Blog suivi par 5 abonnés

Le blog de ayad zaroual

chercheur
Toulouse/et Rabat - France/Maroc
  • Le retour au passé et la jonction avec la religion

    Par
    L’arrivée de Bolsonaro teintée de ce curieux mélange d’autoritarisme, de néolibérale et de religion interroge en miroir la situation de ces pays du printemps arabe à l’épreuve d’un retour au passé. Le Maroc est entrain de standardiser ces pratiques néoautoritaires, où s’opère une jonction entre l’autoritarisme, la religion, et la diffamation des mouvements sociaux.
  • Le néoautoritarisme, un retour au passé ou la jonction avec la religion..

    Par
    L’arrivée de Bolsonaro teintée de ce curieux mélange d’autoritarisme, de néolibérale et de religion interroge en miroir la situation de ces pays du printemps arabe à l’épreuve d’un retour au passé. Le Maroc est entrain de standardiser ces pratiques néoautoritaires, où s’opère une jonction entre l’autoritarisme, la religion, et la diffamation des mouvements sociaux.
  • Le néoautoritarisme, un retour au passé.. La jonction avec la religion..

    Par
    L’arrivée de Bolsonaro teintée de ce curieux mélange d’autoritarisme, de néolibéralisme et de religion interroge en miroir et curieusement la jonction entre autoritarisme et religion dans ces pays du printemps arabe à l’épreuve d’un retour aux années de plomb.
  • La crise du Rif

    Par | 1 commentaire | 1 recommandé
    L’opinion publique du Rif est construite de plus en plus aux confins de la rue, des réseaux sociaux et d’une intelligence collective tournée vers la le développement humain. Elle crée une pression politique, et régénère de nouvelles formes d’engagement et de gouvernance participative.
  • L'Etat, le Rif et la diaspora

    Par | 2 commentaires | 10 recommandés
    Ce qui est en jeu dans ce violent affrontement entre le Makhzen et les « révoltés du Rif », c’est la domination d'une région spécifique d'émigration internationale et pourvoyeuse d’une rente importante pour le Makhzen : le transfert. Ce contexte initial est crucial pour comprendre la violence du "Makhzen" et la punition des « révoltés du Rif ».