. Article 14.- Les citoyens ont le droit de constater, par eux-mêmes..

Imprimer

Inspirée de la déclaration de l'indépendance américaine de 1776 et de l'esprit des Lumières, la Déclaration des droits de l'homme et du citoyen de 1789 marquait le début d'une ère politique nouvelle. Elle n’a cessé dés lors d’être une référence. La Ve République a explicité son attachement à elle en la citant dans le préambule de sa constitution, et le Conseil constitutionnel a reconnu en 1971 sa valeur constitutionnelle.

L'histoire

La Déclaration des droits de l'homme et du citoyen est née à l’été 1789, du projet de l’Assemblée constituante, formée par la réunion des États Généraux, de rédiger une nouvelle Constitution, et de la faire précéder d’une déclaration de principes.  

Les propositions affluent. L’Assemblée constituante charge cinq députés, Démeunier, La Luzerne, Tronchet, Mirabeau et Redon, d'examiner les différents projets de déclaration, de les fondre en un seul et de le présenter à l’Assemblée. Article par article, la déclaration française est votée du 20 au 26 août 1789.

À travers son préambule et ses dix-sept articles , elle définit des droits « naturels et imprescriptibles » que sont la liberté, la propriété, la sûreté, la résistance à l'oppression, elle reconnaît l'égalité devant la loi et la justice, et elle affirme le principe de la séparation des pouvoirs.

Ratifiée seulement le 5 octobre par Louis XVI sous la pression de l'Assemblée et du peuple accouru à Versailles, elle sert de préambule à la première Constitution de la Révolution Française de 1791. Bien que le texte ait été bafoué par la suite par nombre de révolutionnaires, et qu’il ait été suivie deux autres déclarations des droits de l'homme en 1793 et 1795, c'est le texte du 26 août 1789 qui s’est imposé à la postérité, c’est lui qui a inspiré des textes similaires dans de nombreux pays d'Europe et d'Amérique latine tout a long du XIXe siècle,  et c’est sur lui que s’appuient les constitutions françaises de 1852, 1946 et 1958. 

La Déclaration universelle des droits de l’homme, signée à Paris le 10 décembre 1948, tout comme la Convention européenne des droits de l'homme, née à Rome le 4 novembre 1950, revendiquent le même héritage.

Le texte

Les représentants du peuple français, constitués en Assemblée nationale, considérant que l'ignorance, l'oubli ou le mépris des droits de l'homme sont les seules causes des malheurs publics et de la corruption des gouvernements, ont résolu d'exposer, dans une déclaration solennelle, les droits naturels, inaliénables et sacrés de l'homme, afin que cette déclaration, constamment présente à tous les membres du corps social, leur rappelle sans cesse leurs droits et leurs devoirs ; afin que les actes du pouvoir législatif et ceux du pouvoir exécutif, pouvant être à chaque instant comparés avec le but de toute institution politique, en soient plus respectés ; afin que les réclamations des citoyens, fondées désormais sur des principes simples et incontestables, tournent toujours au maintien de la Constitution et au bonheur de tous.

En conséquence, l'Assemblée nationale reconnaît et déclare, en présence et sous les auspices de l'Être Suprême, les droits suivants de l'homme et du citoyen.

Article premier

- Les hommes naissent et demeurent libres et égaux en droits. Les distinctions sociales ne peuvent être fondées que sur l'utilité commune.

Article 2.

- Le but de toute association politique est la conservation des droits naturels et imprescriptibles de l'homme. Ces droits sont la liberté, la propriété, la sûreté et la résistance à l'oppression.

Article 3.

- Le principe de toute souveraineté réside essentiellement dans la Nation. Nul corps, nul individu ne peut exercer d'autorité qui n'en émane expressément.

Article 4.

- La liberté consiste à pouvoir faire tout ce qui ne nuit pas à autrui : ainsi, l'exercice des droits naturels de chaque homme n'a de bornes que celles qui assurent aux autres membres de la société la jouissance de ces mêmes droits. Ces bornes ne peuvent être déterminées que par la loi.

Article 5.

La loi n'a le droit de défendre que les actions nuisibles à la société. Tout ce qui n'est pas défendu par la loi ne peut être empêché, et nul ne peut être contraint à faire ce qu'elle n'ordonne pas.

Article 6.

