Christchurch (Eglise du Christ).

Un Pied-Nickelé australien, suprématiste blanc , un raciste donc - sévèrement contaminé, lors d’un séjour en France, par notre campagne anti-islam plusieurs fois décennale - entend entrer dans l’histoire comme le catalyseur d’une nouvelle croisade.

Les raisons qu’il invoque sont puisées dans l’argumentaire mensonger de nos lobbies des intérêts particularistes SHAF [1] lu sous la lumière polarisée de Renaud Camus d’abord, sous celle des Lepénistes ensuite. Nous ne sommes donc pas en « terra incognita » : cela fleure l’autre France, la rance, hier , celle de « l’anti-juif » d’Emile Morinaud, celle des Drumont, des Max Régis [2], aujourd’hui, celle des Le Pen. Dans ce paysage vénéneux, le musulman a remplacé le juif, voilà tout.

Sur le mode « les musulmans l’ont bien cherché », des revanchards jettent à la face des familles des victimes innocentes de Christchurch, pêle-mêle, les assassinats de chrétiens perpétrés de par le monde : celui du père Hamel, ceux des coptes, ceux des chrétiens d’Irak et de Syrie. Exit la distinction, hier encore de rigueur, entre Islam (une religion) [3] et islamisme (une politique qui instrumentalise l’Islam) ; les langues fielleuses se délient ; les haineux se soulagent.

Néanmoins, au terme de ce chemin du déshonneur, une conclusion têtue s’impose à l’égaré : la quasi-totalité des victimes de l’islamisme est musulmane.

Pour le reste, le malheur au malheur ressemble, il ne saurait en être autrement.

Aux féministes et homosexuels fourvoyés dans cette galère SHAF [1], je rappelle que l’histoire de l’injustice qu’ils ont subie et subissent encore est sœur jumelle de celle qui accable celui qu’on appelait, hier encore, « l’arabe », devenu par la magie de l’opportunisme « le musulman », contexte international oblige. Je les renvoie à l’œuvre « mâle décolonisation » de l’historien Todd Sheppard [4].

Remarque : Robert O. Paxton, un étranger, a libéré la parole sur la France vichyste collaborationniste. Todd Sheppard, un autre étranger, brise l’omerta sur la proximité entre la lutte du FLN et celles des MLF/ FHAR : la révolte de ces derniers vibrait alors au diapason de celle d’Ali la Pointe, de Larbi Ben Mhidi, de Djamila Bouhired, de Hassiba Ben Bouali …

Après les divas usées des SHAF, Caroline Fourest [5] et Mme Badinter [6], voilà Natacha Polony qui s’essaye à la rhétorique. Les victimes de Christchurch ne sont pas encore enterrées que déjà l’éditorialiste de Marianne donne dans la récupération serpentine. Son dernier billet [7] a pour titre « Attentat antimusulman de Christchurch, Nouvelle-Zélande : raison de plus pour sauver la laïcité ». Natacha Polony lie, d’entrée de jeu, musulman et laïcité, comptant sur le réflexe pavlovien pour faire le reste ; les SHAF n’ont pas travaillé pour rien ces 40 dernières années.

A la manière du Tartuffe, elle postule l’évidence « c’est bien un attentat terroriste antimusulman qui a frappé la Nouvelle Zélande », tombe une larmichette sur les victimes, élève un soupçon de protestation contre les droites très extrêmes, esquisse une velléité contre « le grand remplacement » de Renaud Camus [8].

Bref, comme un prestidigitateur, elle distrait le lecteur par des artifices avant de tomber ses cartes. En proie, elle-même, à une récupération sordide - une hypocrisie façon « cachez ce sein que je ne saurais voir » - Natacha Polony  pousse alors le cynisme jusqu’à écrire, «l’escroquerie intellectuelle et la récupération la plus ignoble ».Après avoir tourné, viré, comme Rex courant derrière sa queue, elle finit par interposer, entre le citoyen et la vérité sous-tendue par la loi, l’écran de fumée habituel des SHAF [1].

