L’Ecole Publique et ses pompiers pyromanes.

À quel jeu se livre donc J-M Blanquer ? Il semble renier ses précédentes prises de position en s'alignant sur celles du Président Macron ,mais ses thèses de prédilection sont défendues aujourd’hui par certains membres du conseil des « sages » installé par ses soins.

 

On s’attendait à voir le « Conseil des Sages de la Laïcité » - récemment mis en place par J.M Blanquer, Ministre de l’Education Nationale - agir sagement au bénéfice de la paix scolaire enlisée depuis 30 ans dans de faux problèmes [1]  et des considérations futiles .

Hélas non. Certains membres de ce « Conseil », plutôt que de s’en remettre aux lois, circulaires, normes et règlement intérieur de l’Ecole, préfèrent puiser leur inspiration dans « le bréviaire » des lobbies d’intérêts particularistes SHAF [2] . Ce« bréviaire », comme personne ne l’ignore plus, est la compilation de thèses fallacieuses, produit d’un mensonge éhonté [3] , tri décennal  , et du théâtre d’ombres chinoises savamment entretenus par ces groupements d’intérêts particularistes et les islamistes de tous poils, leurs partenaires et somme toute complices dans l’érection du malheur qui accable aujourd’hui la France.

Comme ces divas du laïcisme que sont les Elisabeth Badinter [4] , Alain Finkielkraut [5] , Caroline Fourest [6] ,Philippe Val [7] , Éric Zemmour [8] certains « sages » , à leur tour, jettent de l’huile sur le feu.

La philosophe Dominique Schnapper est présidente du « Conseil des Sages de la Laïcité » de l’Education Nationale [9] . Elle nous explique, sans rougir, que « l’existence de plusieurs approches de la laïcité est constitutive d’une démocratie ». [10] 

Constatons que Mme la philosophe brode hors sujet : les prérogatives du « conseil des sages » se limitent à l’explication de la laïcité à l’école.
Philosophe, Dominique Schnapper, sait le sens des mots ; si elle s’essaye au bonneteau lexical, ce n’est donc que pour maintenir la confusion. Elle n’ignore aucunement que la laïcité est sous-tendue par une loi (loi du 09 décembre 1905) et qu’une loi est d’interprétation stricte, sous le contrôle scrupuleux de la Constitution. Changer un mot revient à changer la loi et une loi ne peut être changée que par une autre loi. Une loi ne saurait donc donner matière à des « approches ».

Pour ce qui concerne les adultes au sein de l’Ecole Publique. La loi du 09 décembre 1905 s’applique sans restriction : les libertés fondamentales sont garanties. Le parent d’élève n’est pas astreint à l’obligation de réserve contrairement au fonctionnaire.

Pour ce qui concerne les élèves au sein de l’Ecole Publique. Rappelons qu’afin de les soustraire aux passions des adultes, l’Etat fut contraint - depuis les circulaires Jean Zay- de recourir régulièrement à des mesures autoritaires qui, de fait, rognent sur la portée du deuxième alinéa de l’article 2 de la loi du 09 décembre 1905. En effet, l’enfant étant fragile - et surtout citoyen en devenir seulement - notre Constitution et les traités internationaux permettent ce genre de restriction quand l’ordre public est menacé.

Pour la gouverne de Mme la Philosophe, hormis ces restrictions rendues nécessaires par la fragilité du milieu scolaire et dans l’unique but de protéger nos enfants, la laïcité s’applique de manière identique à tous les citoyens et sur tout le territoire de la République, à l’exception de l’Alsace, toujours concordataire par la vertu d’un accident de l’Histoire.

L’Alsace ! Voilà justement une exception que nos inquisiteurs du laïcisme évitent de regarder.

L’Alsace est une exception ,par son statut bien sûr  , mais aussi par l’apartheid de fait imposé à nos compatriotes musulmans. Observez l’injustice : les musulmans de France contribuent, par  leurs impôts, à l’entretien du dispositif concordataire alsacien mais leur culte en demeure exclu [17]

Le fait de garder l’islam de France hors du dispositif concordataire est, bien sûr, anticonstitutionnel, mais qui s’en soucie ? Croyez-vous que nos maîtres du moment en soient gênés ? Songeraient-ils au moins à remédier à cette situation ?

Pensez-vous ! Pourquoi se mettraient-ils à dos l’Eglise catholique et les consistoires protestant et juif ? Ils ont le bouc émissaire idoine, l’islam de France [11]  .Il est sans défense, car sans clergé, et cocu de l’Histoire : ses cornes sont massives, on ne voit qu’elles.

Remarque : Intégré dans le dispositif concordataire, l’islam de France trouverait là les moyens et les structures nécessaires à la formation de ses imams, pour sa tranquillité et pour la nôtre. Ce ne serait que justice et sagesse.

