pierre-cécile
Abonné·e de Mediapart

27 Billets

0 Édition

Billet de blog 1 juil. 2018

L'écriture inclusive est-elle vraiment progressiste? (7/9)

Tous les opposants à l'écriture inclusive ne sont pas réactionnaires, loin de là. Il s'agit ici d'étudier les arguments des spécialistes de la langue et des individus de gauche qui éprouvent des doutes à son sujet, afin d'observer que le débat doit rester ouvert, dans une perspective pleinement progressiste.

pierre-cécile
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

(7) Une écriture exclusive ?

Francis Combes et Patricia Latour, chroniqueurs à L'Humanité, évoquent le point milieu en soulignant que « sa généralisation dans certains milieux politiques, par exemple sur les tracts (déjà peu lus en temps ordinaire), les rend parfois tout à fait illisibles. » Ils ajoutent qu'ils préfèrent le classique « travailleurs, travailleuses », et concluent que « l'égalité des sexes ne relève pas de simples gadgets typographiques. »

Systématique dans les tracts et publications de certaines organisations, notamment le NPA, Génération.s et Solidaires, le point milieu risque en effet de gêner des sympathisants peu habitués et qui considèrent la langue comme un fondement de l'émancipation. Ceux-ci adoptent alors divers comportements, comme le montrent les commentaires en ligne à des articles en écriture inclusive (par exemple, sur Mediapart, ceux de Jade Lindgaard, qui use beaucoup du point milieu) :

* Ils décident de ne pas lire les textes concernés.

* Ils voient ces points milieux comme « des clins d'œil entre initié.e.s » (cf. Peggy Sastre) sachant que cette pratique est bien moins répandue que ne le croient souvent ces militants.

* Ils centrent leur réflexion sur l'écriture inclusive elle-même, au détriment du contenu, relégué au second plan.

* Ils sont mal informés de ceux des sujets qui sont généralement traités en employant l'écriture inclusive, notamment les ZAD.

* En cas de mouvement social ou d'élections, certains risquent de préférer les organisations n'usant pas ou guère du point milieu, et en tout cas de ne pas s'engager aussi fortement qu'ils auraient aimé le faire. Ce comportement favorise par défaut les forces de réaction.

En divisant les hommes et femmes de progrès, l'écriture « inclusive » serait donc exclusive, donc contre-productive.

Elle peut aussi éveiller de la méfiance : puisque ses partisans présentent leurs arguments comme évidents, suffisants et incontestables, et procèdent donc d'une manière autoritaire voire obscurantiste, ils nous préparent certainement une société odieuse.

Par ailleurs, l'écriture inclusive risque de n'être qu'un « outil de com' », dès lors qu'elle est employée par des institutions qui veulent « soigner leur image », comme le souligne Paco Tizon. Son emploi laisse par exemple entendre que la Ville de Paris se bat pour l'égalité, bien qu'elle perpétue des situations d'inégalité salariale ou de harcèlement. Une banalisation de l'écriture inclusive serait donc, elle aussi, contre-productive.

L'écriture inclusive est donc bien porteuse de risques réactionnaires opposés à ses objectifs : le minimum serait de les considérer avec sérieux.

Page suivante : quelques solutions, pour l'égalité autant que pour la langue (8/9)

Autres rubriques :

(1) Un débat faussé, crispé et insuffisamment démocratique

(2) Le combat pour l'écriture inclusive est-il réaliste et utile ?

(3) Est-ce une question de pure forme ?

(4) Questions de genres

(5) D'autres erreurs et confusions, symptômes d'un systématisme

(6) Une pratique créatrice d'inégalités ?

(7) Une écriture exclusive ?

(8) Quelques solutions, pour l'égalité autant que pour la langue

(9) Principales références 

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

Les articles les plus lus
Journal — Nouvelle-Calédonie: débats autour du colonialisme français
Recommandés par nos abonné·es

À la Une de Mediapart

Journal — International
Allemagne : les libéraux tiennent les cordons de la bourse
Futur ministre des finances de la « coalition feu tricolore » , Christian Lindner a réussi à moderniser un parti libéral qui, en 2013, était en danger existentiel. Décidé à imposer ses vues, il devrait être l’homme fort du gouvernement.
par Romaric Godin
Journal — France
Les macronistes s’offrent un rassemblement de façade
Divisée avant d’être officiellement unie, la majorité présidentielle s’est retrouvée, lundi soir, pour prendre une photo de famille, tresser des louanges à Emmanuel Macron et taper sur ses adversaires. Un exercice poussif qui ne risque pas de « marquer l’histoire de la politique française », contrairement à ce que pensent ses participants.
par Ellen Salvi
Journal — International
Thales est soupçonné de transfert de technologies à la junte birmane
Le groupe de défense européen entretient un partenariat étroit avec le conglomérat indien Bharat Electronics Limited, fournisseur important de l’armée birmane. De nombreux éléments laissent penser qu’il pourrait violer l’embargo sur les livraisons d’armes. Trois ONG l’interpellent.
par Côme Bastin
Journal — France
« La droite républicaine a oublié qu’elle pouvait porter des combats sociaux »
« À l’air libre » reçoit Aurélien Pradié, député du Lot et secrétaire général du parti Les Républicains, pour parler de la primaire. Un scrutin où les candidats et l’unique candidate rivalisent de propositions pour marquer leur territoire entre Emmanuel Macron et l’extrême droite.
par à l’air libre

La sélection du Club

Billet de blog
La beauté fragile d'un combat
« Nous ne combattons pas le réchauffement climatique, nous nous battons pour que le scénario ne soit pas mortel. » Parfois, par la grâce du documentaire, un film trouve le chemin de l’unisson entre éthique et esthétique. C’est ainsi qu’il faut saluer « L’hypothèse de Zimov  », western climatique, du cinéaste Denis Sneguirev, à voir absolument sur Arte.
par Hugues Le Paige
Billet de blog
La nullité pollue
Il y a peu, vautré devant un énième naufrage filmique d’une plateforme de streaming, j'ai réalisé que ces plateformes avaient entrainé une multiplication délirante des navets qui tachent à gros budget. Fort bien. Mais quand va-t-on enfin parler de l’empreinte écologique démente de ce cinéma, cet impensé dont on ne parle jamais ? Ne peut-on imaginer des films plus sobres -tels ceux de Carpenter ?
par Mačko Dràgàn
Billet de blog
« Ailleurs, partout » : d’autres images des migrations
« Ailleurs, partout », d’Isabelle Ingold & Vivianne Perelmuter, sort le 1er décembre. Le documentaire offre une passionnante réflexion sur les paradoxes de la géographie contemporaine, entre fausse ubiquité du cyberespace et vrais obstacles aux migrations. Rencontre avec les deux réalisatrices. (Entretien avec Nashidil Rouiaï & Manouk Borzakian)
par Géographies en mouvement
Billet de blog
Get Back !!!
Huit heures de documentaire sur les Beatles enregistrant « Let it Be », leur douzième et dernier album avant séparation, peuvent sembler excessives, même montées par Peter Jackson, mais il est absolument passionnant de voir le travail à l'œuvre, un « work in progress » exceptionnel où la personnalité de chacun des quatre musiciens apparaît au fil des jours...
par Jean-Jacques Birgé