Cet écran de fumée consiste à dénoncer « les idiots utiles » , « l’islamo - gauchisme  »  selon les expressions consacrées , qui en profitent , nous dit-elle, « (…) pour mettre en accusation ceux qui défendent la laïcité à la française contre l’imposition d’une conception communautariste importée du monde anglo-saxon, ou ceux – souvent les mêmes – qui tentent d’alerter contre l’entrisme du wahhabisme et du salafisme dans toutes les communautés musulmanes d’Europe ou d’ailleurs, voilà qui relève de l’escroquerie intellectuelle et de la récupération la plus ignoble. En profiter pour détruire un peu plus la vision universaliste qui tente de renvoyer les religions dans la sphère privée pour définir un espace public dans lequel nous sommes tous citoyens, rassemblés par notre humanité commune et par les valeurs que tout être humain peut partager, voilà qui est parfaitement irresponsable. Car c’est précisément depuis qu’on déconstruit cet universalisme que notre siècle saigne ».

Pour ce qui est de « l’entrisme du wahhabisme et du salafisme »,  « L’Escarbille du Club Mediapart » y répond dans la deuxième partie de cet article.

Pour ce qui est de la défense de « la laïcité à la française contre l’imposition d’une conception communautariste importée du monde anglo-saxon » - un thème cher aux SHAF, amplement développé, dans son dernier ouvrage, par Laurent Bouvet, membre fondateur du Printemps Républicain. « L’Escarbille du Club Mediapart » y répond aussi [9].

Quant à la soi-disant « vision universaliste qui tente de renvoyer les religions dans la sphère privée », je laisse juge le lecteur .N’est-ce pas plutôt là que réside la « récupération la plus ignoble » doublée, en sus, d’une rouerie et d’une escroquerie intellectuelle ? Qui pourrait décemment croire que l’Assemblée Nationale ne se serait esquinté le chanfrein neuronal que pour le seul plaisir (malsain pour le coup) de légiférer sur la place de la religion dans la chambre à coucher des Français ? C’est grotesque ! Mais c’est un grotesque qui ne fait pas rire car il tue.

L’article 25 de la loi du 09 décembre 1905 étend la sphère publique jusqu’au cœur des églises : un office religieux est public et, conformément au Principe de Publicité, les portes de l’Eglise, du temple, de la synagogue, de la mosquée doivent, impérativement, demeurer ouvertes afin que le citoyen exerce son rôle et la police des cultes le sien. L’article 31 , quant à lui , en autorisant les processions et autres manifestation cultuelles , fait de la rue un espace public où se côtoient, à égalité de droit et de devoir, sous la protection de la Constitution, le religieux , l’athée, l’agnostique, l’homme , la femme , l’homosexuel , bref tous les citoyens .

Renvoyer le religieux aux catacombes psychologiques et/ou physiques, revient à le soustraire à notre vigilance : ce serait irresponsable, car trop dangereux. Chasser le catholique, le juif, le protestant ou le musulman de la sphère publique, de l’agora, revient à confisquer la parole citoyenne au seul bénéfice de nos maîtres-à-penser du moment : ce serait le retour des privilèges.

Je ne cherche pas la crucifixion « des pêcheurs » ; à dire vrai, leur sort m’indiffère. Mais les Français, et en particulier les familles des victimes des attentats, ont le droit de savoir que les leurs sont morts pour presque rien : pour que prospèrent les intérêts particularistes des laïcistes et des islamistes. Par leurs doctrines, ces derniers sont ennemis ; par leur intérêt commun – subjuguer les foules - ils sont complices. Ils ont semé les grains de la discorde, dont les attentats sur notre sol sont la moisson. Leur pouvoir n’existe que par leur capacité à entretenir le « buzz », à monopoliser les temps d’antennes audiovisuelles et les colonnes de nos journaux. Faiseurs d’opinions, ils influencent les médias et les hommes et femmes politiques en quête d’élection ou de réélection.

Que dire du Sieur Éric Scioti, député de la République ? Dans l’émission « les terriens du dimanche» du 17 mars 2019, l’inénarrable député, au nom de notre « culture française » et de l’article 31 de la loi du 09 décembre 1905, grand seigneur magnanime, confère au christianisme et au judaïsme le droit d’accès à la sphère publique ; « l’islam, lui, par son communautarisme » doit en être exclu.

Pardon M. Scioti, mais cela s’appelle l’apartheid. « Sucer la roue » du Franc-National a perverti plus d’un avant vous. Vous rejoignez, somme toute, la confrérie logée à l’enseigne de l’honneur suicidé. Mais, cela ne regarde que vous.

Sur le fond .S’il y a communautarisme en France , ce n’est pas du côté musulman qu’on le retrouve: les « Marocains » et les « Algériens » s’évitent ,les « Tunisiens », selon les deux premiers , prennent trop de place par leur jactance , les « Africains » se font petits et les « Turcs » se méfient de tous – ces derniers , héritiers d’un immense empire , se voient européens et évolués( ce qu’ils sont , même si les Européens leur dénigrent ce droit ) .

