Blog suivi par 20 abonnés

Nous ne dormirons pas cette année,

D'HIER À AUJOURD'HUI, ET PEUT-ÊTRE DEMAIN.
Perthes - FRANCE
À propos du blog
Nous ne dormirons pas cette année, Tant que nous n'aurons pas réglé ce merdier. Nous ne fermerons pas l'œil, Tant que nous n'aurons pas tiré tout cela au clair. Chirikure Chirikure
  • APRÈS LE BOGANDA* SECOND (14)

    Par
    Afin d’honorer l’accès à la couche d’une déesse, il ne faut pas moins qu’un plateau portant des dieux.
  • APRÈS LE BOGANDA* SECOND (14)

    Par
    Afin d’honorer l’accès à la couche d’une déesse, il ne faut pas moins qu’un plateau portant des dieux.
  • APRÈS LE BOGANDA* SECOND (13)

    Par
    La stratégie la meilleure s’exprime en l’art de savoir ce qu’il faut faire quand il n’y a rien à faire ; autrement dit, savoir évaluer globalement les positions puis établir un plan à long terme.
  • APRÈS LE BOGANDA* SECOND (12)

    Par
    L’officiant en herbe des pompes funèbres accouvé sur la rive ses orteils trempant dans l’eau garde l’air grave, voire triste mais digne comme il sied à tout grand homme frappé par un petit malheur.
  • APRÈS LE BOGANDA* SECOND (11)

    Par
    Les torches allumées dessinent un fleuve aux mille bras dont le cours principal avance puissamment vers nous tandis que des effluents qui s’en dégagent s’égaillent dans le bois ; incendie de forêt en automne.
  • APRÈS LE BOGANDA* SECOND (10)

    Par
    Je suis un rêve. J’ignore quel nom donner à cette impression même si je la vis, puisque amour est appellation d’origine incontrôlée, incontrôlable: aimer est prétendre à la connaissance magique de ce rébus-aimant qui nous désarçonne encore et toujours, cette once d’intangible que demeure notre part de rêve, reste d’étoile qui nous oblige à tendre vers l’inaccessible .
  • APRÈS LE BOGANDA* SECOND (9)

    Par
    En attendant quelque chose de quelque part
  • APRÈS LE BOGANDA* SECOND (8)

    Par
    Mettre en image un plaisir est déjà l’éprouver quelque peu.
  • APRÈS LE BOGANDA* SECOND (7)

    Par
    Le thérapeute poussa un portail massif qui ne grinça point. Pas sonore de l’arpenteur du temps, le tic-tac de la géante comtoise dominant le vestibule martelait l’obscurité ; le glas ?... Un lourd silence dilatant et assombrissant couloirs, salons, cagibis, coins et recoins lui servait d’escorte ; chaque lieu traversé ou longé saupoudrait son once de crainte sans objet.
  • APRÈS LE BOGANDA* SECOND (6)

    Par
    Conflit idéologique et psychologique, la guerre de basse intensité permet la réconciliation du châtelain et du patarin afin que le premier continue de vivre de bonne soupe, et le deuxième du beau langage de l’espoir d’une bonne soupe.