C'est désormais au Tribunal Constitutionnel que la paix civile s'en remet

On dramatise l’affaire Finkielkraut pour marquer les esprits et forcer l’érection d’une loi particulièrement dangereuse pour la cohésion nationale. Elle imposerait de fait un « deux poids et deux mesures » qui confinerait à l’apartheid. Aux uns , le plein droit de la liberté d'opinion, aux autres, le droit de se taire sauf à se voir opposer la désormais infamante appellation de « salafistes » .

certains liens intercalaires conduisant à des preuves ont été corrompus ( par qui ?) : suivre les conseils en rouge ajoutés au lien concerné pour contourner le masque 404

Selon l’AFP, relayée par Dominique Vidal [1]. « Le texte initié par "des membres de la communauté juive de France (…) une pétition est lancée qui s'intitule: "Antisémitisme: Votons une loi pour assimiler l'antisionisme à de l'antisémitisme" Ces « membres de la communauté juive de France » est une façon pudique de dire CRIF : nous avons vu le Président de la République répéter benoîtement et fidèlement le menu donné par M. Khelifa quelques minutes plus tôt.

La dépêche AFP poursuit : « Des députés, membres du groupe d'étude de l'Assemblée Nationale sur l'antisémitisme, veulent pénaliser l'antisionisme, une proposition qui suscite des réserves dans les rangs du gouvernement mais qui recueille le soutien de plus de 7.000 signatures sur une pétition en ligne à cet effet .Le député Sylvain Maillard, président du groupe d'étude, a annoncé samedi que "le groupe porterait une initiative forte pour que l'antisionisme soit reconnu et puni en France pour ce qu'il est: de l'antisémitisme" ».

Le député Éric Coquerel, de France-Insoumise, s’insurge à juste titre : «Nous sommes typiquement dans une instrumentalisation(…) On doit pouvoir critiquer la politique de M. Netanyahou, comme on doit pouvoir critiquer une politique de théocratie islamiste sans passer pour un antimusulman ou sans passer pour un antisémite".

C’est en effet une instrumentalisation : on dramatise à outrance l’affaire pour marquer les esprits et forcer l’érection d’une loi particulièrement dangereuse pour la cohésion nationale.

Une telle loi ouvrirait de fait un « deux poids et deux mesures » qui confinerait à l’apartheid. Elle aviverait immanquablement les compétitions des mémoires endolories, mères de tous les troubles graves récents infligés au vivre- ensemble. Nous aurons d’un côté nos concitoyens juifs qui gardent , de plein droit , la liberté d’opinion, et donc le droit de manifester leur attachement et leur soutien à Israël (à titre individuel ou à l’instigation de l’omniprésent CRIF) et de l’autre nos compatriotes musulmans à qui il ne reste que le droit de se taire sauf à se voir opposer la désormais infamante appellation de « salafistes » .

Opposer l’islamisme salafiste [2] à l’islam de France [3] est pour le moins injuste : l’islam de France ne peut être salafiste que pour une poignée d’ignorants de la religion de leurs aïeux ou pour des néo-convertis .De plus, c’est oublier que, dans le monde, les musulmans constituent la grande majorité des victimes de l’islamisme salafiste. Enfin, puisqu’on doit impérativement s’attaquer au salafisme, plutôt que de s’exciter à vouloir en épouiller les touffes banlieusardes, la responsabilité exige que l’on interpelle l’instigateur principal, l’Arabie Saoudite, dont le sceau se retrouve immanquablement au terme du moindre fil d’Ariane intégriste tiré. Mais nous ne pouvons pas lui demander des comptes : le « coq alpha du poulailler mondial » nous l’interdit, leur marché également.

En l’état, toute loi allant en ce sens contreviendrait, bien sûr, à la Constitution et bafouerait l’égalité citoyenne en droit et en devoir. Pour y parvenir, il nous faudrait changer bien des articles de la Constitution ; ce qui ne se fait pas en un claquement de doigts. Plus que du déraisonnable, il y a du ridicule dans cette charge médiatique impulsée au clairon du PAF – mais ce ridicule-là est très dangereux : il tue.

Certains, toujours prompts, crient à la « théorie du complot » pour dénigrer l’adversaire. Forts des lois de la République, affirmons, en toute tranquillité, qu’il y a en effet complot : complot contre notre citoyenneté, complot contre le vivre-ensemble, complot contre la paix civile. La loi confère à quatre autorités le pouvoir de saisir le Tribunal Constitutionnel : le Président de la République, le Premier Ministre, le Président du Sénat et le Président de l’Assemblée Nationale. Dans cette affaire, Il y va de leur devoir, de leur honneur aussi.

