J'ai reçu le 9 juillet, ce mail d'un ami syrien, Ramez, qui vivait à Alep il y a encore quelques semaines:

"Pour ceux qui me demandent des nouvelles de ma ville, Alep est depuis quelques jours assiégée (elle l'était déjà depuis longtemps, les gens manquaient de tout, mais maintenant c'est totalement hermétique). Jabhet al Nusra  empêche toute sorte de nourriture et de médicaments d'entrer dans les zones d'habitation (= 100% civile) qui ne sont pas tombées sous leur emprise. La très grande majorité des gens que je connais habitent là-bas dont ma famille, avec plus au moins un million d'autres alépins. Aucune denrée alimentaire ne passe, lait infantile inclus. Leur but est clair et ils n'ont pas hésité à l'afficher : que les gens y meurent de faim et de maladies. Il y a un silence radio effroyable sur ce qui se passe là-bas, à commencer par les médias officiels qui oublient qu'Alep fait partie de la Syrie, et en passant par les autres médias arabes, sans parler des médias occidentaux bien sûr. Les alépins, avec les coupures récurrentes d'internet, de l'électricité et des téléphones, peinent à faire entendre leur voix, mais heureusement nous (les expatriés) arrivons à les contacter de manière presque quotidienne. 
J'ai posté un article en arabe sur ce qui se passe par exemple à un important point de contrôle entre les deux zones, et on voit clairement dans la photo accompagnant l'article une grosse affiche arborant fièrement la phrase suivante : "Il est totalement interdit de faire sortir les denrées alimentaires, les médicaments, les carburants, les huiles, les produits de bébés, le lait et ses dérivés, les légumes, les viandes et le pain". Et selon l'article et les témoignages des gens, ils sont vraiment très strictes par rapport à ça. Donc, qu'est-ce qui arrivera à ces gens lorsqu'ils n'auront plus rien dans leurs cuisines ??? Je n'ose même pas y penser. Et le pire, c'est que ça n'a pas du tout l'air de vouloir s'arranger. 
Ah oui, j'ai oublié de vous dire aussi que tous les quelques jours, une personne que je connais - de prés ou de loin - décède, est blessée par ou évite de justesse la pluie des obus de mortiers lancés par ces magnifiques gens, la dernière en date est un garçon âgé d'à peine 13 ans dont je connais de loin le père et que l'obus a tué en tombant dans le salon de leur appartement. Sans parler bien sûr du lait ou de l'alcool empoisonnés qui ont fait des centaines de victimes. Et j'ai passe. Chaque jour nous apporte son lot de misère et de mauvaises nouvelles.
Alep n'est pas du tout la seule à souffrir, mais selon toute évidence c'est elle qui souffre le plus vu le nombre d'habitants et le nombre de victimes. Presque chaque partie de la Syrie a son lot de malheur, causé par différentes parties et pour différentes raisons. Et je me demande si depuis la deuxième guerre mondiale il y a eu autant d'atrocités commis sur notre planète.
J'ai écrit cela d'une traite, je ne vais pas me relire alors excusez-moi si des erreurs s'y sont glissées ou si les idées ne se suivent pas très bien. Alep, ma magnifique ville, la capitale économique de la Syrie et une des plus anciennes villes au monde toujours habitées (jusqu'à quand?) va mal, très mal, trop mal."

Il m'envoie un nouveau mail hier, pour me dire que le blocage aura duré 10 jours et que maintenant les denrées rentrent doucement.

Il y évoque aussi , avec douleur "un contrat en Total et le gouvernement syrien, il y a 2 ans, pour des recherches de petrole dans le nord-est , et le centre du pays pour finir par ce constat douloureux l'enjeu "faisons la guerre pour aider l'economie mondiale" est tres bien connu chez nous..."

La possibilité qu'une énorme ville comme Alep soit restée 10 jours dans un blocus totale sans qu'un mot n'en soit dit dans les médias me bouleverse mais ne me surprend plus.

C'est là que nous touchons du doigt la fracture immense entre ce que l'on attend des médias et ce que nous en recevons ces derniers temps.

Voici donc par étape, ma reflexion commencée 2011.

Comme vous pouvez le voir, elle prend parfois un tour plus littéraire ou même ironique (quand c'est trop violent, en particulier).

Avancons prudement, au rythme des moments où il me semble pertinent d'apporter un regard sur les évènements.


Précédents billets sur le même thème:

Là où j'en suis de ma reflexion...(1)

Là ou j'en suis de ma reflexion...(2)

Là où j'en suis de ma reflexion...(3)

Là où j'en suis de ma reflexion...(4)

Là où j'en suis de ma reflexion...(5)

Là où j'en suis de ma reflexion...(6)

Là où j'en suis de ma reflexion...(7)

Là où j'en suis de ma reflexion...(8)

Là où j'en suis de ma reflexion...(9)

Là où j'en suis de ma reflexion...(10)

Là où j'en suis de ma réflexion (11)

Là où j'en suis de ma reflexion (12)

Là où j'en suis de ma reflexion (13)

Là où j'en suis de ma reflexion (14)

Là où j'en suis de ma reflexion (15)

Là où j'en suis de ma reflexion (16)

Là où j'en suis de ma reflexion (17)

Là où j'en suis de ma reflexion (18)

Là où j'en suis de ma reflexion (19)

Là où j'en suis de ma reflexion (20)

Là où j'en suis de ma reflexion (21)

Là où j'en suis de ma reflexion (22)

Là où j'en suis de ma reflexion (23)

Là où j'en suis de ma refexion (25)

 

 ma lette ouverte à Laurent Fabius

+ mes papiers sur la Syrie:

Le dernier billet de la série "Ma Syrie" 

Lien vers "Ma Syrie" (20)

Lien vers "Ma Syrie" (19)

Lien vers "Ma Syrie" (18)

Lien vers "Ma Syrie" (17)

Lien vers "Ma Syrie" (16) 

Lien vers "Ma Syrie" (15)

Lien vers "Ma Syrie" (14) 

Lien vers "Ma Syrie" (13)

Lien vers "Ma Syrie" (12) 

Lien vers "Ma Syrie" (11) 

Lien vers "Ma Syrie (10)

Lien vers "Ma Syrie" (9)

Lien vers "Ma Syrie" (8) (Journée de la femme)

Lien vers "Ma Syrie" (7)

Lien vers "Ma Syrie" (6)

Lien vers "Ma Syrie" (5)

Lien  vers "Ma Syrie" (4)

Lien vers "Ma Syrie" (3)

 Lien vers "Ma Syrie" (2)

Lien vers Ma Syrie (1)

La première partie de mes écrits sur la Syrie, se trouve dans l'édition sur les révolutions dans le monde arabe sous les liens suivants:

(cliquez ici pour avoir accès au huitième article de cette série sur le monde bédouin du centre de la Syrie) C'est dans cet article que j'explique mon désaccord avec l'édition spéciale de  Médiapart et à la suite duquel, je suis revenue sur mon blog....

(cliquez ici pour avoir accès au septième article de cette sériesur le monde bédouin du centre de la Syrie)

(cliquez ici pour avoir accès au sixième article de cette série sur le monde bédouin du centre de la Syrie)

(cliquez ici pour avoir accès au cinquième article de cette série sur le monde bédouin du centre de la Syrie)

(cliquez ici pour avoir accès au quatrième article de cette série sur le monde bédouin du centre de la Syrie)

(Cliquez ici pour avoir accès au troisième article de cette série sur le monde bédouin du centre de la Syrie)

(Cliquez ici pour avoir accès au second article de cette série sur le monde bédouin du centre de la Syrie)

(Cliquez ici pour avoir accès au premier article de cette série sur le monde bédouin du centre de la Syrie)

 


 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.