Le jardin naturel (10)

suite des billets: Le jardin naturel (1) ; Le jardin naturel (2) ; Le jardin naturel (3) ; Le jardin naturel (4) ; Le jardin naturel (5) ; Le jardin naturel (6) ; Le jardin naturel (7) ; Le jardin naturel (8) ; le jardin naturel (9)

 

                                      Les nichoirs

photo-59

Certains oiseaux comme les merles construisent leur nid dans les branches. La haie naturelle sera idéale pour eux. D’autres espèces (dites cavernicoles) élèvent leur nichée dans des cavités naturelles (arbres creux, anfractuosités dans les murs,...) mais celles-ci deviennent rares. Nous pouvons les aider par l’installation de nichoirs dans le jardin.

regle-d-or-oiseaux

 Conseils

Les oiseaux sont très territoriaux. Afin d’éviter les concurrences il est préférable de séparer les nichoirs du même type d’environ 60 m (plus pour les grandes espèces).

 Le chat est l’ennemi numéro un des oiseaux au jardin. Voici quelques trucs pour éviter les dégâts :

  • installer le nichoir dans une zone inaccessible au chat ;
  •  placer un « stop-minou », une ceinture pourvue de longues tiges obliques et souples que l’on accroche autour du tronc de l’arbre où se trouve le nichoir ;
  • empêcher l’accès à l’intérieur du nichoir par la patte experte d’un chat, le trou d’accès doit impérativement se trouver à au moins 15 cm du fond ;
  • faire un nichoir à balcon, dont l’orifice est protubérant ;
  •  fixer un morceau de bois (section 3x3 cm) à l’intérieur du nichoir, juste sous le trou d’envol ;
  •  évitez les nichoirs avec perchoir. Ils peuvent aussi servir d’appui aux éventuels prédateurs tels la pie ou le geai des chênes, et les oiseaux n’en ont de toute manière pas besoin.

Lorsqu’un nichoir est occupé, la tentation est forte de soulever le toit pour voir ce qui se passe à l’iintérieur. Il est déconseillé de le faire, les adultes risquent d’abandonner la nichée!

 

Jeunes mésanges bleues (Cyanistes caeruleus) Jeunes mésanges bleues (Cyanistes caeruleus)

 Acheter un nichoir

photo-62

photo-61

photo-63

 On trouve de nombreux nichoirs dans le commerce mais ceux-ci sont à éviter dans la majorité des cas : trop petits, fragiles, mal isolés,…

 Les nichoirs que nous conseillerons sont les suivants :

  •  Les nichoirs construits par une association locale près de chez vous qui seront bien adaptés aux espèces visées et construits dans les règles de l’art.
  • Les nichoirs en béton de bois. C’est un matériau naturel, résistant dans le temps (garantis plus de 25 ans), et plus isolant que le bois. La marque Schwegler s’est spécialisée dans ces produits. . (en vente en France par exemple à la L.P.O.)

-_-_-_-_-_-_-_-

note ep : Comment ne pas citer aussi les productions de la Hulotte, le journal le plus lu dans les terriers. En suivant ce lien, ce sera l'occasion pour ceux qui ne la connaisse pas d'en faire la connaissance. Attention : risque important de ne pas savoir résister à cette merveille et de s'offrir un abonnement et/ou de l'offrir à ses enfants et/ou petits-enfants. (pour accéder aux nichoirs proposés par Dame Hulotte : -->catalogue - puis -->nichoirs - puis -->nichoirs à balcons)

-_-_-_-_-_-_-_-

photo-64

Rouge-gorge familier (Erithacus rubecula) © julien populin Rouge-gorge familier (Erithacus rubecula) © julien populin

=======

Troglodyte mignon (Troglodytes troglodytes) © julien populin Troglodyte mignon (Troglodytes troglodytes) © julien populin

photo-65

 Construire un nichoir

 

photo-66

 Il est facile de construire un nichoir pour mésanges. Une planche de bois et un plan de construction suffisent (voir ci-après).

 Le bois de sapin convient parfaitement. Les planches doivent avoir une épaisseur minimum de 1,8 cm. Le bois non raboté permet aux oiseaux de s’accrocher aux parois.

Percer le fond de quelques trous afin de permettre l’évacuation de l’humidité et d’améliorer la ventilation du nichoir.

Ne pas traiter le bois avec des produits toxiques ou répulsifs. Utiliser simplement de l’huile de lin pour la protection.

 

Entretien

Le nichoir doit être nettoyé une fois par an, en automne.

Enlever l’ancien nid (les oiseaux en reconstruiront de toute façon un nouveau l’année suivante).

Il est conseillé de remettre une couche protectrice d’huile de lin sur les parties extérieures. Certains bois, comme le châtaigner, peuvent résister 20 ans sans aucun traitement.

