pierre-cécile
Abonné·e de Mediapart

27 Billets

0 Édition

Billet de blog 1 juil. 2018

L'écriture inclusive est-elle vraiment progressiste? (3/9)

Tous les opposants à l'écriture inclusive ne sont pas réactionnaires, loin de là. Il s'agit ici d'étudier les arguments des spécialistes de la langue et des individus de gauche qui éprouvent des doutes à son sujet, afin d'observer que le débat doit rester ouvert, dans une perspective pleinement progressiste.

pierre-cécile
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

(3) Est-ce une question de pure forme ?

« Peut-être que le point milieu ne changera rien », reconnaîtront les théoriciens de l'écriture inclusive, « mais dans ce cas, ne vous irritez pas pour une question formelle, et laissez-nous l'employer si nous le souhaitons. » Ils persistent néanmoins à penser qu'une langue peut évoluer en raison de décisions imposées, telles qu'en prirent les grammairiens du XVIIe siècle, notamment Vaugelas, qui auraient imposé la règle de l'accord pour « asseoir la supériorité masculine dans la langue », comme l'ont affirmé Danielle Bousquet et Françoise Vouillot. Modifier les règles d'accord serait donc possible, « parce que la langue a toujours évolué et continuera de le faire. »

D'une part, cependant, il faut souligner que le point médian constitue une nouveauté historique, par l'invention d'un signe typographique et par la rupture qu'il introduit entre l'écrit et l'oral. D'autre part, Vaugelas fondait ses règles normatives sur l'usage, donc sur l'évolution naturelle de la langue, au sujet de laquelle le (certes) très droitier Jacques Rougeot indique que « même le roi » n'avait aucun pouvoir. Toutes les langues évoluent avant tout de manière naturelle, en fonction des usages ; aucune n'a jamais introduit de signe similaire au point milieu, car aucune n'a évolué dans cette direction.

Qu'une telle rupture soit ou non nécessaire, il faut au moins avoir conscience de son caractère inédit et artificiel : il s'agirait non seulement d'une rupture avec le patriarcat, mais aussi avec la logique d'évolution de l'ensemble des langues, ainsi qu'avec leur recherche d'une unité formelle. Les langues étant un fondement des progrès de l'humanité, cela explique en partie la virulence de certains opposants.

Réclamer que chacun puisse employer le point médian s'il le veut serait donc déplacé : d'une part, cette pratique ne serait même plus linguistique, en se situant à l'écart des logiques de toutes les langues ; d'autre part, cette question concernerait l'émancipation des hommes et des femmes, et se situerait bien au-delà des simples questions de forme. Ce n'est pas la langue qui est changée avec le point médian, mais l'humanité, dans son essence langagière, par un volontarisme qui témoigne ici d'une sous-estimation de l'importance des langues, tout en surestimant, comme on l'a vu, leur faculté performative.

Page suivante : questions de genres (4/9)

Autres rubriques :

(1) Un débat faussé, crispé et insuffisamment démocratique

(2) Le combat pour l'écriture inclusive est-il réaliste et utile ?

(3) Est-ce une question de pure forme ?

(4) Questions de genres

(5) D'autres erreurs et confusions, symptômes d'un systématisme

(6) Une pratique créatrice d'inégalités ?

(7) Une écriture exclusive ?

(8) Quelques solutions, pour l'égalité autant que pour la langue

(9) Principales références 

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Énergies
Régulation de l’énergie : la politique du pire
En excluant la période de spéculation débridée fin décembre sur le marché de gros de l’électricité, la commission de régulation de l’énergie aurait pu limiter la hausse des tarifs régulés à 20 % au lieu de 44 %. Elle a préféré faire les poches d’EDF et transférer l’addition aux consommateurs après l’élection présidentielle.
par Martine Orange
Journal
Laurent Joly : « Zemmour a une capacité à inverser la réalité des faits »
Ce soir, deux historiens répondent aux falsifications de l’histoire du candidat Éric Zemmour. Laurent Joly, spécialiste de l’antisémitisme et du régime de Vichy et auteur de « La Falsification de l’Histoire », est notre invité. Entretien également avec Serge Klarsfeld, cofondateur de l’association « Fils et filles de déportés juifs de France ».
par à l’air libre
Journal
L’action des policiers a causé la mort de Cédric Chouviat
D’après l’expertise médicale ordonnée par le juge d’instruction, la clé d’étranglement et le plaquage ventral pratiqués par les policiers sur Cédric Chouviat, alors que celui-ci portait encore son casque de scooter, ont provoqué l’arrêt cardiaque qui a entraîné sa mort en janvier 2020.
par Camille Polloni
Journal
Julian Assange garde un espoir de pouvoir contester son extradition
La Haute Cour de justice de Londres a autorisé les avocats du fondateur de WikiLeaks à déposer un recours devant la Cour suprême contre la décision des juges d’appel qui avaient autorisé son extradition vers les États-Unis.
par Jérôme Hourdeaux

La sélection du Club

Billet de blog
« Violences génocidaires » et « risque sérieux de génocide »
La reconnaissance des violences génocidaires contre les populations ouïghoures a fait l’objet d’une résolution parlementaire historique ce 20 janvier. C'était un très grand moment. Or, il n'y a pas une mais deux résolutions condamnant les crimes perpétrés par l’État chinois. Derrière des objets relativement similaires, se trouve une certaine dissemblance juridique. Explications.
par Cloé Drieu
Billet de blog
Génocide. Au-delà de l'émotion symbolique
Le vote de la motion de l'Assemblée Nationale sur le génocide contre les ouïghours en Chine a esquivé les questions de fond et servira comme d'habitude d'excuse à l'inaction à venir.
par dominic77
Billet de blog
Stratégies de désinformation et de diversion de Pékin sur la question ouïghoure
[Rediffusion] Alors que de nombreux universitaires sonnent l’alarme quant au risque génocidaire en cours dans la région ouïghoure, Pékin s’évertue à disqualifier tout discours alternatif et n’hésite pas à mobiliser ses réseaux informels en Europe pour diviser les opinions et couper court à tout débat sur la question ouïghoure. Une stratégie de diversion négationniste bien familière. Par Vanessa Frangville.
par Carta Academica
Billet de blog
La cynique et dangereuse instrumentalisation du mot « génocide »
La répression des Ouïghours existe au Xinjiang. Elle relève très probablement de la qualification juridique de « crimes contre l’Humanité ». Mais ce sont les chercheurs et les juristes qui doivent déterminer et les faits et leurs qualifications juridiques, et ce le plus indépendamment possible, c’est à dire à l’écart des pressions américaines ou chinoises.
par Bringuenarilles