Blog suivi par 11 abonnés

Le blog de Cécile WINTER

  • Pas de discussion!

    Par | 1 commentaire | 1 recommandé
    Sous le couvert de mots tels que démocratie, horizontalité, ce qui régnait dans le mouvement Nuit Debout et règne maintenant malheureusement dans le mouvement des gilets jaunes, c'est l'interdit de discussion. "Ici, on ne cause pas, messieurs", comme le chantait Jacques Brel.
  • "MIEUX VAUT LA FIN DU MONDE QUE LA FIN DU CAPITALISME"

    Par | 3 commentaires | 4 recommandés
    Ainsi s’entend effectivement le cri de ralliement mondial de la petite bourgeoisie.  Je lis dans vos colonnes la critique de Lula. Il a trop négligé la lutte des classes !  Il s’est contenté d’agir sur la redistribution, sans s’attaquer à la structure ! Fort bien, chers camarades. Serait-ce que vous vouliez Lénine, Mao Zedong ? Que nenni, à en juger par vos paroles et vos actions.
  • Lanzmann le tricheur: "Shoah" et le mensonge par omission

    Par | 9 recommandés
    Le film "Shoah" de Claude Lanzmann, créateur du nom propre désignant communément depuis lors la mise à mort des juifs d'Europe, se voulait, se devait être recherche et témoignage de vérité. Savoir et voir, dit-il. C'est dans ces termes qu'on le célèbre aujourd'hui dans vos colonnes. Pourtant Lanzmann a délibérément tronqué et occulté la vérité.
  • Lanzmann le tricheur: "Shoah" et le mensonge par omission

    Par | 2 commentaires | 9 recommandés
    Le film "Shoah" de Claude Lanzmann, créateur du nom propre désignant communément depuis lors la mise à mort des juifs d'Europe, se voulait, se devait être recherche et témoignage de vérité. Savoir et voir, dit-il. C'est dans ces termes qu'on le célèbre aujourd'hui dans vos colonnes. Pourtant Lanzmann a délibérément tronqué et occulté la vérité.
  • Lanzmann le tricheur: "Shoah" et le mensonge par omission

    Par | 2 recommandés
    Le film "Shoah" de Claude Lanzmann, créateur du nom propre désignant communément depuis lors la mise à mort des juifs d'Europe, se voulait, se devait être recherche et témoignage de vérité. Savoir et voir, dit-il. C'est dans ces termes qu'on le célèbre aujourd'hui dans vos colonnes. Pourtant Lanzmann a délibérément tronqué et occulté la vérité.
  • Lanzmann le tricheur: "Shoah" et le mensonge par omission

    Par | 1 commentaire | 8 recommandés
    Le film "Shoah" de Claude Lanzmann, créateur du nom propre désignant communément depuis lors la mise à mort des juifs d'Europe, se voulait, se devait être recherche et témoignage de vérité. Savoir et voir, dit-il. C'est dans ces termes qu'on le célèbre aujourd'hui dans vos colonnes. Pourtant Lanzmann a délibérément tronqué et occulté la vérité.
  • "En guerre", film de Brize et Lindon, et le cercle de craie

    Par | 1 commentaire | 13 recommandés
    Cet excellent film, parce qu’il est précis, subtil, virtuose, exact dans le détail, traitant avec grand soin et minutie chacun des personnages, sans une seule touche de mièvrerie ou complaisance, sans rien d’allégorique, film parfaitement réaliste donc, touche par là au réel ; et ainsi donne à voir de façon claire et didactique ce qu’est l’impasse du moment actuel, et le point à franchir.
  • "En guerre", film de Brize et Lindon, et le cercle de craie

    Par | 1 commentaire | 3 recommandés
    Cet excellent film, parce qu’il est précis, subtil, virtuose, exact dans le détail, traitant avec grand soin et minutie chacun des personnages, sans une seule touche de mièvrerie ou complaisance, sans rien d’allégorique, film parfaitement réaliste donc, touche par là au réel ; et ainsi donne à voir de façon claire et didactique ce qu’est l’impasse du moment actuel, et le point à franchir.
  • Freud, sors du tombeau

    Par | 8 commentaires | 9 recommandés
    Quelques remarques sur la misère et l'insécurité produites par la campagne en cours
  • Les hôpitaux de banlieue, et les 160 mères sans domicile au sortir de la maternité à Saint-Denis

    Par | 5 commentaires | 3 recommandés
    Merci pour le reportage paru hier, excellent et bienvenu, sur la situation de l'hopital Delafontaine à Saint-Denis. On y apprend que, bien loin d'accorder des moyens supplémentaires à ceux qui en ont le plus besoin, l'Etat pénalise l'hopital qui soigne les plus pauvres: budget diminué pour l'hopital de saint-Denis contre une augmentation moyenne de 2% pour l'ensemble des hôpitaux.