Le retour à l’ordre exige de la justice de dire la loi et d’éclaircir en priorité les trois points suivants :
• Rendre justice à nos compatriotes musulmans. Stoppons l’agression médiatique trentenaire des laïcistes qui violent la loi de 1905 sur la laïcité et l’égalité citoyenne proclamée par la Constitution.
• Rendre à César ce qui est à César : nul ne peut être tenu responsable des manquements des autres. Il y a une gigantesque escroquerie intellectuelle consistant à rendre l’islam de France [3] responsable des méfaits du shiisme duodécimain [4] iranien (de 1979 à 2000) et du salafisme wahhabite [2] (de 1989 à nos jours). A titre de comparaison, rendrions-nous le catholicisme romain responsable de supposés méfaits, d’hier, du protestantisme ou d’une secte greffée sur le christianisme ,et réciproquement ? C’est ridicule ,n’est-ce pas ? Nous vivons pourtant ce ridicule, pour ce qui concerne l’islam, depuis deux générations. Il est grand temps de rendre justice à nos compatriotes musulmans : c’est au gardien de la Constitution, à savoir le Président de la République, de la rappeler et à la Justice de dire la loi.
• Pour la paix civile, stopper le chantage à la SHOA : il faut cantonner le CRIF à son statut légitime d’association relevant de la loi de 1901 et contenir la relation israélo-française dans les canaux diplomatiques traditionnels. Car d’évidence, c’est à la République d’assurer la protection de ses citoyens : il lui appartient à elle, et à elle seule, de veiller à la sécurité des juifs français et non à une officine sioniste téléguidée depuis Israël.

Parmi les griefs reprochés à l’Eglise Gallicane, pour justifier la séparation de l’Eglise et de l’Etat, en 1905, il y avait justement le lien avec le Vatican : une puissance vue comme étrangère dont les ingérences dans la politique intérieure de la France étaient jugées intolérables.
Pourquoi ce qui est refusé aux chrétiens serait-il accepté quand il s’agit de juifs ? Là aussi ,il y a un « deux poids et deux mesures » intolérable pour l’égalité citoyenne en droit et en devoir.

Le CRIF, comme les autres organisations du sionisme international, pousse à l’agrégation de la diaspora juive autour d’Israël. Il use pour ce faire de deux chantages .Le premier consiste à tenir à vif la culpabilité française, résultat de sa collaboration à la Shoa : avec l’aval des autorités françaises, des wagons à bestiaux français bourrés de juifs sont bien arrivés à leur terminus, « l’himmel strasse », la route du ciel. Le deuxième chantage s’exerce sur la communauté juive française en jouant sur ce que Hannah Arendt appelait« la peur juive atavique » : pour ce faire, le CRIF, selon les théories de Shigéo Shingo, dramatise le moindre fait divers dans lequel serait impliqué un juif et crie à l’antisémitisme à longueur de longueur d’onde , relayé en cela par les lobbies particularistes SHAF[5] .Bon nombre des victimes , que le CRIF qualifie de victimes de l’antisémitisme , relèvent du crime crapuleux ; certains cas ne seront même pas jugés ,et ce dans la mesure où leur auteur est un malade mental ,donc pénalement irresponsable .

L’Allemagne s’est débarrassée de ces deux chantages lors de la « querelle des historiens » [6] pour le plus grand bien des générations qui n’ont pas connu cet effroyable épisode de la vie du pays . La France, elle, est toujours ligotée par sa culpabilité : la rançon de ce chantage à la Shoa, elle la paye en donnant libre cours aux manipulations du CRIF et de ses satellites sur notre territoire. Mitterrand a renâclé [7], Chirac a résisté [8], Sarkozy et Hollande, les naufrageurs de la France, tout à leur danse du ventre à l’attention du « maître du monde américain », ont précédé les attentes du CRIF ; Macron vient de tomber dans le piège.

Observons le tour de passe-passe sémantique sioniste. Israël qui se déclare « Etat des juifs » veut interdire l’utilisation du mot sionisme. Toute critique du sionisme devrait donc utiliser forcément le mot juif pour critiquer « l’Etat des juifs ». Or, on veut voter une loi qui viendrait justement interdire l’association du juif aux méfaits d’Israël. Cette boucle de logique confine au cercle vicieux. C’est particulièrement malsain.
C’est de facto vouloir interdire toute critique d’Israël, donc une atteinte à la liberté d’opinion.

Remarque : l’appellation « Etat juif » fait des citoyens israéliens arabes (musulmans, chrétiens et druzes) des citoyens de deuxième rang (de « second collège » diraient ceux qui ont fait tant de mal à l’Algérie de papa !). C’est de fait un état d’apartheid caractérisé. Devons-nous soutenir cela ?