- La loi est l'expression de la volonté générale. Tous les citoyens ont droit de concourir personnellement ou par leurs représentants à sa formation. Elle doit être la même pour tous, soit qu'elle protège, soit qu'elle punisse. Tous les citoyens, étant égaux à ses yeux, sont également admissibles à toutes dignités, places et emplois publics, selon leur capacité et sans autre distinction que celle de leurs vertus et de leurs talents.

Article 7.

- Nul homme ne peut être accusé, arrêté ou détenu que dans les cas déterminés par la loi et selon les formes qu'elle a prescrites. Ceux qui sollicitent, expédient, exécutent ou font exécuter des ordres arbitraires doivent être punis ; mais tout citoyen appelé ou saisi en vertu de la loi doit obéir à l'instant ; il se rend coupable par la résistance.

Article 8.

- La loi ne doit établir que des peines strictement et évidemment nécessaires, et nul ne peut être puni qu'en vertu d'une loi établie et promulguée antérieurement au délit, et légalement appliquée.

Article 9.

Tout homme étant présumé innocent jusqu'à ce qu'il ait été déclaré coupable, s'il est jugé indispensable de l'arrêter, toute rigueur qui ne serait pas nécessaire pour s'assurer de sa personne doit être sévèrement réprimée par la loi.

Article 10.

- Nul ne doit être inquiété pour ses opinions, même religieuses, pourvu que leur manifestation ne trouble pas l'ordre public établi par la loi.

Article 11.

- La libre communication des pensées et des opinions est un des droits les plus précieux de l'homme ; tout citoyen peut donc parler, écrire, imprimer librement, sauf à répondre de l'abus de cette liberté dans les cas déterminés par la loi.

Article 12.

- La garantie des droits de l'homme et du citoyen nécessite une force publique ; cette force est donc instituée pour l'avantage de tous, et non pour l'utilité particulière de ceux à qui elle est confiée.

Article 13.

- Pour l'entretien de la force publique, et pour les dépenses d'administration, une contribution commune est indispensable ; elle doit être également répartie entre les citoyens, en raison de leurs facultés.

Article 14.

- Les citoyens ont le droit de constater, par eux-mêmes ou par leurs représentants, la nécessité de la contribution publique, de la consentir librement, d'en suivre l'emploi, et d'en déterminer la quotité, l'assiette, le recouvrement et la durée.

Article 15.

- La société a le droit de demander compte à tout agent public de son administration.

Article 16.

- Toute société dans laquelle la garantie des droits n'est pas assurée ni la séparation des pouvoirs déterminée, n'a point de Constitution.

Article 17.

- La propriété étant un droit inviolable et sacré, nul ne peut en être privé, si ce n'est lorsque la nécessité publique, légalement constatée, l'exige évidemment, et sous la condition d'une juste et préalable indemnité.

                            ----------

Vouloir gouverner de manière monocratique amène Notre Pays, La France est à un tournant de son histoire républicaine, Monsieur le Président! 

Vouloir imposer au peuple de France des réformes comme celles du financement des Retraites, de la Sécurité sociale, du Chômage, de la Vieillesse, de la Dépendance, et de la création d'un Revenu universel par la force des Matraques est contre nature et relève de la" Monocratie régalienne". Il en serait alors fini de la démocratie républicaine au bénéfice de la "Monocratie des Riches".

               *PRÉSIDENTIELLE 2022*

Vous êtes un fieffé menteur, Monsieur le Président!

Le Président de la République française, Monsieur Emmanuel Macron, prépare sa réélection sur la base de la confiance à lui accorder pour tous ses dénis, en particulier sur celui de mettre fin à sa pratique régalienne des Arnaques aux cotisations sociales et fiscales des entreprises pour payer les Retraites, la Sécurité sociale, le Chômage, la Vieillesse, la Dépendance, ainsi que pour la création d'un Revenu universel, en référence à ses échanges épistolaires 2017-2018-2019 avec moi, Alain Saiche.

1-J'interdis au Président de la République de mentir sur la Gestion des financements sociaux.

2-J'interdis au Premier Ministre de mentir sur le financement des retraites.

3-J'interdis à Bruno Le Maire de mentir sur le financement des Retraites.

4-J'interdis aux députés et aux sénateurs de mentir et tromper la population sur le financement des retraites.

5-J'interdis au Conseil d'Etat de mentir sur les financements des Retraites!

6-J'interdis à la Cour des comptes de mentir sur les financements des Retraites.

7-J'interdis au Conseil constitutionnel de mentir sur les financements Retraites!