Quel jeu joue donc M. le Ministre de l’Education Nationale ?

J.-M. Blanquer a créé le conseil des « sages de la laïcité à l’école » dont, jusqu’à présent, les actes - opportunistes, pour le moins - ne visent qu’à rallumer ces querelles qui prennent l’Ecole en otage depuis septembre 1989.

J.M. Blanquer a déclaré ex-cathedra qu’à « titre personnel, il souhaite que ces parentes d’élèves en sorties scolaires ne portent pas de voile ». Rappelons que ,sous le Ministère Luc Chatel déjà, il fut l’auteur de « la circulaire de mars 2012 qui interdisait l’encadrement de ces sorties aux mères qui portaient un foulard » [10].

Mais, dans sa dernière bulle « laïcité à l’école Vademecum » [12] , M. le Ministre de l’Education Nationale renie ses précédentes prises de position publiques et rejoint celles du Président Macron.

Fin de l’histoire ?

Pas vraiment puisque les thèses de prédilection de J.-M. Blanquer sont défendues aujourd’hui par certains membres du conseil des « sages » installé par ses soins.

Alain Seksig  est l’un d’entre eux. Il est également cofondateur du Printemps Républicain (association laïciste qui reprend les thèses éculées des lobbies particularistes SHAF [2]). En 2013, Directeur du Haut Conseil à l’intégration, il défendait déjà l’interdiction du port du voile à l’université [13] et soutient, depuis, l’interdiction faite aux mères voilées d'accompagner les sorties scolaires  [14].

Le rapport Obin  [15], de 2004, est devenu le bréviaire d’Alain Seksig.

Pourtant, Obin, lui-même, a attiré l’attention du lecteur sur le petit nombre d’établissements scolaires visités dans le cadre de son étude. Cette dernière est donc loin d’être significative. L’équité, voire l’honnêteté, exige qu’elle soit étoffée et soumise au contradictoire.

À quel jeu se livre donc J-M Blanquer ? D’aucuns pourraient conclure qu’il a de la suite dans les idées et au moins « deux fers au feu ». La valse-hésitation apparente qui le caractérise n’est manifestement que le mode de communication qu’il s’est choisi.

Constatons que, ce faisant, M. le Ministre de l’Education Nationale fait autant de mal à la France que ses prédécesseurs manœuvriers : il ouvre derechef les débats sans fin – qui se sont révélés meurtriers pour le vivre ensemble – et ce, pour complaire aux faiseurs d’opinions, les lobbies particularistes S.H.A.F [2].

Ces derniers sont les seuls bénéficiaires de la diarrhée médiatique. L’expansion à outrance de ces ridicules histoires de fanfreluches n’a pour but que de faire parler, de saturer les colonnes de nos journaux et les temps d’antenne de nos télévisions. Sans la surmédiatisation, ces lobbies perdraient toute influence sur l’opinion - donc sur nos décideurs politiques aussi.

N’en déplaise à M. le Ministre, les mamans voilées volontaires pour l’encadrement des sorties scolaires affirment, ce faisant, les droits fondamentaux des citoyennes qu’elles sont. Si ces fanfreluches agissent sur les uns et les autres comme des muletas sur des taureaux, la faute revient à notre histoire autiste et aux résultats imprévisibles du principe de l’action et de la réaction chez l’Homme.

Observons la vanité sinon le ridicule de la situation. Le fait de bannir les mamans voilées des cortèges des sorties scolaires ne rend aucunement l’islam invisible au sein de l’Ecole Publique : on se donne et fait du mal pour rien. Tout le monde sait que madame Benameur (la voilée ou la non voilée, au choix), ses fils Mohamed et Abdel Karim et ses filles Nacera et Malika sont des musulmans .En effet, les noms et les prénoms sont des marqueurs de l’islamité autrement plus puissants que les fanfreluches des unes et des autres. La République s’abaissera-t-elle jusqu’à tracasser les enfants pour de tels motifs ? C’est absurde, n’est-ce pas ?

Ce qui importe de retenir de tout cela, sans être dupe de rien, c’est que nous sommes en présence d’une revendication sociale légitime et légale, protégée par notre Constitution et par la loi du 09 décembre 1905.

De la responsabilité.

Ne serait-il pas plus sain de dire à ces femmes voilées - à huis clos, car, comme l’histoire l’a montré, l’enfant témoin non résilient subit de plein fouet l’humiliation de sa mère - que leur présence n’est pas souhaitée dans les cortèges des sorties scolaires, non parce qu’elles contreviennent aux lois de la République mais parce que leur présence y est mal acceptée par une partie de l’opinion.

Une telle franchise froisserait peut-être certaines de ces dames, mais sectionnerait, de manière certaine, les jarrets des chevaux de bataille des lobbies d’intérêts particularistes S.H.A.F [2] et de leurs affidés.