 © julien populin © julien populin

 

nichoir-plan

photo-67
Rougequeue noir (Phoenicurus ochruros) © julien populin Rougequeue noir (Phoenicurus ochruros) © julien populin
=======

photo-68
Mésange bleue (Cyanistes caeruleus) © julien populin Mésange bleue (Cyanistes caeruleus) © julien populin
=======

photo-69
Perchoir à rapaces Perchoir à rapaces
Faucon crécerelle (Falco tinnunculus) © julien populin Faucon crécerelle (Falco tinnunculus) © julien populin

=======

photo-71
photo-72
Chouette chevêche (Athene noctua) © julien populin Chouette chevêche (Athene noctua) © julien populin

=======

photo-72-1
Moineau domestique (Passer domesticus) © julien populin Moineau domestique (Passer domesticus) © julien populin

 

Le nourrissage des oiseaux

 Les rigueurs de l’hiver sont une des principales causes de mortalité naturelle chez les oiseaux. Même si elles jouent un rôle de sélection naturelle des individus, on peut néanmoins les aider à passer ce cap difficile. C’est aussi l’occasion de les observer de près !

 Nourrir les oiseaux seulement par grands froids: périodes de gel prolongé, de neige persistante ou de pluie incessante.

 Il est impératif de ne pas interrompre le nourrissage car les oiseaux ayant pris l’habitude de s’approvisionner aux mangeoires risquent de ne pas disposer d’assez de réserves leur permettant de trouver une autre source de nourriture.

 ce ravitaillement sera progressivement supprimé à l’approche du printemps. Lorsque débute la saison de reproduction (d'avril à septembre), la nourriture redevient abondante et de bien meilleure qualité nutritive pour les oisillons qui sont alors nourris essentiellement d’insectes. Laissons alors les oiseaux insectivores jouer efficacement leur rôle d’insecticide naturel.

Chaque espèce d’oiseaux a un comportement particulier. La nourriture sera placée en différents endroits :

  • en hauteur, sur une mangeoire stable (protégée de la pluie et des prédateurs) pour le pinson des arbres ou le verdier ;
  • dans des filets suspendus pour les mésanges ;
  • sur le sol pour l’accenteur mouchet, la grive, le rouge-gorge ou le merle (si possible sur une planche de bois pour protéger les aliments de l’humidité.

 

photo-73

photo-74

 On pourra donner des pommes de terre cuites sans sel, du pain émietté, des couennes de lard, des restes de viande cuite non salée, des vers de farine, des mélanges de graines et céréales, des fruits (pommes, poires, baies sauvages) et des fruits secs non salés (cacahuètes, noix, noisettes, amandes,…)

Mettre la nourriture par petites quantités et nettoyer régulièrement la mangeoire pour éviter tous risques de contamination et d’épidémie

photo-75
 

 Les oiseaux ont besoin d’eau, même en hiver. Utiliser un récipient peu profond pour leur éviter les baignades forcées en période de grand froid et changer l’eau régulièrement (ne pas y ajouter d’additif antigel ou de sel!).

photo-76

 Dans la mangeoire trémie, les graines sont contenues dans un réservoir et s’écoulent progressivement dans un distributeur accessible aux oiseaux. Le gros avantage de cette mangeoire est que l’on peut mettre une grande quantité de graines dans le réservoir où elles sont à l’abri des intempéries. Pas nécessaire donc de réapprovisionner tous les jours. Par ailleurs, les oiseaux ne mangent pas les graines sur place. Ils salissent donc moins la mangeoire.

Il est possible de réaliser un mélange avec de la graisse (du saindoux ou du blanc de bœuf NON USAGES !) et des aliments divers (graines ou fruits secs) très apprécié des oiseaux. Cette pâtée peut servir à confectionner des boules à suspendre, ou à remplir, par exemple, des trous dans une bûche que l’on pourra suspendre à une branche

Un jardin naturel et diversifié est très attirant pour les oiseaux. Les plantes indigènes leur fournissent une nourriture riche, variée et naturelle composée de graines et d'insectes. Et cela durant toute l’année. La haie offre des graines, des baies ou des petits fruits pour les oiseaux. Le choix des espèces est vaste : ronces, sorbier des oiseleurs, merisier, saule, sureau, noisetier, aulne, aubépine, cornouiller, troène, prunellier, viorne, houx, églantier...Dans la prairie fleurie, les plantes sauvages comme les chardons, berces, carottes et graminées pourront monter en graine et attirer divers oiseaux en hiver.

 

Mésange huppée (Lophophanes cristatus) © julien populin Mésange huppée (Lophophanes cristatus) © julien populin

 Prochain billet : Gîtes à chauves-souris, à insectes, à hérissons, à perce-oreilles

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.