Blog suivi par 23 abonnés

Le blog de Regis Portalez

  • Violences policières, douceurs fiscales, la peur doit changer de camp

    Par | 1 commentaire | 3 recommandés
    Face à un pouvoir qui sera de plus en plus contraint d'utiliser la peur comme outil de répression, espérons la formation d'un nouveau bloc historique capable de renverser la république bourgeoise pour instaurer la République Sociale.
  • Coronavirus. Et après.

    Par | 3 recommandés
    Le coronavirus révèle la faillite de la globalisation et des institutions qui en émanent, l'UE en tête. Il faut en changer et éradiquer ce qui aura permis l'épanouissement d'une puissance supranationale : le capitalisme actionnarial. Relocaliser la production et dénoncer la libre circulation des capitaux sont des objectifs intermédiaires : ce qui doit nous unir, c’est la souveraineté populaire.
  • Coronavirus: la vie d'abord

    Par | 3 commentaires | 10 recommandés
    Face à la flambée épidémique du Coronavirus, il nous faut faire passer la vie devant toute autre considération, au contraire du gouvernement. Face à un pouvoir qui a tant menti et si cyniquement, dont l'action est si faible ou si en retard qu'elle en est nuisible, il nous faut montrer notre responsabilité et notre humanité : la vie d'abord.
  • De la danse à l’action directe

    Par | 1 commentaire | 9 recommandés
    Des gilets jaunes à l'action directe, l'histoire est écrite par la folie du pouvoir macroniste. Il faut en finir et passer enfin à autre chose. La folie et la corruption ont assez duré.
  • La police avec nous!

    Par | 13 commentaires | 12 recommandés
    La police est devenue l'outil de survie d'un pouvoir haï par la population. Le pouvoir politique et les hauts gradés porteront pour longtemps le poids de ce divorce entre le peuple et sa police. Nous devons espérer mieux : une police républicaine qui défende les lois d'un peuple souverain.
  • Signaux faibles: vers un basculement?

    Par | 18 commentaires | 59 recommandés
    Pour de nombreux cadres, la condition salariale est devenue absurde dans un monde néo-libéral. Certains quittent le système, d'autres y réfléchissent, mais en poussant rarement le raisonnement assez loin. Quitter le monde ne le change pas. Pour le changer, il faut s'unir en destin aux classes populaires qui ont les mêmes désirs: vivre libre et dignement. C'est ce qui se joue demain.
  • Laurent Alexandre: un gorafisme au carré

    Par | 31 commentaires | 91 recommandés
    Ce texte essaie de montrer l'absurdité du système de pensée de Laurent Alexandre. Mais Laurent Alexandre n'est pas seulement ridicule, il est dangereux. Il arrive à diffuser ses idées, au point où elles pourraient cristalliser en porte de sortie pour un capitalisme financiarisé devenu honni. Visons plutôt la démocratie pleine, l'égalité réelle, la République sociale.