Ces mères voilées, toute injustice bue, accepteraient cette décision : le pataquès médiatique entretenu – à dessein - autour de cette question n’est-il pas plus dommageable pour la France, pour elles-mêmes et pour leurs enfants ?

Pour le reste, comme l’écrit le Gaulois rennais colérique : « qu’on lâche la grappe à nos enfants, à tous nos enfants ! ».

Avec d’autres mots, Ferdinand Buisson, prestigieux Ministre de l’Education Nationale, un des pères fondateurs de la laïcité, ne dit pas autre chose : « Formez des hommes ! Il y a, messieurs, une condition : soyez vous-même des hommes (…) Si l'un vient vous dire : ’’ Mais, prenez garde ! En tenant aux enfants un langage moral et religieux, vous allez déplaire à monsieur un tel, qui est athée, à ce qu'on assure’’; si un autre vous dit au contraire ’’ Prenez garde! En parlant à ces enfants de liberté, d'égalité, des principes de 1789 ou de cette nuit mémorable où les plus nobles des Français ont déchiré de leurs mains tous leurs privilèges, vous allez déplaire à tel clérical acharné ’’, vous leur répondrez : ’’ Non, je ne crains rien parce que je ne dirai rien à ces enfants qui ne soit écrit de la main même de la nature au fond de leur cœur. Je ne crains rien, parce que je ne sers personne. Ni ce radical athée, ni ce clérical réactionnaire ne sont les monstres que vous vous figurez. L'un et l'autre aime ses enfants et me saura gré des efforts que je fais non pour les soustraire à l'influence paternelle, non pour leur imposer mes opinions particulières, mais pour leur donner un premier fonds d'idées généreuses et de bons sentiments, pour leur faire, à l’aide des seules vérités que l'intuition met à leur portée, une âme noble, pure, droite, éprise du beau et du bien, capable d'aimer Dieu, l'honneur et la patrie’’ » .(Source :Ferdinand Buisson , la foi laïque , p.6,7,8,9)[16] 

Voilà ce qu’est la laïcité vue par ses pères ! 

P.S. : les pièces [1] et [3] ont été envoyées aux destinataires par courrier recommandé avec accusé de réception. Justiciable, je suis prêt à prouver les mensonges qu’elles dénoncent devant la justice de mon pays – en laquelle j’ai confiance.

Liens valides :

[1] https://blogs.mediapart.fr/edition/lescarbille/article/160118/ecole-et-manipulations-lettre-ouverte-m-le-president-de-la-republique

[2] https://blogs.mediapart.fr/edition/lescarbille/article/170917/la-coalition-des-interets-particularistes-shaf-ou-l-aristocratie-du-moment

[3] https://blogs.mediapart.fr/edition/lescarbille/article/011016/lettre-ouverte-m-le-president-de-la-republique

[4] https://blogs.mediapart.fr/edition/lescarbille/article/210717/elisabeth-badinter-un-creve-coeur-0

[5] https://blogs.mediapart.fr/edition/lescarbille/article/021117/alain-finkielkraut-pris-au-collet-dans-une-boucle-de-logique

[6] https://blogs.mediapart.fr/edition/lescarbille/article/231116/melle-caroline-fourest-egerie-du-mouvement-gay-et-lesbien

[7] https://blogs.mediapart.fr/edition/lescarbille/article/011017/comment-val-et-malka-ont-amene-au-casse-pipe-l-equipe-de-charlie-hebdo

[8] https://blogs.mediapart.fr/edition/lescarbille/article/130916/quelle-hecatombe-si-le-ridicule-tuait

[9] https://blogs.mediapart.fr/edition/lescarbille/article/010218/la-laicite-de-l-egalite-republicaine-pas-celle-des-castes-episode-n-i

[10] https://www.mediapart.fr/journal/france/180618/laicite-l-ecole-les-incidents-sont-marginaux-mais-les-enseignants-s-inquietent

[11] https://blogs.mediapart.fr/edition/lescarbille/article/130617/b-2-les-origines-de-l-islam-de-france

[12] http://cache.media.eduscol.education.fr/file/laicite/89/4/Vademecum_laicite_VF2_955894.pdf

[13]  https://www.lemonde.fr/societe/article/2013/08/05/le-droit-de-porter-le-voile-a-la-fac-remis-en-question_3457436_3224.html

[14]  http://www.laicite-republique.org/alain-seksig-contre-la-confusion.html

[15]  http://jeanbauberotlaicite.blogspirit.com/archive/2006/10/21/les-carences-du-rapport-obin.html 

[16]  https://blogs.mediapart.fr/280128/blog/221217/extraits-la-foi-laique-ferdinand-buisson

[17]  https://www.lereveildubearn.fr/content_page/2-uncategorised/339-salaires-religieux-concordat-alsace-moselle

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.