8-Je demande aux 36 000 Maires de France d'interdire au pouvoir exécutif central la pratique des Arnaques aux cotisations sociales et fiscales des entreprises pour financer les Retraites, la Sécurité sociale, le Chômage, la Vieillesse, la Dépendance, et la création d'un Revenu universel. Cliquez sur le lien ci-après:

                                        ----------

                        Bonjour La France, Françaises, Français.

                                         Mise à jour au 17.08.2021

                        *AFIN QUE NUL N'IGNORE ET N'OUBLIE*

Cette Lettre ouverte, qui vous est destinée, a pour but d'appeler votre attention sur les dérives qui découlent de la pratique des "Arnaques aux cotisations sociales et fiscales des entreprises", organisées et entretenues au niveau du pouvoir, prisonnier du Verrou de Bercy.

C'est la raison pour laquelle je demande à Monsieur Emmanuel Macron, Président de la République, s'il a vraiment pour objectif de mettre en applications des réformes dont il m'a écrit, par correspondance épistolaire, vouloir mettre en application, via la réforme de la fiscalité des entreprises par "La Gestion par la Méthode du Révisionnisme économique".

Bonjour Monsieur le Président.

Vous me connaissez bien, dans la mesure où nous avons échangé nos idées sur l'économie et comment parvenir à redresser la situation de notre pays sur le sujet. 

Je vais donc prendre la permission et la précaution de vous en rappeler la teneur essentielle de celles ci par copie intégrale de quelques extraits, comme ci après.

Vous avez commencé à entretenir des messages Twitter avec moi en 2017, année où vous êtes devenu Président de la République française.

Vous vous étiez intéressé à mes écrits sur l'économie dont voici quelques extraits.

*Le 21 Août 2018, vous m'avez recontacté: "Bonjour Alain, comment ça va? ... "Je suis de retour à Paris et mes réformes reprendront demain. Je voudrais vous demander quelque chose. Je vais relire votre article aujourd'hui mais "je veux que vous me vendiez votre idée".

Mon idée était La Méthode de Gestion par la Méthode du Révisionnisme économique" qui vous est expliquée plus loin.

Puis, le 20 octobre 2018: "Bonjour Alain, comment vas tu? Votre demande est raisonnable et je vais le faire. Je vais m'asseoir et lire votre article et donner une copie à mes experts pour le lire aussi. Si cela ne vous dérange pas bien sûr. Je suis un homme raisonnable et il semble que les entreprises ne payent pas de charges sociales. Je résoudrai le problème en utilisant vos méthodes. Comment ça sonne?

Le 28 novembre 2018: "Je pense que nous pourrions faire une bonne équipe. Nous avons un intérêt commun à améliorer la France.

Le 9 décembre 2018: "Je vous ai dit que je le ferais. Ne t'inqiète pas".

Le 30 décembre 2018:..."J'ai pris en compte votre analyse.

"D'accord, merci. Je discuterai avec le Premier Ministre Philippe et je vous inviterai à discuter de votre stratégie et à voir ce qui peut être fait...///... J'ai reçu copie papier de vos idées et je discuterai avec mon équipe et vous répondrai quand je le ferai. Je comprends que vous n'essayez pas de nuire à la République".

Le 9 décembre 2018: "Je vous ai dit que je le ferais. Ne t'inqiète pas".

Le 26 janvier 2019:.. "Je vous exhorte à avoir une réunion avec moi ou mon Premier Ministre pour en discuter. Voulez vous accepter? Je demanderai qu'une invitation vienne à vous pour discuter de vos projets. Puis je demander où envoyer l'invitation? E mail ou adresse ou quelque chose?

La suite? Elle est toujours à votre méditation, sous le harcèlement de votre entourage, placé sous la haute protection du Verrou de Bercy.

Vous aviez pourtant retenu que:

LA FRANCE ÉTAIT LE PAYS DES ARNAQUES AUX COTISATIONS SOCIALES ET FISCALES DES ENTREPRISES. Le problème prélminaire à expliquer reposait sur le calcul élémentaire des coûts de production et de vente des marchandises. Pour bien le comprendre, il était nécessaire de "SE METTRE DANS L'AMBIANCE DES ARNAQUES AUX COTISATIONS SOCIALES ET FISCALES DES ENTREPRISES, telles que pratiquées actuellement et ci après expliquées par:   

À VOS NEURONES!

