B. Girard
"Au lieu de se surveiller, l'éducateur surveille les enfants et c'est leurs fautes qu'il enregistre et non les siennes." (J. Korczak)
Abonné·e de Mediapart

268 Billets

2 Éditions

Billet de blog 31 janv. 2019

Service national, éducation à la défense : l'école piégée par l'armée

Avec l’éducation à la défense, l’armée se taille une place de choix dans la scolarité des élèves, structurée autour de protocoles interministériels dont l’objectif prioritaire est de répondre aux besoins, aux demandes des armées. Une coopération dont le SNU (service national universel) est l’aboutissement logique.

B. Girard
"Au lieu de se surveiller, l'éducateur surveille les enfants et c'est leurs fautes qu'il enregistre et non les siennes." (J. Korczak)
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Avec l’éducation à la défense, l’armée se taille une place de choix dans la scolarité des élèves, structurée autour de protocoles interministériels dont l’objectif prioritaire est de répondre aux besoins, aux demandes des armées.  Ainsi, la convention (29/06/2018) entre l’académie de Nancy-Metz, les armées, l’université de Lorraine, l’IHEDN, conclue en complément du protocole national de 2016, tient à réaffirmer « la nécessité d’une coopération renforcée entre les communautés scolaire, universitaire, administrative et militaire. » Une coopération dont le SNU (service national universel) est l’aboutissement logique.

Si, selon la formule consacrée, « les signataires s’engagent à… », en réalité, c’est l’Education nationale qui s’engage à mettre son administration et ses personnels au service d’une « synergie » clairement assumée avec l’armée, « en renforçant la formation à l’enseignement de défense et de sécurité (…), en approfondissant l’enseignement de la défense dans tous les cycles (…), en favorisant l’information et la sensibilisation des élèves aux questions de défense et de sécurité. »

Dans cette optique, il s’agit d’« inciter les établissements à mettre en place des projets éducatifs en rapport avec les thématiques défense (…) en y associant les forces armées. » Tout spécialement visé, l’enseignement de l’histoire avec la participation des élèves aux commémorations historiques, une exigence qui, comme on l’a vu pour le centenaire de 1918, a largement contribué à dénaturer la compréhension de l’événement au profit de considérations patriotiques et militaires.

Ces orientations ne sont pas sans conséquences sur la formation des enseignants qui occupe une large place dans ce nouveau protocole avec l’insistance mise sur la nécessité de « développer la connaissance mutuelle et les liens entre les militaires, l’administration et la communauté enseignante. » Une connaissance évidemment à sens unique puisqu’elle consiste à « organiser des séminaires, colloques, sur des sujets liés à la défense (…) et inviter du personnel des armées à y participer, (…) accueillir des personnels des armées au sein des établissements » mais surtout – ce qui existe depuis plusieurs années – « développer des actions de formation à l’enseignement, à l’esprit et à la culture de défense destinée aux enseignants et cadres de l’EN », notamment par le biais de « modules défense dans la formation initiale et continue des personnels de l’EN. » Également concernés, les universitaires sont fermement invités à se « rapprocher (…) des experts militaires. »

Endoctrinement des élèves, sensibilisation des enseignants : cette information militaire à sens unique, objet de l’éducation à la défense, n’a jamais caché cette autre finalité qui consiste à faire de l’école le vivier de recrutement de l'armée. « Les cosignataires – poursuit le document – veulent offrir aux jeunes des projets et des parcours professionnels leur permettant d’accéder aux emplois civils ou militaires au sein des armées. » Une information qui passe par la participation « systématique » de la Défense aux forums orientation-métiers, la réalisation de « mini-stages au sein de certaines unités militaires » ou encore l’organisation de « périodes de formation en milieu professionnel au sein des armées. » Sans surprise, cet appel aux vocations concerne tout spécialement les élèves en situation d’échec majoritairement issus, comme par hasard, des milieux défavorisés. Le document ne s’en cache pas : « Il s’agit prioritairement de permettre aux jeunes en difficulté ou déscolarisés d’être mieux informés sur les possibilités de recrutement sans qualification et de formation interne dans les armées ainsi que sur les solutions alternatives que sont les établissements « 2e chance », les « établissements publics d’insertion de la défense (EPIDE) et le service militaire volontaire (…) » Ainsi, avec un système éducatif qui a tendance à ne se préoccuper du décrochage scolaire que sous l’angle d’une menace à l’ordre social, l’armée récupère une fonction qui n’est pas la sienne. Un compromis qui arrange finalement tout le monde.

Ce protocole, certes conclu au niveau d’une seule académie mais s’inscrivant dans le cadre national, apporte un éclairage significatif sur les principes et les préoccupations à l’origine du SNU : ce sont les mêmes. Dans la forme retenue (pour une « expérimentation » prévue en juin 2019 avec quelques volontaires), avec un enfermement obligatoire de 15 jours sous encadrement et rituel militaires (uniforme, Marseillaise quotidienne etc), le SNU apparaît en réalité comme l’aboutissement de toute une scolarité fortement marquée par une éducation à la défense née d’une initiative militaire, excluant de fait tout regard critique sur les domaines d’intervention de l’armée (interventions extérieures, arme atomique, industrie d’armement, budget militaire etc). S’il ne s’agit plus de s’exercer au maniement des armes, encore moins de partir à la guerre, le choix de l’âge retenu pour cette période militaire obligatoire (15-16 ans) - et de l’Education nationale comme maître d’œuvre - obéit à une logique de militarisation insidieuse, à bas bruit mais terriblement efficace, de l’éducation. Terriblement efficace ? Pour preuve l’indifférence, voire la complaisance qui entourent ce sujet, notamment chez les premiers concernés.