En tant que Français, qu’avons-nous à faire « dans cette galère » dirait Molière. L’alignement systématique de nos dirigeants, ces dernières décennies, s’est révélé désastreux pour la France : nous sommes désormais « persona non grata » au Moyen -Orient : perdu l’Irak, perdue la Syrie, perdue la Turquie. Pour exister, nous en sommes réduits à soutenir les régimes assassins d’Arabie Saoudite et de la junte militaire égyptienne et « d’esquinter le chanfrein » de notre "bon maître" américain.

Nous nous sommes laissé enfermer dans un piège redoutable.

Sous la protection des USA et de son arsenal nucléaire - un généreux don français ! [9] - Israël considère le Proche Orient comme sa chasse gardée et, partant, verrait d’un très mauvais œil l’arrivée d’un second coq « beta » dans la région ; fût-il français.

Dans ses précédents billets, l’Escarbille du Club Mediapart a montré le lobbying d’Israël jusque dans les travées de l’Assemblée Nationale [10] .Par exemple, le député Meyer  Habib y consacre le plus clair de son temps, au point de susciter l’indignation de son confrère Glavany [11], pourtant soutien inconditionnel des lobbies particularistes SHAF [5] qui ont entretenu et entretiennent toujours l’outrancière croisade laïciste trentenaire qui a fait tant de mal à la France.

Dans la liste des personnalités soi-disant injustement attaquées pour leur amitié avec Israël – telle qu’énumérée par le Président de la République - figure l’inénarrable Philippe Val [12], une des divas des SHAF coupables de l’ outrancière cavalcade anti- musulmane sous couvert de laïcité .Maître  Dartevelle qualifia le sieur Philippe Val « de responsable du massacre de la rédaction de « Charlie Hebdo» [13].

Le danger est grand, pour tous les enfants de France, quelles que soient les chapelles religieuses ou philosophiques de leurs parents. Monsieur le Président de la République ouvre la boîte de Pandore comme le signale Belab dans sa lettre ouverte aux Français [14].

Documentation:

[1] https://blogs.mediapart.fr/belab/blog/190219/quoi-servent-les-voyous-racistes-et-les-idiots-utilesBlog Facebook de Dominique Vidal 18/02/2019.Agence AFP : «Des députés veulent pénaliser l'antisionisme, une pétition déjà en ligne ». À QUOI SERVENT LES VOYOUS RACISTES ET LES IDIOTS UTILES ?

[2]https://blogs.mediapart.fr/edition/lescarbille/article/130617/b-4-le-salafisme-wahhabite

[3]   https://blogs.mediapart.fr/edition/lescarbille/article/130617/les-origines-de-l-islam-de-france Copiez puis collez ce lien sur une page web vierge

[4]  https://blogs.mediapart.fr/edition/lescarbille/article/130617/le-shiisme

[5]  https://blogs.mediapart.fr/edition/lescarbille/article/170917/la-coalition-des-interets-particularistes-shaf-ou-l-aristocratie-du-moment

[6] https://blogs.mediapart.fr/edition/lescarbille/article/081117/finkielkraut-une-boucle-de-logique-episode-4   Copiez puis collez ce lien sur une page web vierge

[7]https://blogs.mediapart.fr/280128/blog/240219/mitterrand-et-les-lobbies-0

[8]     https://www.youtube.com/watch?v=IvXO6sbiN_U

[9] : Le pacte tripartite de 1956 (France-Israël-Royaume-Uni) faisait d’Israël le trublion à qui revenait la charge de créer la crise militaire dans la zone du Canal de Suez, une menace pour les intérêts français et britanniques. La France et le Royaume- Uni pouvaient intervenir pour supprimer la menace. Le prix à payer fut la technologie de l’arme nucléaire.
La 4ième République qui, dans sa folie algéro-nacérienne, a donné la maîtrise de l’arme atomique à Israël, a créé un déséquilibre dans cette région au bénéfice d’Israël ; déséquilibre qui autorise toutes les audaces de l’Etat sioniste, et impose aux adversaires de minorer sérieusement leurs contre-attaques.

[10]        https://www.youtube.com/watch?v=TCiAcFYCEwE

[11]  https://www.youtube.com/watch?v=R8dRTU_F8k0

[12]  https://blogs.mediapart.fr/edition/lescarbille/article/011017/comment-val-et-malka-ont-amene-au-casse-pipe-l-equipe-de-charlie-hebdo-episode-ii Copiez puis collez ce lien sur une page web vierge

[13] https://blogs.mediapart.fr/edition/lescarbille/article/011017/comment-val-et-malka-ont-amene-au-casse-pipe-l-equipe-de-charlie-hebdo

[14]https://blogs.mediapart.fr/edition/lescarbille/article/190219/lettre-ouverte-aux-francais

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.