albert herszkowicz
Militant antiraciste, également bloggeur à www.memorial98.org et http://info-antiraciste.blogspot.fr/. Santé publique, justice sociale.
Abonné·e de Mediapart

648 Billets

0 Édition

Billet de blog 13 déc. 2021

Hôpitaux : le cri d'alarme de Bicêtre

Les médecins et soignants du service de Neurologie de ce centre de pointe décrivent les conséquences des fermetures de lits et du manque de personnel.

albert herszkowicz
Militant antiraciste, également bloggeur à www.memorial98.org et http://info-antiraciste.blogspot.fr/. Santé publique, justice sociale.
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

La situation est dramatique dans de nombreux hôpitaux, y compris dans des hôpitaux universitaires de pointe. On peut en déduire ce qui se passe dans des hôpitaux encore moins dotés. 

Depuis plusieurs années et avant même la pandémie du Covid, les personnels hospitaliers réclament un réel plan d'urgence permettant que soient assurés les soins nécessaires et des conditions de travail supportables voir mes publications à ce sujet. La dernière manifestation nationale en date s'est d'ailleurs déroulée le 4 décembre.

Il faut écouter et diffuser ce cri d'alarme. C'est un thème sur lequel toute la gauche peut et doit se rassembler.

(publié in extenso avec l'explicitation de certains termes techniques)

"Chers confrères, chers amis,

Nous vous envoyons ce mail pour vous informer de la situation extrêmement préoccupante que connait le service de Neurologie du CHU Bicêtre ( 94).

En quelques mois, nous avons progressivement fermé de très nombreux lits, par manque d’infirmier(e)s qui quittent le service malgré leur dévouement et leur professionnalisme, devant la dégradation de leurs conditions de travail.

Nous avons ainsi assisté à la fermeture successive de notre principale salle d’hospitalisation complète, de l’Hôpital de Semaine ( qui permet de regrouper des examens sur une durée acceptable) et plus récemment de la moitié de nos Soins Intensifs Neurovasculaires : au total 34 lits fermés sur 49. Désormais, une fermeture totale semble même inévitable si un soignant supplémentaire venait à manquer dans les jours à venir, suite à un arrêt de travail ou à un départ.

Nous étions pourtant jusqu’alors un « excellent élève » :

Centre de Référence coordinateur des Neuropathies en France depuis 2005

Première Unité de Soins Intensifs Neurovasculaires de Paris- Ile de France avec 1300 Accidents Vasculaires Cérébraux (AVC) pris en charge par an avec 80% d’entrées directes via le SAMU et les pompiers un CHU dont la formation est renommée et très appréciée des internes et des externes.

La fermeture de 70 % de nos lits a déjà aujourd’hui un impact majeur sur l’accès aux soins des patients, avec de grandes difficultés pour maintenir les soins urgents des patients cérébrolésés. C'est pourtant l’un des moteurs de notre CHU (service de Neuroradiologie Diagnostique et Neuroradiologie Interventionnelle, Permanence des soins H24 7/7 des urgences neurovasculaires) et autres patients touchés par des pathologies neurologiques sévères (neuropathies, Syndrome de Guillain Barré, sclérose en plaques, etc.). Les exemples de pertes de chance se multiplient depuis quelques semaines et ne cessent de s’amplifier.

La fermeture de notre service, que l’on n’ose imaginer, aurait des conséquences dramatiques et immédiates de Santé Publique pour notre bassin de population (1 200 000 habitants). Comment les malades neurologiques de notre bassin de vie vont-ils pouvoir être soignés en situation dégradée dans d’autres services de Bicêtre déjà en grande difficulté ( Urgences, Réanimations, Salle de réveil) ou dans d’autres hôpitaux sans neurologue et déjà saturés ?

Devant la gravité de cette situation pour les soignants et les malades, la Direction de notre hôpital ne nous propose aucune solution, refuse toutes nos propositions pour aider nos soignants, ne faisant preuve que de déni et d’un manque total d’empathie.

Il est de notre devoir citoyen d’alerter nos confrères, nos instances et le Grand Public de cette situation pour trouver rapidement une solution. Les Directions doivent agir urgemment pour nous aider à la réouverture du service et sa pérennisation.

Un double de ce courrier, rédigé et signé par l’ensemble du personnel de notre service, va être envoyé notamment à Monsieur Martin Hirsch Directeur de l’APHP et au Docteur Olivier Véran Ministre des Solidarités et de la Santé, et rendu prochainement public auprès des médias et de la presse.

Gardons espoir en la mission de l’Hôpital Public et battons-nous pour sa survie.