Le SNU sur ce blog :

- Un service militaire financé par l’Education nationale
- Le recul de Blanquer ne met pas fin à la menace
- Les lycéen.nes au péril des gilets jaunes
- Service national … : les profs ne voient pas le problème
- Une consultation tronquée, malhonnête, qui ne convainc personne
- Ligue de l'enseignement et Léo Lagrange au garde-à-vous pour le service national
- Le service national contre l'ennemi de l'intérieur
- Obligatoire, militarisé et punitif, le SNU est d'abord une servitude militaire
- Service national universel : surveiller et soumettre
- Financement du service national : 1800 postes supprimés dans l'éducation

- Service national : un projet qui vise les plus jeunes, toujours plus jeunes
- Eté 2018 : dernier été de liberté pour les 16-18 ans ?
- Service national : internement obligatoire confié à l'Education nationale

- Les députés et le service national : l'école en première ligne
- Service national Macron : une France qui a peur de sa jeunesse

- Brassage social : la grosse arnaque du service national
- Une consultation en ligne pour les dupes
- La ministre des armées me répond...mais vise à côté

Notes de blog également consultables à cette adresse :

http://journaldecole.canalblog.com/tag/SNU

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Économie
« Tout augmente, sauf nos salaires »
Des cortèges de travailleurs, de retraités et de lycéens ont défilé jeudi, jour de grève interprofessionnelle, avec le même mot d’ordre : l’augmentation générale des salaires et des pensions. Les syndicats ont recensé plus de 170 rassemblements. Reportage à Paris.
par James Gregoire et Khedidja Zerouali
Journal — Écologie
En finir avec le « pouvoir d’achat »
Face aux dérèglements climatiques, la capacité d’acheter des biens et des services est-elle encore un pouvoir ? Les pensées de la « subsistance » esquissent des pistes pour que le combat contre les inégalités et les violences du capitalisme ne se retourne pas contre le vivant. 
par Jade Lindgaard
Journal — Politique économique
L’inflation relance le débat sur l’augmentation des salaires
Avec le retour de l’inflation, un spectre resurgit dans la sphère économique : la « boucle prix-salaires », qui serait synonyme de chaos. Mais ce récit ancré dans une lecture faussée des années 1970 passe à côté des enjeux et de la réalité.
par Romaric Godin
Journal
La grande colère des salariés d’EDF face à l’État
Ulcérés par la décision du gouvernement de faire payer à EDF la flambée des prix de l’électricité, plus de 42 % des salariés du groupe public ont suivi la grève de ce 26 janvier lancée par l’intersyndicale. Beaucoup redoutent que cette nouvelle attaque ne soit que les prémices d’un démantèlement du groupe, après l’élection présidentielle.
par Martine Orange

La sélection du Club

Billet de blog
En Afghanistan, on décapite impunément les droits des femmes
Les Talibans viennent d’édicter l’interdiction de toute visibilité du visage féminin dans l’aire urbaine, même celle des mannequins exposés dans les commerces. Cette mesure augure mal pour l’avenir des droits de la population féminine, d’autant qu’elle accompagne l’évacuation forcée des femmes de l’espace public comme des institutions, établissements universitaires et scolaires de l’Afghanistan.
par Carol Mann
Billet de blog
« Je ne vois pas les sexes » ou la fausse naïveté bien-pensante
Grand défenseur de la division sexuée dans son livre, Emmanuel Todd affirme pourtant sur le plateau de France 5, « ne pas voir les sexes ». Après nous avoir assuré que nous devions rester à notre place de femelle Sapiens durant 400 (longues) pages, celui-ci affirme tout à coup être aveugle à la distinction des sexes lorsque des féministes le confrontent à sa misogynie…
par Léane Alestra
Billet de blog
Les crimes masculinistes (12-12)
Depuis une dizaine d'années, les crimes masculinistes augmentent de manière considérable. Cette évolution est principalement provoquée par une meilleure diffusion - et une meilleure réception - des théories MGTOW, mais surtout à l'émergence de la communauté des incels, ces deux courants radicalisant le discours misogyne de la manosphère.
par Marcuss
Billet de blog
Un filicide
Au Rond-Point à Paris, Bénédicte Cerutti conte le bonheur et l'effroi dans le monologue d’une tragédie contemporaine qu’elle porte à bout de bras. Dans un décor minimaliste et froid, Chloé Dabert s'empare pour la troisième fois du théâtre du dramaturge britannique Dennis Kelly. « Girls & boys » narre l’histoire d'une femme qui, confrontée à l’indicible, tente de sortir de la nuit.
par guillaume lasserre