• Le pays du cul-entre-deux-chaises

    Par Virginie Lou-Nony | 1 commentaire | 3 recommandés
    Il suffit de traverser un périphérique pour changer de monde, à Vaulx-en-Velin comme à Paris. On croyait rendre visite à un groupe de femmes intéressées par les livres, et c’est un autre pays qu’on découvre, un pays qu’aucune carte ne nomme et que ses habitantes, à l’issue de la rencontre, et dans un éclat de rire, baptisent : le pays du cul entre deux chaises.
  • Habiter

    Par Virginie Lou-Nony | 2 commentaires | 2 recommandés
    Vaulx en Velin © Virginie Lou-Nony Vaulx en Velin © Virginie Lou-Nony
    Les humains ne sont pas les seuls à "habiter" : pour les animaux aussi, c'est une préoccupation. Sous la pression économique, les humains n'abandonneraient-ils pas la nécessité d'"habiter" pour se résigner à "loger"?
  • En résidence

    Par Virginie Lou-Nony | 2 commentaires | 3 recommandés
    En résidence on rencontre quelques lézards et quantité de bipèdes aptes à la survie en zone grise. Mais pas une vache, pas un mouton, même pas une mouche…
  • L'autruche vient de se faire enculer

    Par Virginie Lou-Nony | 170 commentaires | 54 recommandés
  • Pour une spiritualité laïque

    Par Virginie Lou-Nony | 5 commentaires | 4 recommandés
  • Pour une spiritualité laïque

    Par Virginie Lou-Nony | 1 commentaire
  • Le discours est mort, vive la pensée !

    Par Virginie Lou-Nony | 15 commentaires | 5 recommandés
  • Rou-sseau-prési-dent !

    Par Virginie Lou-Nony | 3 commentaires | 3 recommandés
    La débâcle assurée de la République suscite maintes lamentations. Pour ma part, je me réjouis de la faillite d’un système injuste, inégalitaire, reproduisant jusque dans ses menus détails les tares du régime féodal qu’il a remplacé : je crains seulement la violence qui ne manquera pas d’accompagner sa disparition.
  • Tout le monde devrait écrire

    Par Virginie Lou-Nony | 11 commentaires | 6 recommandés
  • En épouillant ma bibliothèque…

    Par Virginie Lou-Nony | 5 commentaires | 4 recommandés
    En épouillant ma bibliothèque, je mesure l'ampleur de la révolution numérique. La dernière fois que j'ai déménagé, c'était en 99. Treize ans, une paille. J'étais déjà à cette époque une fervente d'internet (j'ai acheté mon premier modem au début des année 90, un qui faisait des couiiiics crouic ziiiiimmm pout pout pout à n'en plus finir), mais il ne me serait pas venu à l'idée de profiter du déménagement pour me séparer des 18 tomes de mon Encyclopedia universalis ni des 7 volumes de mon Robert.