Ouvrons les yeux sur le Monde : la ghettoïsation n’est communautaire que par sa misère. La misère pousse à quêter la solidarité ; elle agrège par affinités et finit par ghettoïser les plus démunis qui ne peuvent compter que sur leurs semblables. Les Français pauvres ( aujourd’hui ,d’origine africaine , antillaise, réunionnaise, maghrébine ou Rom ; hier , d’extraction italienne , belge , juive , arménienne, espagnole ) n’échappent pas à la règle . Ils sont tous passés par la ghettoïsation ; tous ont eu droit, tour à tour, aux crachats et aux insultes ; pour tous, se soustraire à cet enfer fut et demeure une obsession.

La République ne saurait permettre l’agitation des Français les uns contre les autres au bénéfice des intérêts particularistes. Les privilèges nés des violations (par les SHAF et les politiciens qui les suivent et les protègent) de la Constitution et de la loi du 09 décembre 1905, doivent cesser : ils nuisent gravement à notre citoyenneté. Ils ont semé les grains de la discorde, dont les attentats sur notre sol sont la moisson.

À cet effet, l’Escarbille du Club Mediapart a alerté les présidents Hollande [10] et Macron [11] – le Président est le garant de la Constitution durant sa mandature - sur l’apartheid de fait dans lequel sont confinés nos compatriotes musulmans, sur les violations graves infligées à notre citoyenneté et à la loi du 09 décembre 1905, dogme fondamental de la laïcité. Les lettres ouvertes aux Français [12] et à la Ligue des Droits de l’Homme [13], appellent les autorités qualifiées, au nom de l’égalité des Français devant la loi, à saisir le Tribunal Constitutionnel pour contrer cette dérive trentenaire, meurtrière pour le vivre-ensemble.

 

[1]https://blogs.mediapart.fr/edition/lescarbille/article/170917/la-coalition-des-interets-particularistes-shaf-ou-l-aristocratie-du-moment

[2]https://blogs.mediapart.fr/belab/blog/200219/de-l-antisemitisme

[3]https://blogs.mediapart.fr/edition/lescarbille/article/270916/de-la-soi-disant-unicite-de-la-sharia-et-du-pseudo-monolithique-islam

[4]Todd Sheppard ,« mâle décolonisation » , Biblio. Historique Payot, Ed. Payot & Rivages, Paris, 2017.

[5]https://blogs.mediapart.fr/edition/lescarbille/article/231116/melle-caroline-fourest-egerie-du-mouvement-gay-et-lesbien

[6]https://blogs.mediapart.fr/edition/lescarbille/article/210717/elisabeth-badinter-un-creve-coeur-0

[7] https://www.marianne.net/monde/attentat-antimusulman-de-christchurch-nouvelle-zelande-raison-de-plus-pour-sauver-la-laicite

[8] Renaud Camus se livre dans son « chef d’œuvre » à un plagiat éhonté des thèses antisémites allemandes de la fin du 19ième siècle. Tout le talent du « grand homme » consiste à gommer le mot juif pour le remplacer par le mot musulman. Pas dégoûté, le juif Alain Finkielkraut l’a invité et cité à profusion dans ses émissions sur France-Culture et sur RCJ ; c’est vrai, la shoa n’est plus ce qu’elle était, depuis que Netanyahou a annoncé urbi et orbi qu’Hitler ne voulait pas la solution finale, « elle lui fut soufflée par le grand mufti de Jérusalem » [14].

[9]https://blogs.mediapart.fr/edition/lescarbille/article/140219/liberte-de-l-un-et-celle-de-lautre-que-la-justice-dise-le-droit

[10]https://blogs.mediapart.fr/edition/lescarbille/article/011016/lettre-ouverte-m-le-president-de-la-republique

[11]https://blogs.mediapart.fr/edition/lescarbille/article/160118/ecole-et-manipulations-lettre-ouverte-m-le-president-de-la-republique

[12]https://blogs.mediapart.fr/edition/lescarbille/article/190219/lettre-ouverte-aux-francais

[13]https://blogs.mediapart.fr/edition/lescarbille/article/120319/lettre-ouverte-m-malik-salemkour-president-de-la-ligue-des-droits-de-l-homme

[14]https://blogs.mediapart.fr/edition/lescarbille/article/011218/de-la-falsification-de-l-histoire-palestino-israelienne

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.