Michel Juffé

philosophe, écrivain

Vanves - France

Sa biographie
Né le 30 mars 1945, docteur d’État ès lettres et sciences humaines (philosophie), 1980, Université Paris 8. ACTUELLEMENT, collaborateur à la Nouvelle Quinzaine Littéraire, à iPhilo et à Maisouvaleweb RÉCEMMENT, vice-président, puis président du conseil scientifique de l’association française de prévention des catastrophes naturelles (AFPCN), 2011-2016 Conseiller du vice-président du conseil général de l'environnement et du développement durable (CGEDD), ministère de l'écologie (2003-2010) PRÉCÉDEMMENT, professeur de sociologie à l’École Nationale des Ponts et Chaussées (1992-2006), professeur associé de philosophie politique à l’Université de Marne-la-Vallée (1997-2004), professeur associé au Conservatoire National des Arts et Métiers (3e cycle « management et organisation », 1990-1997), conseiller de direction d’entreprises, de collectivités publiques et d'organisations internationales. PRINCIPAUX OUVRAGES A corps perdu, L’accident du travail existe-t-il ? Le Seuil, 1980 Les fondements du lien social. PUF, 1995 Pouvoirs et valeurs dans l’entreprise, ESKA, 1996 Aux frontières du savoir (édition), Presses des Ponts et Chaussées, 1997 La tragédie en héritage, de Freud à Sophocle, Eshel, 1999 L’art de communiquer, Georg (Médecine & Hygiène), 2000 L'exercice de la citoyenneté et la démocratisation des institutions, (Jean-Claude Boual, Serge Depaquit, Michel Juffé, Yves Salesse, Maxime Sassier, Arnaud Spire), note no 4 de la fondation Copernic,14 avril 2000 Expériences de la perte (direction), colloque de Cerisy, PUF, 2005 Quelle croissance pour l’humanité, L’Harmattan, 2012 Sigmund Freud-Benedictus de Spinoza, Correspondance, 1676-1938, Gallimard, mars 2016 Café Spinoza, Le bord de l’eau, janvier 2017. Liberté, égalité, fraternité... intégrité, L'Harmattan, 2018
Son blog
13 abonnés Le blog de Michel Juffé
Voir tous
  • Ecologie gauloise

    Par
    Pendant qu'Emmanuel Macron poursuit son spectacle "humoristique" et que Nicolas Hulot joue à la trahison, le "salut du peuple" (gaulois) n'est pas en passe de devenir la "loi suprême" de la République française. Voyons pourquoi !
  • La laïcité : 1905 et après ?

    Par
    La laïcité n’est ni un épouvantail ni une idole ni un bouclier Elle est le socle d’un gouvernement du peuple, par le peuple et pour le peuple.
  • Le revenu minimum universel "pour les Nuls"

    Par
    Ayant reçu de nombreux commentaires à mon premier billet de Blog, même si une bonne partie est un échange de balles entre archéo- et néo-communistes, écolo profonds ou moins, je tiens à être plus clair et à spécifier ce qui me paraissait évident, sur trois points : 1. Ce qu’il « rapporte » ; 2. Ce qu’il coûte et à qui ; 3. En quoi il est lié à une révision profonde du travail.
  • Le revenu universel n'est ni une utopie ni un délire: il est réaliste et coûtera peu

    Par
    Le revenu minimum universel inconditionnel (RMU) est versé à tous les résidents, sans aucune obligation d'activité. Tous les autres revenus individuels s’y ajoutent. Il est inconditionnel, cumulable tout autre revenu. Il est inaliénable : il ne pourra être soustrait ni aux surendettés ou aux privés de droits civiques.Il est modulé en fonction de l'âge et de l'état de santé.