• Commémoration de l'abolition de l'esclavage : le service minimum

    Par Séyivé Ahouansou | 16 commentaires | 8 recommandés
    La commémoration de l'abolition de l'esclavage, nichée au sein de l'agenda présidentiel comme un caillou dans un soulier, n'a pas rassemblé les français. Autre, son mérite aura été de rappeler les insuffisances présentes et les promesses non tenues de la République envers des afro-descendants jouissant toujours, de par leur couleur, d'un statut particulier au sein de la société...
  • Côte d'Ivoire: une levée de restrictions en trompe-l'œil.

    Par Séyivé Ahouansou | 1 commentaire | 2 recommandés
    Que retenir du communiqué de presse du Secrétaire général des Nations-Unies du 28 avril 2016, annonçant la levée de sanctions frappant la Côte d'Ivoire depuis 2004? Le solde de comptes d'une décennie troublée et un nouveau départ ou l'escamotage en règle des responsabilités des uns et des autres doublé d'une inquiétante fuite en avant?
  • Nous nous en souvenons comme s'il s'agissait d'hier...

    Par Séyivé Ahouansou | 1 recommandé
    Le 10 avril 2011, veille de la finalisation du coup d'état fomenté par la France et ayant permis l’installation d'Alassane Ouattara à la tête de la Côte d'Ivoire, une marche réunissant des milliers de participants (afro-descendants et ivoiriens pour la plupart) avait lieu dans les rues de Paris. Retour sur cet évènement, honteusement ignoré par des médias hexagonaux alors le doigt sur la couture.
  • Du 11 avril 2011 au 11 avril 2016.

    Par Séyivé Ahouansou | 1 commentaire
    Laurent Gbagbo, dont le procès devant la CPI oscille entre déni de justice et grand-guignol, demeure un symbole de l'Afrique bafouée. Malgré le traumatisme évident causé par son arrestation le 11 avril 2011 par l'armée française, la prise de conscience et les engagements continentaux ne sont toujours pas à la hauteur...
  • Le coup de Talon...

    Par Séyivé Ahouansou | 1 commentaire
    Véritable camouflet pour la Françafrique, la large défaite enregistrée par Lionel Zinsou face à Patrice Talon à la présidentielle béninoise, marque le premier échec véritable de la France dans sa stratégie de recolonisation sournoise de l'Afrique de L'Ouest. Dans le contexte décérébrant de la Guerre contre le Terrorisme, ce non clair et sans bavure du corps électoral béninois est à savourer.
  • Beasts of No Nation, l'Afrique les yeux grand fermés*.

    Par Séyivé Ahouansou
  • La marche circulaire...

    Par Séyivé Ahouansou
  • Christian Estrosi: défaite de la pensée et triomphe de la peur.

    Par Séyivé Ahouansou | 1 recommandé
  • Eduardo Galeano : ballon, crampons et révolution.

    Par Séyivé Ahouansou | 1 recommandé
  • La valise ou le cercueil.

    Par Séyivé Ahouansou | 2 commentaires | 3 recommandés
    L'affaire fut, dès le départ, cousue de fil blanc. Il y eu d'abord l'opération Serval lancée en janvier 2013, sensée sauver les maliens des islamistes, puis vint le temps de l'opération Barkhane déclenchée cet été en vue de sécuriser le Sahel, mais dont l'objectif véritable visait évidemment à repositionner la France dans cette région d'Afrique et de pérenniser sa présence militaire.