Amitiés confraternelles,

L’équipe médicale de neurologie ( suivent les signatures)

Voir nos articles sur la santé publique et les hôpitaux:

https://blogs.mediapart.fr/albert-herszkowicz/blog/220721/alerte-et-appel-une-action-progressiste-et-sociale-contre-la-pandemie-covid

https://blogs.mediapart.fr/albert-herszkowicz/blog/150620/mobilisation-des-personnels-de-la-sante-16-juin-vite-un-plan-durgence

https://blogs.mediapart.fr/albert-herszkowicz/blog/260320/imposer-tout-de-suite-un-plan-durgence-pour-les-hopitaux-un-enjeu-vital

https://blogs.mediapart.fr/albert-herszkowicz/blog/220320/pioupiou-griffton-griveton

https://blogs.mediapart.fr/albert-herszkowicz/blog/220320/coronavirus-en-sous-sol-une-conductrice-de-metro-temoigne

https://blogs.mediapart.fr/albert-herszkowicz/blog/210320/coronavirus-un-sauveur-ignore-malaise-dans-la-medecine

 https://blogs.mediapart.fr/albert-herszkowicz/blog/180320/etre-confine-et-aller-au-travail-exercer-son-droit-de-retrait

https://blogs.mediapart.fr/albert-herszkowicz/blog/170320/coronavirus-femmes-en-danger-au-travail

ttps://blogs.mediapart.fr/albert-herszkowicz/blog/160320/trop-de-paroles-pas-assez-dactes-et-un-terme-absent-confinement

https://blogs.mediapart.fr/albert-herszkowicz/blog/160320/report-des-municipales-qui-decide-pas-le-conseil-scientifique

https://blogs.mediapart.fr/albert-herszkowicz/blog/150320/sante-publique-encore-du-retard-en-maintenant-elections-et-transports

https://blogs.mediapart.fr/albert-herszkowicz/blog/130320/sante-publique-nouvelle-aggravation-il-faut-agir-rapidement-et-fortement

https://blogs.mediapart.fr/albert-herszkowicz/blog/120320/coronavirus-lepidemie-accelere-il-faut-intensifier-les-mesures-de-protection

https://blogs.mediapart.fr/albert-herszkowicz/blog/270220/coronavirus-la-pandemie-est-la-place-la-sante-publique

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Gauche(s)
Parlement : ce que peut espérer la Nupes
Et si la gauche devenait la première force d’opposition au Palais-Bourbon en juin prochain ? Un scénario plausible qui pourrait, dans une certaine mesure, transformer le paysage politique, explique Olivier Rozenberg, spécialiste de la vie parlementaire.
par Pauline Graulle
Journal
Ukraine : divisé, le monde occidental peine à dessiner une issue
Alors que le spectre d’un conflit long se précise, faut-il continuer, et jusqu’à quand, à livrer des armes à Kyiv ? Est-il encore possible de ménager une « porte de sortie » à Vladimir Poutine pour faciliter de futures négociations de paix ? Aux États-Unis comme en Europe, des dissensions commencent à affleurer sur ces sujets clés.
par Ludovic Lamant
Journal — Migrations
La guerre a déplacé des milliers d’orphelins et d’enfants placés
Les enfants représentent, avec les femmes, la majeure partie des déplacés internes et des réfugiés ukrainiens. Dans l’ouest de l’Ukraine, des orphelins de la guerre et des enfants placés tentent de se reconstruire une vie, loin de leur maison et de leurs habitudes.
par Nejma Brahim
Journal
Législatives : des candidats de la majorité préfèrent s’afficher sans Macron
Contrairement à 2017, où la plupart des candidats macronistes avaient accolé la photo du président de la République à côté de la leur, nombre d’entre eux ont décidé cette année de mener campagne sur leur propre nom. Face à la gauche et à l’extrême droite, certains veulent éviter d’agiter « le chiffon rouge ».
par Ellen Salvi

La sélection du Club

Billet de blog
Remise des diplômes AgroParisTech : appel à déserter
Lors de leur cérémonie de remise de diplôme, huit jeunes ingénieur·es AgroParisTech ont appelé leurs camarades de promotion à déserter de leurs postes. « N'attendons pas le 12ème rapport du GIEC qui démontrera que les États et les multinationales n'ont jamais fait qu'aggraver les problèmes et qui placera ses derniers espoirs dans les révoltes populaires. Vous pouvez bifurquer maintenant. »
par Des agros qui bifurquent
Billet de blog
Déserteurs : existe-t-il une sécession des élites diplômées ?
La prise de parole des étudiant·es de Agro Paris Tech a été l’occasion pour la presse de remettre en avant l’hypothèse d’une sécession de l’élite scolaire face à la crise écologique. Qu’en disent les sciences sociales ?
par Quantité Critique
Billet d’édition
Hebdo #123 : Parole à celles et ceux qui ont déjà bifurqué
À la suite du retentissant appel des jeunes diplômés d’AgroParisTech à déserter les postes dans l’agro-industrie, nous avons recueilli de nombreux témoignages d’anciens étudiants « en agro » devenus paysans, chercheurs, formateurs, etc. Ils racontent leur parcours, les embûches et leur espoir de changer le système. Bifurquer, c’est possible. Mais il faut s’organiser !
par Sabrina Kassa
Billet de blog
Prendre les chemins de traverse… mais à plusieurs !
Nous sommes un collectif d'une petite dizaine de personnes, qui avons décidé, à la fin de nos études en politiques locales, de prendre à bras le corps les questions climatiques, énergétiques, sociales de demain, pour y trouver des réponses radicales. Voilà l'histoire de notre parcours, depuis notre rencontre en 2018, sur les bancs de l'université.
par Collectif La Traverse