Marwen Belkaid

Etudiant

Marseille

Sa biographie
Des quartiers nord de Marseille à une grande école de commerce j'ai eu l'occasion de côtoyer des mondes qui n'ont rien à voir, de constater la fracture qui s'agrandit jour après jour. Résolument de gauche, je ne me résous pas à cette dynamique orwellienne qui voudrait qu'il n'y ait plus de différence entre la gauche et la droite et y voit bien plus le dessein de limiter le débat à la droite et la droite.
Son blog
40 abonnés Le blog de Marwen Belkaid
Voir tous
  • Quelques réflexions à propos de 2022

    Par
    Depuis quelques temps, de nombreuses tribunes pour évoquer l'union des gauches en vue de 2022. Cette union ne sera pas chose aisée et j'apporte ici ma modeste contribution à cette discussion en centrant le propos sur la question institutionnelle, seule à même selon moi de rassembler le pôle de centre-gauche et celui de gauche.
  • Du non-respect du confinement

    Par
    Depuis un peu moins d'un mois, la France est confinée en raison du nouveau coronavirus. La vie du pays ne tournant qu'autour de ce sujet ou presque, le traitement médiatique et politique du non-confinement est alors devenu un formidable objet d'analyse.
  • Ouvrir enfin le livre noir du capitalisme

    Par
    Alors que vient de se dérouler le 30ème anniversaire de la chute du mur de Berlin et que les révoltes éclatent un peu partout sur la planète, il devient chaque jour plus urgent d'ouvrir le livre noir du capitalisme et d'en faire le décompte macabre. Pour mieux renforcer un internationalisme plus que jamais nécessaire en ces temps troublés.
  • Après le 10 novembre, éviter l’impasse

    Par
    Dimanche dernier s'est tenue la marche contre l'islamophobie, celle-ci a rassemblé plusieurs milliers de personnes et est indéniablement une réussite. Il faut toutefois amplifier le mouvement pour faire converger les différentes luttes et éviter la multiplication des impasses.
  • Les conditions du pire (à propos de Mickaël Harpon et de l’hystérie française)

    Par
    Si cela fait des années, voire des décennies, que le musulman est devenu un bouc émissaire commode pour une classe politique et médiatique afin de dissimuler les problèmes économiques et sociaux, la haine a, depuis quelques semaines, franchi un seuil inquiétant. La récente attaque de la préfecture de Paris est venue définitivement ouvrir les vannes de la haine à l'encontre des musulmans.