1- Sachant que le montant de toutes les cotisations sociales des entreprises sont incorporées dans les calculs des coûts de production, et de vente,

2- Sachant qu'une marge bénéficiaire, peut aller et varier, par exemple, de 3,4,5,10, etc..../.... jusqu'à 50 % voire plus et même beaucoup plus,

3- Sachant que les cotisations sociales, affectées aux coûts de production, rapportent des sommes correspondantes aux marges bénéficiaires affectées aux produits pour déterminer les prix de vente,

4- Sachant que les entreprises reversent les charges sociales perçues auprès des consommateurs aux organismes chargés des recouvrements aux taux prévus de par la loi, c'est à dire sans les bénéfices rapportés par les marges bénéficiaires des cotisations socialesdes entreprises affectées aux coûts de production et rapportées par les prix de vente,

5- Il en découle que les entreprises conservent par devers elles la différence entre les sommes correspondantes entre les bénéfices rapportés par les prix de vente et les sommes reversées aux organismes chargés des recouvrements,

6- Sachant, de manière irréfragable, que les cotisations sociales des entreprises ne peuvent, en aucun cas, être considérées comme étant des investissements, et encore moins comme étant des charges,

7- Il en découle que les cotisations sociales des entreprises sont des sommes qui rapportent des bénéfices aux entreprises, le plus souvent à courts termes, voire à très très courts termes, au taux de la marge bénéficiaire.

8- Conclusion: Contrairement à ce qui se dit, les entreprises ne payent aucune cotisation sociale pour financer les Retraites, la Sécurité sociale, le Chômage, la Vieillesse, la Dépendance, ne cotiseront pas pour le Revenu universel à créer, ainsi que pour toutes les autres cotisation sociales existantes.  

Question, et j'en resterai là pour cette fois: "Pour quelles raisons prétendre qu'accorder des subventions aux entreprises est une bonne chose pour l'économie et la relance, sachant que les prix de vente ne baissent jamais, qu'il est dit à l'envi "que les salaires sont trop élevés", alors que le pouvoir d'achat baisse et que les caisses de retraites, Sécurité sociale, Chômage, etc, etc... sont toujours déficitaires.

*De plus, les subventions accordées pour l'achat d'une voiture neuve sont inconstitutionnelles, car discriminatoires aux revenus à l'encontre des pauvres, des chômeurs et des plus défavorisés.

Le Conseil d'État, la Cour des Comptes et le Conseil constitutionnel en sont bien informés, mais pour l'instant, rien n'y fait

J'y reviendrai plus tard. En attendant, J'EN APPELLE À LA RAISON.

                       ------------------

Vous êtes donc actuellement face vos protres contradictions.

1- SOIT respecter votre parole vis à vis de "moi citoyen", pour devenir l'Homme d'État que devrait être le Président de la République française, Président de tous les Français, et pas seulement le Président des riches, cf la teneur de mon Blog 

2- SOIT rester sur le chemin du Dégagisme sur lequel vous vous trouvez et poursuivre votre fin de quinquennat suivant LE FIL DU BLOG

Pour ma part, je vous souhaite personnellement, pour en conclure, Monsieur le Président, que vous sachiez faire preuve d'autorité régalienne pour ramener vos conseillers, que j'appelle vos "Fous du roy" , qui préfèrent manger le matin et, en référence à "écclésiaste 10-16, permet à chacun de vos compartiotes de penser et de déclarer: Malheur à toi, Pays dont le roi est un enfant et dont les princes mangent dès le réveil".

Bien entendu, comme je vous l'ai proposé, et pour faire suite à votre demande de me faire parvenir une invitation à venir vous exposer la nouvelle gestion des finances publiques de la Sécurité sociale, ainsi qu'à Monsieur Jean Castex, Premier Ministre, la stratégie à adopter pour relancer l'économie par la Méthode de Gestion du "Révisionnisme économique" de manière fiable et durable, dans le stict respect des règles commerciales en vigueur qui permettrait, en même temps un retour à la paix sociale dont notre pays a besoin,

Je vous prie d'agréer, Monsieur le Président, l'expression de ma très haute cosidération.

Armand de Franceville, Nom de Plume, Alain Saiche, Nom Patronyme, 2 Avenue Casteroun, St Vincent de Tyrosse.

                         ----------

LE FIL DU BLOG 1

MOTS-CLÉS

²p°²²-Les 36 000 Maires de France décideront de qui peut devenir Président 2022-2027 ÉDITER

 
 

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans Le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte