Blog suivi par 5 abonnés

Le blog de Jaco 48

  • APRÈS LA DIÈTE, LA GRANDE BOUFFE !

    Par | 4 recommandés
    Hier j'évoquais déjà, me semble-t-il, le pouvoir comique hors du commun dont dispose  M. Macron. Ce n'est pas tout le temps que je fais de tels compliments, s'agissant tout de même du pire président qu'est connu la République depuis  Albert Lebrun. Remarquez, tout le mérite ne lui revient pas, même si le choix de son premier ministre relève bien du pur génie.
  • LE CORONAVIRUS RALLONGE LA VIE !

    Par | 1 commentaire | 6 recommandés
    En se prémunissant de toute tentation complotiste, sans se demander par exemple si la COVID nous a été expédiée de Chine par AliExpress ou livrée à domicile par l'Institut Pasteur, on peut tout de même essayé de chercher à savoir qui peut bien nous avoir envoyé Macron ! Il est incroyable non ?
  • CAPITALISATION ET CAPITULATION.

    Par | 1 commentaire | 2 recommandés
    Voici que l'état, ultra-libéral doctrinaire, va remettre un pognon fou dans le capital d'Air France, dont il s'était largement désengagé en rêvant de le privatiser avec ses aéroports. Cela s'ajoutera au sept milliards offerts à la boite pour survoler les turbulences virales. Et si vous n'aimez pas l'avion, si vous n'avez pas les moyens de voyager, c'est sûr on vous le fera payer cher quand même.
  • LES FAYOTS DU NOUVEAU MONDE

    Par | 2 commentaires | 3 recommandés
    Tandis qu'il est formellement interdit de filmer ses messieurs de la maison poulaga dans l'exercice de leur fonction et autres frictions, la presse se sent de plus en plus muselée. Surtout la télé la pauvre. C'est pour cela qu'elle se fait si discrète sur les grandes manifs de samedi contra la loi "sécurité globale" et quasiment muette sur le syndicat Avenir lycéen au service de Blanquer
  • LES COLONS DU COMMERCE

    Par
    Il me semble que je passe mon temps à pétitionner et - même en respectant les gestes barrière - cela m'agace. Certes les sources d'indignation, les sujets de revendication deviennent toujours plus flagrants et abondants, mais dans une démocratie fonctionnant normalement, nous devrions pouvoir peser directement sur nos élus pour qu'ils défendent nos idées, nos valeurs.
  • TOUT N'EST PAS A JETER AUX HOSTIES !

    Par
    Outre la privation de sapin - héroïquement libéré par l'agriculteur-ministre Denormandie - ce que ne supporteraient pas davantage un certain nombre de Français, c'est l'absence de Jésus dans leur crèche. Ce suspense insupportable et néanmoins récurrent, chaque année en décembre lorsqu'on tourne fébrilement les pages du calendrier de l'avent. Sera-ce une fille ou un garçon ?
  • UN SAPIN ET DES JEUX

    Par | 3 recommandés
    Voici le bon peuple de France apaisé. Il va pouvoir acquérir son sapin de Noël dès le 20 novembre. Et c'est le ministre lui même, le très agricole Denormadie, qui est venu lui porter la bonne nouvelle. Quel soulagement ! L'idée même que le sapin ne vienne pas perdre ses aiguilles dans nos salons surchauffés, agissait sur notre moral de façon alarmante
  • Quartiers latents

    Par | 2 commentaires | 2 recommandés
    Coïncidence, j'échangeais hier encore avec Chantal à propos de ce que l'on fait de nos jeunes. Pas de ceux du lycée Louis-le-Grand, ni des enfants de cette petite société clanique et libérale qui se coopte depuis trop de temps en prenant soin de laisser tous les autres sur le bord de la route.
  • SAUVER NOËL, Ô DOUCE NUIT

    Par | 1 commentaire | 4 recommandés
    Il faudra donc se passer de toute liberté au delà du 1e décembre, le 15 probablement ou le 20 possiblement. On ne sera alors relâché que pour acheter. A la folie. D'ici là, interdit de sortir, de se balader en forêt, en montagne, en bord de mer. Ou alors la passe, c'est 135 €.
  • LA DÉMENCE ULTRA-LIBÉRALE

    Par | 1 commentaire | 2 recommandés
    Tandis que le populisme tend à rassembler les désespérés de tout bord et de rejeter aveuglément les élites quelles qu'elles soient, le monde ultra-libéral se prépare à lancer le deuxième étage de sa fusée en éliminant les petits, ceux qui ne sont rien, au profit des surhommes de l'intelligence artificielle. Un extrait du documentaire de Pierre Barnérias fait froid dans le dos...